Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tristes perspectives

Publié le par Cositas de toros

                  Les fêtes de Bayonne auront-elles lieu ? Imaginez un million de personnes dans les rues. A l’heure actuelle, ce ne serait pas d’une grande responsabilité.

 

Photo G. Lamarque

       Quant à l’autre rendez-vous festif d’envergure, les San Fermines (6-14 juillet) auront-elles lieu et comment ? Vous n’êtes pas sans ignorer le duel que se livre déjà, à ma gauche la Présidente de la Communauté forale de Navarre qui a d’ores et déjà pris les devants et annoncé leur annulation cette année encore, et à ma droite, le Maire de Pampelune, Enrique Maya, très "torero", qui a rétorqué aussitôt que la décision finale appartient à la municipalité. En lieu et place des grands rassemblements de centaines de milliers de personne jour et nuit durant une semaine, « pourraient être maintenues certaines manifestations telles que les courses de taureaux dans les arènes, parties de pelote, concerts... » Il n'y a que les naïfs pour y croire. Nous ne pouvons que redouter une nouvelle annulation des fêtes. Comment penser s'agglutiner  au comptoir, courir l'encierro, partager sa gourde... de clarete, bien sûr ! etc. Et combien d'aficionados aux arènes après le calcul de la distanciation physique ?

Difficile d’imaginer la San Fermín sans les encierros et les rues et places débordant de festayres de blanc et de rouge vêtus… 

 

     Et pendant ce temps là, à Nîmes, le maire Jean-Paul Fournier réaffirme sa volonté de maintenir la Feria de Pentecôte du 20 au 24 mai. En lien avec la préfecture du Gard, la ville travaille activement à la mise en place de l'ensemble de la manifestation et à l'adaptation de sa programmation, autant avec son délégataire SCP France (Simon Casas Productions) pour les spectacles taurins que les évènements et manifestations sur le domaine public avec son service de festivités. Pour preuve, l'affiche de la Feria 2021 est d'ores et déjà choisie. Mais chacun se prépare aussi à toute éventualité. Quel sera le taux de remplissage des arènes ? Cet évènement de grande notoriété est inscrit dans l'ADN nîmoise depuis 1952. Il est vrai que la feria apporte plus qu'une fête populaire et culturelle car elle booste l'économie locale comme chaque feria des villes intéressées. Simon Casas ne manque pas de souligner qu'en 2020, Nîmes est " la seule feria au monde produite dans son intégralité avec cinq spectacles majeurs."

     Que répliquer à cela ? Souhaitons que d'autres villes taurines en fassent de même sachant que chaque site est un cas particulier : volonté municipale, véto de la préfecture, etc.

      La santé mentale est aussi affectée par les confinements et autres couvre-feux. Cependant, il faudra bien maintenir la soupape de sécurité dans des conditions acceptables et permettre un retour du lien social car on ne peut pas tout interdire infiniment. Il faut aussi trouver un moyen terme entre la priorité des règles sanitaires et entendre les souhaits des populations.
Tristes perspectives malgré tout.

 

Clin d’œil 


Samedi 6 février 2021, le lauréat du concours de création du logo pour les arènes de Parentis-en-Born, Quentin Selaquet, était invité par Mme la Maire à une visite du chantier de restructuration de la placita.

Voici le logo officiel :

Cositas aurait pu concourir, non ?

Alors ?


300 euros attribués au gagnant mais nous ne sommes pas corrompus.

 

Polémique

      La maire d'Espartinas, 16 000 habitants à l'Est de Séville, la socialiste Cristina Los Arcos a évité de prendre position sur la polémique soulevée par les déclarations de son deuxième adjoint, José María Calado, qui avait déclaré que tant que son mandat durerait, aucun genre d'activités taurines ne serait autorisé dans la ville et les arènes inaugurées en 2005 par Espartaco, Francisco Rivera Ordoñez et Morante de la Puebla.

Comme prévu, la maire a reçu les toreros Agustín de Espartinas et Juan Leal, qui avaient demandé cette entrevue. La municipalité a préféré ne pas commenter la question notant que "ce sont des questions personnelles du conseiller" (!). Et les toreros ont demandé à la maire si, une fois la plaza réhabilitée, les activités taurines, les entraînements pourraient avoir lieu ; elle n'a pas voulu clarifier sa position en faisant valoir qu'il s'agit d'une question distincte (?!).

Le conseiller reste sur sa position et l'hermétisme de la maire suscitent toujours une grande polémique. D'où la colère d'Espartaco référence taurine de l'Aljarafe - division (comarca) territoriale proche de Séville - et les frères Javier et Borja Jiménez souhaitent porter plainte pour discrimination.

La Fondation Toro de Lidia a réagi et averti que "cela aura une conséquence juridique, la gravité de cette discrimination doit être appréciée." Elle sollicite également la concession de la plaza afin d'organiser des spectacles taurins. Quelle sera la réponse de la municipalité et de son deuxième adjoint ?

Le conseiller de la Real Plaza de Toros de la Mairie d'El Puerto de Santa María, Alvaro González, offre à Espartinas et à toute la région sévillane de l'Aljarafe, la possibilité d'utiliser l'arène pour l'entraînement ou toute activité tauromachique.

Une manifestation est prévue devant la porte des arènes d'Espartinas ce lundi 15 février à 18h.

 

                                                                    Gilbert Lamarque

Commenter cet article

chris30300 16/02/2021 10:57

clin d oeil reussit cositas meritez l affiche aussi

Cositas de toros 16/02/2021 12:00

Merci Christian