Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CES FIGURAS Souvent décriées

Publié le par Cositas de toros

    L’actualité madrilène et le renouvellement du Bombo pour la San Isidro méritent bien ces quelques lignes.

 

    Le Bombo, comme chacun sait, est le fruit de la réflexion de l’empresa et producteur Simon Casas (cocorico) aux commandes de la plus grande arène du monde : La Monumental. Il s’agit en fait de mettre les noms de toreros dans un chapeau, mettre le nom de ganaderias dans un autre et « savamment » orchestrer le tirage au sort. La légitimité de ce tirage au sort est bien entendu conditionnée par les noms qui sont dans les chapeaux et notamment celui des ganaderias. Cette  façon originale de monter les cartels avait vu le jour pour la feria d’automne madrilène 2018, elle est donc reconduite pour la San Isidro 2019.

L’avantage de cette méthode est qu’elle apporte plus de diversité et d’originalité dans les carteles mais aussi beaucoup plus d’intérêt pour les aficionados, le risque étant bien sûr que les vedettes de l’escalafón ne le boudent.

 

    Or, par un communiqué du 11 février 2019, la gran figura del toreo qu’est Sébastien Castella (re-cocorico) a, par communiqué de presse, annoncé sa participation au Bombo Isidril Le défi est lancé et, comme l’on pouvait s’y attendre les choses n’ont pas trainé. Très vite, d’autres figuras ont suivi. A ce jour, le Bombo est complet et le tirage au sort effectué, le résultat est consultable sur tout site taurin. Certains sont donc prêts à faire LE GESTE et c’est tout à leur honneur, car Madrid est Madrid et la présentation des taureaux sera n’en doutons pas dans la lignée madrilène.

 

   

    Il est un fait que ces figuras n’ont plus rien à prouver (ils ne sont pas tous nés avec une cuillère d’argent dans la bouche, ne sont pas tous fils de… ou ne sont pas tous des Mozart de la tauromachie), et que dans ce cadre, ils ont plus de coups à prendre que de lauriers à récolter. Combien de personnes ayant commencé en bas de l’échelle et terminant leur carrière dans le fauteuil du PDG seraient prêtes à remettre leur bleu de chauffe et retourner, pour quelques jours, au rang de balayeur ?

Ces figuras sont souvent décriées (y compris par votre serviteur) dans des comptes rendus de prestations données il est vrai trop souvent avec des oppositions « choisies », par eux, leur permettant de maintenir leur train de sénateur, prenant en passant la monnaie adéquate. Faut-il leur en vouloir ? Tant qu’il y aura des organisateurs pour les inclure dans ces conditions et des aficionados prêts à payer pour aller les voir ils n’ont pas de raisons objectives pour cesser. Cependant, dans ce cas précis, ils ont accepté de remettre leur bleu de travail et pour le moins, cette décision mérite tout notre respect.

Ils ont bien entendu toute l’expérience, le professionnalisme, la connaissance du taureau et des terrains pour mener à bien ce défi qu’ils se sont lancé. Il n’empêche que le risque est toujours présent et que l’effort se doit d’être salué.

 

    Ces figuras souvent décriées, ont gardé au plus profond de leur être le gusanillo et le pundonor qui font d’eux… des figuras.

    Suerte à eux

 

Patrick SOUX

     

Commenter cet article

christian 30300 05/03/2019 06:52

bel ecrit une fois de plus

Cositas de toros 05/03/2019 08:27

Merci Christian.