Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H

Publié le par Cositas de toros

                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H

         Soleil, puis couverture nuageuse, légère brise. On est bien.

         9/10e d'arène, la plus belle entrée.

 

                           PEDRAZA DE FIASCO

 

         6 Pedraza, le 5 bis du même fer, armés, forts, hauts, très hauts, allant du colorado au castaño, excepté le sobrero, negro. Agés, tout près des 6 ans, les 1, 2, 3, 4 et 5, Campanero lidié en 6, le plus jeune (09/13 ) et le sobrero (11/13 ).

Donc, du vieux, du haut, du lourd. Que fait-on avec ça ?

Avec ça ? Pas grand chose.

Des charges courtes ou avortées, des hachazos, des passes données à mi-hauteur, des flexions des antérieurs, des glissades.

Devant la cavalerie bonijoliène, leur attitude ne fut pas d'une grande "bravitude". Trois piques chacun, sauf Holandero le beau castaño sorti en 3e qui hérita d'une mauvaise mise en suerte et qui n'en reçut que deux mal exécutées : "Vous n'êtes pas là pour bêcher les poireaux !", paroles d'un connaisseur gascon au tendido inférieur.

 

Curro DIAZ en service minimum tout au long de la tarde. Quelques détails dont une superbe trinchera au premier, le lourdaud sans charge et noble quelque peu.

Entière trasera.

Avec le Colorado Tontillo, ce sera du même acabit. Le gars de Linares se fera balancer sur les cornes... et piqué au vif  (un bien grand mot), il nous délivrera une belle série de derechazos.

Point.

Le maestro tue d'une entière basse dans le genre recibir : 50% pitos, 50% palmas.

 

Medicero est moins volumineux malgré les ans et prend trois piques quelconques. Le tercio de palitroques est à pleurer... et nous pleurons. La suite est à qualifier de médiocre. Daniel LUQUE sèche et tue comme il a toréé, sans sincérité.

Guajiro qui a le bon goût d'être étiqueté 32, fait un petit tour et puis s'en va. L'unique negro de la tarde, le remplaçant, se montre violent sous le peto. Brindis à PEREZ-MOTA suivi d'une faena où le diestro resta de profil, le fauve, lui, la gueule ouverte. On s'ennuyait toujours. Aucun engagement à l'estoc où LUQUE passa par Lannepax pour mal conclure.

 

Emilio de JUSTO, triomphateur de la dernière édition, ne mit pas son adversaire dans les meilleures conditions devant le canasson. Il en résulta deux piques traseras et carioquées. Muleta à mi-hauteur, Emilio s'arrime dans le chaudron vicois où la température avait fortement chuté. Le Pedraza trottine  et s'incline, faible et court de charge. Quelques beaux derechazos mais, Holandero ne suit pas. 3/4 de lame, un descabello. Silence surprenant.

Le benjamin foule le sable et se comporte fort bien sous le fer en trois bonnes rencontres où il met les reins. Palmas au piquero, tout comme aux banderilleros qui exécutèrent les meilleures paires de l'après-midi, notamment M.A. Gomez Odero (1ère et 3ème ).

        Le pundonor del Torerazo.

Brindis d'Emilio au public, peut-être que...

Las, la volonté, le désir du diestro sont contrecarrés par Campanero se réservant, fissa. De JUSTO met la jambe, se croise et réduit le terrain un maximum. Et arriva ce qui devait arriver devant ce type de toro : un violent coup de tête, une terrible voltereta et certainement un coup de sabot derrière le crâne. Commotion. Emilio reprend à peine ses esprits et à la suite d'un pinchazo, abat le cornu d'une entière.

L'oreille tombe du palco, lâchée à contre cœur par Marc AMESTOY, récompensant l'investissement et le courage. On peut ne pas être d'accord.

 

Les comptes sont aisés : deuxième et dernière oreille de la feria !

Une minute d'applaudissements, avant le paseo, en souvenir d'Alain BRICADIEU, enfant du pays, membre fondateur du CTV.

 

"Mon pharmacien-conseil"

A ne donner aux aficionados que sous avis médical.

VICS VAPORUB / VIC VAPOREUX est une pommade susceptible d'avoir des effets indésirables.

Possibilité d'irritation locale et d'allergie. (L'irritation dépasse le milieu local).

N'avaler jamais le produit.

 

VIC 2018, infime millésime. Hélas, non : infâme piquette tout simplement.

HIC !

 

                                                                                Gilbert LAMARQUE

 

             Les trophées de la Feria Vicoise, malgré tout.

- Trophée Paul Clarac du meilleur toro : desierto.

- Prix spécial attribué au novillo Avecejon de El Retamar, lidié en 4e par El 

     ADOUREÑO lors de la novillada du samedi 19, en matinée. Vuelta al ruedo du

     novillo.

- Trophée Jean-Jacques Baylac du meilleur toro de la concours : Olivito de La

     Quinta, lidié en 1er par D. LOPEZ-CHAVES. Forte pétition de vuelta pour 

     le toro. 

- Prix au meilleur picador à Oscar BERNAL ( cuadrilla de D. Lopez-Chaves )

     ayant piqué Olivito.

- Meilleur lidiador : Domingo LOPEZ-CHAVES.

- Meilleur banderillero : M.A. GOMEZ ODERO ( cuadrilla d'E. de Justo ), pour

     son grand tercio de banderilles au 6e Pedraza, le lundi 21.

- Meilleur novillero lors du tentadero du lundi 21 ( vaches d'Alma Serena ) :

     Adam SAMIRA ( E.T. du Pays d'Arles ).

*Les deux photos ci-dessus de Laurent BERNEDE.

 

         

 

                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H
                                 VIC. LUNDI DE PENTECOTE. 17H

Commenter cet article

christian 30300 25/05/2018 18:52

a retenir l avis medical qui cloture cette resena , mais bon si dieu le veut retour en 2019
et longue ecriture a gilbert et patrick

Cositas de toros 25/05/2018 19:10

Alors, nous nous y trouverons...