Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV

Publié le par Cositas de toros

                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV

    Dimanche 2 septembre.

 

17H30. Corrida. Les 2/3 n’y sont pas. Bleu Aviron, chaud.

 

 

6 La Quinta, les 2 et 3 au-dessus du lot.

Juan Bautista : salut, silence avec avis, salut ( 2e toro de Román).

Daniel Luque : 2 oreilles et salut.

Román : salut, blessure.

 

    Román visita lui aussi l’infirmerie. Pris au sortir d’une mise en suerte au cheval, il trébucha. Le toro le balança comme une poupée de chiffons. Blessé au mollet, le sang s’écoulant jusqu’à la zapatilla, il fut transporté hors du ruedo. Juan Bautista finit le travail sur ce La Quinta avisé, par une faena technique et sûre. Il liquida Fusilero ( Fusilier) d’une entière et un descabello.

 

    J.B. saura dominer son premier adversaire, Farruco (Fanfaron) noble mais pâle aux charges courtes. Il l’entreprit à mi-hauteur. Demi épée en recibir, descabello.

    Ce n’est guère mieux avec Embustero (Menteur) qui ne permettra pas de véritable faena. Recibir, contraire perçante, descabello.

Sacré programme dominical : un fanfaron, un menteur et un fusilier !

 

    Daniel Luque brinde au public après avoir été ovationné à la cape par véroniques racées. Il y a du temple, du rythme, de la classe. Tout ceci semble aisé : le sitio, les passes ajustées. Le La Quinta répète, charge. Entière légèrement de côté me sembla t’il. 2 oreilles et vuelta de Belletero.

    Changement de ton, après l’art, la technique. Naranjito mit le désordre aux banderilles. Après brindis à deux médecins présents au callejon, Luque remonta ses manches et alla au charbon. Il tira quelques rares séries avantageuses. A noter, aucune fois la muleta ne fut secouée.

Il ne s’engagea pas vraiment à l’épée, demi de côté, descabello. L’oreille promise resta sur la tête de son propriétaire.

 

    Pour Román, ce ne fut pas une belle histoire.

Il se montra décidé devant Lavandero qui prit 3 piques poussées, la 3e un sonore "tampon". Il usa du pico, travaillant des deux mains. Ce fut plus âpre sur la gauche. C’est un peu long et il tue mal.

Et passer après Luque…

    Vint Fusilero,

baïonnette au canon - normal à Bayonne où cette arme fut fabriquée pour la première fois - qui ne lui permit pas de sortir avec ses compañeros.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Gilbert LAMARQUE

 

                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV
                           BAYONNE. FERIA DE L’ATLANTIQUE. IV

Commenter cet article