Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FERIA MADELEINE 2019. III.

Publié le par Cositas de toros

FERIA MADELEINE 2019. III.

    Vendredi 19 juillet. 18 h. Toujours des trous dans le gruyère.

 

         DES VESSIES POUR DES LANTERNES.

 

      6 Fuente Ymbro (Cadix) très bien présentés, la palme au 3, inégaux de comportement. Sort du lot le 2, "Pijorito" pour ses qualités. Enfin une corrida entretenue !

 

 

 

M. Á. Perrera est applaudi à la cape. Son toro prend deux rations de fer, la première trasera, la seconde very light. Ce tardo distribue des coups de tête généreux. El de Badajoz prend un violent coup de piton au coude gauche alors qu’il débute main gauche par naturelles. Cela se termine par balanciers (pendules chers au tremendiste Pedrés), main basse et une dernière série serrée. Entière basse et hémorragie, avis. Faena certes technique mais cet ouvrage valait-il une oreille ?

Miguel Ángel déploie ses ailes de fort belle manière à la cape. "Agualimpia" « subit » deux rencontres anodines. Ce faiblard, "brindé" à Geneviève, est reçu à la muleta du centre sur un bon rythme par cambiadas. Le toro fléchissant, s’agenouillant, offre peu d’options. Son travail qui n’atteint jamais les sommets, va a menos et Perrera frustré, allonge inutilement son labeur. Mort longue, avis, silence.

 

"Pijorito" est plus violent, plus brusque que brave au canasson en deux rencontres, un puyazo en bonne position, un picotazo. Alberto López Simón débute par six derechazos de rodillas, le toro s’élançant de loin.

Beaucoup d’envie, d’alegria chez ce Fuente Ymbro, fils de "Jazmin", l'unique toro grâcié au Plumaçon (2012). Alberto torée comme devant un Miura ou un Escolar Gil, alors qu’un peu de douceur est prescrit. Le Madrilène de Bajaras reprend la main droite, la gauche se révélant plus délicate. Quelques autres séries, bras abandonné et A.L.S. en termine par des bernadinas. 3/4 de rapière, 2 oreilles.

Et non ! Faena manchote, où était la main gauche ? Mais une seule oreille valant plus de poids que l’oreillette de Perrera. Abus de générosité sous la pression d’un public peu instruit mais heureux. Alors ? Tout comme la vuelta offerte à "Pajorito" très quelconque sous le fer. Ici, n’a été jugé que la noblesse et la charge ; cela ne suffit pas. Et la nouvelle génération d’aficionados (s’il y en a) prendra ces récompenses comme la stricte règle.

"Senora" est manso. Brindis au public. C’est laborieux, le torero ne trouve pas le bon sitio. Peu d’éléments positifs se sont fixés sur ma rétine. Voltereta et reprise au sol. Le bel habit de lumières ressemble plutôt à celui d’un épouvantail. Ah, cette corne gauche ! Oreille pour le courage (j’espère), l’épée s’avérant basse mais fulgurante. Visite à l'infirmerie.

 

Erreur de casting, faute de goût. La programmation de Pablo Aguado ne me semble pas propice à ce type de toros. Ceux qui, fermant à demi les yeux, souhaitaient s’envoler pour Séville… l’avion ne prit jamais son envol, s’arrêtant au bout du tarmac.

"Pasajero" met bien les reins sous le peto et désarçonne le picador à la seconde rencontre. Cet animal s’avère un peu faible et de charge courte. Quelques naturelles au centre, des séries relâchées mais… aucune odeur de jasmin (Jazmín 2012?) ni de romarin (Curro?). Mise à mort malaisée, salut aux tiers.

"Heraldico", le plus âgé (08/13) s’élance brusquement et de loin vers la pièce montée, tampon (deux rencontres passables). Le Sévillan est alluré et pour ne pas rester inédit, il allonge cette faena banale et en termine par une entière et deux descabellos. Silence. Pablo à revoir avec un élevage plus flamenco.

 

Je ne partage pas l’avis d’Antonio Arévalo dans la "Suerte" du jour (remis à l’entrée). «  Du jour au lendemain, à Séville, il est devenu figura ». Non, pas en un jour, laissons le temps au temps et, je l’ai déjà mentionné, attention aux étoiles filantes ! Mes respects M. Arévalo.

La température a grimpé, la générosité aussi.

López Simón a hombros.

 

                                                                             Gilbert LAMARQUE

 

FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.
FERIA MADELEINE 2019. III.

Commenter cet article