Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Madeleine fait dans lard.

Publié le par Cositas de toros

      

Par Gilbert LAMARQUE

 

Commençons par l'affiche cru 2018, ambassadrice de notre feria.

       Botero. Torero, 2016 : rotondité, corpulence, embonpoint...

 

Je ne vous ferai pas l'affront comme nos édiles et responsables des hautes instances tauromachiques - samedi 7 avril, 11 h, arènes du Plumaçon - de vous préciser qui est Botero.

Personnellement, je trouve le sujet sympa, bien en phase avec la Madeleine.

Un toro ou un picador aurait été du plus mauvais effet !

Sachez tout de même, pour les distraits que Botero n'a pas créé cette œuvre spécialement pour la feria montoise.

Ensuite, il nous fut désagréable à nombre d'entre nous de voir s'égréner la fin de matinée au Plumaçon dans un tel contexte.

Entre les péroraisons de l'un (le seul, l'unique) et les platitudes des autres (la majorité), tout ce petit monde manifestement heureux de se retrouver, semblait ignorer parfois qu'il y avait un public sinon respectueux, au moins respectable. Affligeant.

Et tout ces babillements (c'est mignon), pour nous dévoiler des cartels à demi- périmés.                                                                                                               

     

Résumons : il y aura trois contrats dont seront privés de valeureux et méritants toreros. La faute aux deux mano a mano des 4 cavaliers de l'apocalypse, (des 4 sénateurs dans ce contexte, serait plus approprié), et la répétition de Juan Bautista.

Mano a mano au Moun, à Saint-Sever, celui de Villeneuve - celui du 1er mai à Aire, tout à fait compréhensif par le choix de trois élevages - d'autres mano a mano en préparation et (ou) oubliés par ma mémoire sélective, et enfin le solo de Dax. Ceci dans l'air vicié du temps présent.

Nos 4 sénateurs n'allant pas "se tirer la bourre". Ils se feront des politesses, des courbettes, en riant sous cape, bien entendu, profitant de la naïveté de certains et de la médiocrité de nos instances. Bien sûr, il y a les fans, honorables ; ça ne se discute pas sur cet angle. On adule X ou Y. Il y a des aficionados aux toreros comme il y a des aficionados a los toros

Pour ces derniers, les enfants perdus, ils se consoleront avec gourmandise admirant les lots de La Quinta avec Bautista, évidemment, et de Dolores Aguirre pour la tarde dominicale.

Pour ce dernier jour, Octavio Chacon (Ocatvio Chacon imprimé sur le flayer, on relit !) et Juan Leal (récompensé de sa brillante tarde de Bilbao, l'année passée, du moins je le présume), accompagneront le "choix des abonnés" dont je n'ai pas saisi le procédé de mise en œuvre. Enfumage ?

 

Sans oublier bien entendu, l'incontournable despedida de J.J.Padilla face à des toros agréés de Jandilla. La ganaderia à l'étoile à 6 branches a vu s'effectuer cet hiver, à sa tête, le passage de témoin du père, Borja Domecq Solis vers le fils, Borja Domecq Noguera.

Où sont les jeunes espoirs de la toreria d'aujourd'hui et de demain ? Sont-ils condamnés à demeurer sur le pas de la porte en attendant que les nantis franchissent le seuil de l'ehpad ?

C'est tout à fait en osmose avec le milieu ambiant.

La société française s'est durcie, l'égoïsme des riches flamboyants devient plus arrogant. On les célèbre dans les médias comme des rock stars au lieu d'évoquer ceux qu'on a laissés au bord du chemin et dont on a confisqué, ou même disqualifié la parole.

Vous ne trouvez pas une similitude ?

Toute cette pauvreté accompagnée de la novillada non piquée du jeudi matin ainsi que la novillada piquée en nocturne le samedi dont l'heure de programmation fait toujours polémique. Et ceci bâclé à la vitesse de la lumière.

De toutes les façons, ces deux spectacles "mineurs" ne sont plus en odeur de sainteté parmi les instances.

J'ai été le témoin oral de propos jetés par un responsable montois. Ces deux sous produits pouvant être mis au rebut des futures affiches. Pas rentables ! Mais qui parlent de rentabilité ? N'y aurait-il pas de profits, les aimables mano a mano ne vont ils laisser que des peaux de châtaignes ?

Dormez tranquilles, les caisses se rempliront en supposant un embonpoint relatif des recettes, impliquant par ce fait l'engraissement du prestataire.

Nous y voila, retour à l'affiche. Est-ce un signe subliminal ?

 

Et une arène de Première ne doit elle pas promouvoir ces manifestations ?

Il est vrai que vous ne voyez jamais ces personnes à Plaisance, Castelnau ou en matinée des NSP de Roquefort et autres villages aficionados. C'est tellement plus valorisant de se retrouver à Bayonne, Dax, Nîmes (bien sûr), Bilbao, Madrid !...

Voilà, Mont-de-Marsan-sur-Misère est bien l'antichambre de Nîmes (voir les cartels de Pentecôte) et ces Messieurs-Dames vont se faire les ambassadeurs de la Madeleine à Madrid, à Paris. Les conquérants des capitales !

Je terminerai afin de rester fortement grincheux et atrabilaire par l'incivilité d'une majorité du public qui se dirigea avant la fin des présentations vers l'abreuvoir en passant vers le patio, jetant un œil (j'ose l'espérer) vers l'azulejo dédié à Ivan Fandiño, offert par les peñas montoises.

Certes, la présentation était fort longue, mais nous étions avertis, les horaires avaient été inscrits dans les médias.

La faute aussi à tous ces bavardages sans réel intérêt, qui bien souvent se sont dilués sur le sable et les tendidos désertés. La faute à tous ces égos qui souhaitaient briller le temps d'un flash, celui d'une photo.

Alors, pour ceux qui avaient glissé vers les extérieurs, mais surtout pour les absents, sachez que l'on présenta les futurs spectacles de l'Agglo, le bolsin de Bougue, la novillada concours de Saint-Perdon et ses 6 élevages, tout cela conclue avec la corrida des victorinos, le 22 septembre et la présence au cartel de Juan Leal en attendant que les noms des deux autres maestros soient dévoilés ultérieurement.

Je rassure quelques inquiets, les auges de la Tumade ont bien été vidées !

... Une remontrance pour les futures présentations. C'est bien de vouloir innover mais c'est bien aussi d'y réfléchir véritablement.

Heureux les satisfaits, l'aficionado séduit et comblé !

Navrant vous ai-je dit, mais que ceci ne devienne pas désespérant.

 

                                                              Gilbert LAMARQUE

 

Ce billet d'humeur a volontairement été publié le vendredi 13 à 13h13 ...

... probablement pour combattre le

   Pensez également à vous munir d'un

          Non, ce n'est pas un boomerang, car il pourrait se retourner contre vous !      

                      

Commenter cet article

BERNEDE 17/04/2018 09:23

enfumage, pauvreté... tu as tout résumé !
Un toro ou un picador aurait été en effet du plus mauvais effet... en rapport avec la mise en valeur du Toro de lidia qui est inexistante dans cette plaza qui va désormais pouvoir appuyer sans scrupule toute sa com sur le petit et gentil Garcimore indulté hier dans 1 plaza de 1ère (!) par le Juli..l'aficion a los TOROS fout le camp ...avec tous ses critères et le pire pour l'aficionado est de ne plus avoir l'envie d'y être, de n'avoir aucun regret ! Yvan tu nous manque...

Cositas de toros 17/04/2018 12:19

CQFD

depecker 13/04/2018 17:59

Excellent,
les auges de la Tumade ont bien été vidées !