Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR

Publié le par Cositas de toros

DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR

                ¡ Cartelazo de lujo  !

     Tras los montes, capitale de la province de Castille y León, Salamanque. Aux alentours de celle-ci, le Campo Charo, un des berceaux de la cabaña brava espagnole. A l’ombre de ses encinas centenaires paissent et croissent à l’abri des regards indiscrets des toros braves, des toros de combat. Au milieu de ce Campo Charro, un pueblo, Tabera de Abajo où se sont préparés pour un long voyage français quelques représentants  de la lignée Lisardo Sanchez / Atanasio Fernandez, pensionnaires de la ganaderia bien connue des aficionados a los toros : Valdefresno.

    De l’àuti coustàt de l’Adou, Aire-sur-L'Adour, chef lieu du dernier canton landais avant los montes, à la jonction des régions du Tursan, de l’Armagnac et du Vic-Bilh (il y a pire comme situation), s’est préparé depuis des lustres à recevoir, dans ses arènes Maurice-Lauche, à l’ombre de ses platanes,  ces arrivants espagnols annoncés au cartel de la corrida du jour.

    Pour compléter cette affiche, les organisateurs ont porté leur choix sur trois toreros auréolés de leur derniers succès de début de temporada :

Fernando Robleño arrive avec à son actif une bonne prestation à Las Ventas devant des Escolar.

Octavio Chacón qui bénéficie d’un fort capital sympathie dans notre Sud-Ouest.

Daniel Luque, triomphateur incontestable de la feria vicoise 2019 face aux Pedrazas.

 

    Tout est fin prêt pour que « la mayonnaise prenne », pour peu que les toros soient à la hauteur des attentes.

Après un long voyage ils sont arrivés de l’àuti coustàt de l’Adou portant dans le cœur des aficionados l’espoir d’une grande après-midi de toros. Hélas… sur le sable des arènes aturines (remplies au 1/3), le lot s’est retrouvé sans race, sans caste, sans force, ils avaient malgré tout un fond de noblesse sosa à rendre les faenas soporifiques qui, avec une forte chaleur, incitait les aficionados au farniente plus qu’à l’émotion. Dommage pour les organisateurs qui avaient fait les choses bien, un cartel de toreros attrayant, un lot de toros parfaitement bien présentés tant en trapio (hormis le second un peu plus léger) qu’en tête, tous armés en diable. Il me vient à l’idée que, si l’excès d’armures était passé dans le manque de force…

Les toreros :

 

                                                Fernando Robleño,

a passé l’après-midi aturin sur la réserve. Certes, son opposition n’était pas de grande envergure, certes ce n’est pas le toro qu’il est habitué à combattre, il n’empêche qu’il est resté sur les bordures avec son premier qui lui a tutoyé la muleta  des deux côtés, chargeant la tête à mi-hauteur et s’éteignant très vite. Il en termine avec une épée habile, delantera y caída. Petite pétition, saluts aux planches. Son second difficile à fixer dans le capote, prend une première vilaine pique fermée et pompée. Il arrive à la muleta en marchant, s’en suit une faena soporifique donnée à un animal soso. Il nous délivre de notre torpeur par un grand coup de rapière en place et efficace. Forte pétition et, une oreille, pour l’ensemble de son œuvre.

 

                                                Octavio Chacón,

est arrivé avec son capital sympathie. Bien lui en a pris… J’ai du mal à retrouver le Chacón de la dernière temporada. Il semble que le Maestro de Prado Del Rey ne retrouve pas le sitio qui était  sien l’an passé. Face à ses deux adversaires du jour, il est resté sur les berges de l’Adour voisine avec le premier et dans les cornes de son second qui n’avançait plus. Petite pétition à son premier suivie d’une vuelta ! Et même motif que son chef de lidia au second, pétition et oreille, d’encouragement ?

 

                                                   Daniel Luque,

auréolé de son triomphe vicois, est, malgré une présidence exagérément généreuse, le grand triomphateur de cette tarde.

Il reçoit son premier par véroniques, tout en douceur. Après avoir offert la mort de son opposant à Marc Amestoy, la première série de derechazos est de bonne facture, main basse, puis le toro va arrêter d’"humilier" et distribuer quelques coups de tête. Avec la senestre, itou.  "Malaguero" baisse de rythme très rapidement, après quelques manoletinas de circonstance, il entre une entière très longue d’effet. Il aura juste le temps d’entendre un avis, avant que la présidence ne lui octroie deux pavillons !!! Avec "Fartero" son deuxième adversaire, le niveau change. Belle sortie au capote par véroniques templées gagnant les terrains du centre, terminée par trois demi-basses et lentes au centre de la piste. Tercio de pique « anodin » bien que le meilleur de la tarde par sa réalisation. A la muleta, nous avons vu toutes les facettes de ce grand torero. Sur la corne droite (la meilleure) l’on a pu apprécier  l’Artiste, tout en lenteur, main basse, une ceinture et un poignet extraordinaire, et, sur la corne gauche, plus compliquée, on a retrouvé le torero technique, dominateur, capable d’allonger la charge, d’imposer sa volonté à un toro qui dès le début n’avait qu’une envie, retourner dans les terrains du toril. Après avoir fait taire la musique, il en termine avec des luquesinas magnifiques et un ¾ de lame bien en place et foudroyante. Forte pétition et encore deux pavillons qu’il promène autour du ruedo accompagné des deux alguacilas.

Vuelta au toro ??? Cadeau de la présidence.

Cette présidence avait été choisie, nous a-t-on dit, pour sa grande connaissance de l’encaste

 

Arènes Maurice-Lauche garnies au 1/3 à 18h sous un grand soleil.

6 toros de Valdefresno, 3 piques + 7 rencontres

Pour :

Fernando Robleño : Salut et oreille.

Octavio Chacón : Vuelta et oreille.

Daniel Luque : avis, 2 oreilles et 2 oreilles.

Sortie à hombros de Daniel Luque accompagné du mayoral (???)

Président : Bernard Langlade.

 

 

Patrick SOUX

DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR
DIMANCHE 16 JUIN AIRE-SUR-L'ADOUR

Commenter cet article