Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Breves

Publié le par Cositas de toros

MEA CULPA

 

          Suite à l’article "José, Juan… los de Miura", j’ai commis une grosse bévue. En effet, j’ai affirmé que Javier Castaño était après Joselito « le sixième en solitaire de l’histoire ». Il n’en est rien. Il y eut avant lui, le 25 août 2001 à Bilbao, Juan José Padilla. Nombreux étaient ceux qui pensaient, à l’époque, que ce n’était que pure folie, vu son état et les cornadas successives qu’il reçut à cette époque.

     Fidèle à l’Aste Nagusia, je n’étais pas présent ce jour-là. Ceci n’est pas une excuse. J’ai complètement occulté l’évènement.

     Pour sortir la tête haute, je dirai que Javier Castaño a été l’unique torero qui réalisa cet exploit… en France et qu’il est donc le septième !

     Merci à Campos y Ruedos d’avoir bousculé mes certitudes et remis en lumière, hélas, mon amnésie.

 

 

IGNORANCE

 

          Ici, ce n’est pas de l’amnésie, mais de l’ignorance. Je ne savais pas qu’il existait un collectif Landes anti corrida ! Ce collectif avec le Crac Europe, a soutenu la Fondation Brigitte Bardot qui a organisé « une action de sensibilisation du public dans divers quartiers de la ville de Bayonne, à propos de la corrida », samedi 6 mars, entre 12h30 et 16h.

 

Image d'archive. Photo G. Lamarque

     Cette opération intervient deux semaines après la décision du Conseil municipal de Bayonne de proposer la gratuité des corridas aux moins de 8 ans et des novilladas pour les moins de 15 ans. Les manifestants envisageaient de se réunir devant les arènes de Lachepaillet à 15h30. Ils ont eu bien raison car ces 14 pauvres misérables qui faisaient le poireau, ont eu leurs aises, il n’y a pas un chat en cette saison dans ce quartier résidentiel.

     Trop froid pour promener en bord d’océan, la galerie commerciale d’Ametzondo fermée pour cause de pandémie… alors, que faire : une petite manif.

     Pendant ce temps-là, cinq camions transformés en "sound systems" éructaient de la techno à plein volume, partis depuis la place de la République à Saint-Esprit, suivis par des dizaines de grappes de "teufeurs". Ce samedi, ils réveillèrent les quais de bord de Nive et le centre-ville, le bruyant cortège ne passant pas inaperçu. L’Aviron, lui, faisait profil bas devant Lyon à Jean-Dauger pour une nouvelle défaite, peu de moyens, peu de production. Le LOU mangea l’agneau basque.

     Et les anti ? Qui ?

 

                                                       Gilbert Lamarque

 

Commenter cet article

ALAIN SABATHIER 08/03/2021 16:04

Ce collectif était présent à la novillada de Juillet 2019 à Plaisance du Gers. Parqué à l'entrée du parking, ils étaient...six ou huit, deux d'entre eux on même déambulés autour de l'arène pendant une dizaine de minutes.

Cositas de toros 09/03/2021 12:26

Bonjour Alain. Le 14 juillet 2019, j'étais à Céret. Mais il ne faut pas ignorer ses "ennemis" même "discrets" !