Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Perfidie

Publié le par Cositas de toros

 

Relevé dans Midi Libre du 03/03/2021.

 

          L’OABA (Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs) et l’Alliance anti corrida ont lancé une campagne d’affichage dans dix villes de France.

Et les heureuses élues sont : Paris, Bordeaux, Rennes, Lille, Lyon, Toulouse, Marseille, Nice, Montpellier et Nîmes.

 

 

     « Bien-être animal ? La majorité des abattoirs égorge les animaux à vif », peut-on lire sur la photo de l’affiche exposant une vache terrifiée.

     L’abattage rituel halal et casher sont visés. « Alors que la maltraitance est au cœur des débats au Sénat, certains sujets comme l’abattage rituel sont soigneusement écartés. Les animaux de boucherie sont saignés en pleine conscience » et « Il existe des méthodes d’étourdissement dites réversibles compatibles avec les rites religieux. »

     En France, selon les chiffres fournis par les deux associations, 150 des 240 abattoirs agréés par le ministère de l’Agriculture, ont une dérogation au principe d’étourdissement des animaux avant leur saignée.

     « L’exception ne saurait devenir la règle, dit l’irrésistible Nîmoise Claire Starozinski, la présidente de l’Alliance anti corrida. En décembre dernier, la Cour de justice de l’Union européenne a précisé qu’un état membre pouvait imposer l’étourdissement des animaux lors d’abattages rituels. »

 

     Bien, tout ceci nous ne le contestons pas et cela va dans le bon sens. Mais, la perfidie transpire de l’Alliance anti corrida qui vient s’afficher sur cette campagne. Que vient-elle y faire ? Semer le trouble et la confusion ? Cela est déjà fait depuis longtemps.

     Seulement mélanger les genres et faire de la corrida, une boucherie, un abattoir à ciel ouvert où l’on ne tue pas mais où le massacre triomphe après bien des châtiments sous les applaudissements d’abrutis barbares.

     C’est le passe-temps favori des ces militants fourbes et insidieux. L’estampille de l’Alliance anti corrida semble bien saugrenue voire grotesque sur les panneaux exposés dans les villes de Paris, Rennes, Lille ou Lyon notamment.

     Quant à l’OABA, elle est, en premier lieu, une association qui protège les animaux de ferme… comme le toro de lidia !

 

     840 panneaux ont été déployés depuis le 23 février jusqu’au 2 mars. À Nîmes, cette campagne est visible sur 34 panneaux. Elle sera prolongée pour vingt d’entre eux jusqu’au 10 mars. C’est peu de temps mais toujours trop long.

_________________

Sujet n’ayant rien à voir avec la tauromachie, quoique…

 

     Merci la crise !

 

Je me suis enrichi… d’un mot, et quel mot !

 

          Durant le "Covidé", le 5 avril 2020, le journal Le Parisien a publié un sondage sur un sujet – n’importe lequel aurait fait l’affaire – où personne ne connaissait la réponse, pendant que les chercheurs cherchaient… 59 % ont répondu oui, 20 % non et 21 % je ne sais pas. Donc, 79 % savaient !

     Les gens parlent avec une assurance proportionnelle à leur incompétence, voir les réseaux sociaux débordant d’imbécilités.

     Donc, j’ai appris par l’entremise de la pandémie – tout n’étant pas négatif – un mot nouveau : l’ultracrépidarianisme – ça en jette – qui désigne la tendance de certaines personnes à s’exprimer sur des sujets qu’elles ne connaissent pas. On l’utilise aussi bien en référence à des personnes lamda qui donnent leur avis, notamment – je l’écrivais précédemment – sur les réseaux dits sociaux – suivez mon regard – qu’en référence à des experts qui donnent publiquement leur opinion sur un domaine qui n’est pas de leur compétence – suivez mon autre regard.

     Voici un mot d’origine latine qui veut dire littéralement « cordonnier, pas plus haut que la chaussure. »

     Ce proverbe latin vient d’une anecdote racontée par Pline l’Ancien : un cordonnier était rentré dans l’atelier d’un peintre pour lui remettre une commande. Il en profita pour admirer les œuvres du peintre et lui signala une erreur dans la représentation d’une sandale. Le peintre la corrigea. Mais quand le cordonnier commença à émettre d’autres critiques, le peintre lui répondit ne supra crepidam sutor iudicaret : « un cordonnier ne devrait pas donner son avis au-delà de la chaussure. »

     Vous voyez, l’ultacrépidarianisme est universel et n’a pas d’âge, seulement aujourd’hui, il vous saute à la figure par médias et réseaux interposés. Heureux ancêtres, s’ils savaient !

 

                                                                       Gilbert Lamarque

Commenter cet article

LAPORTE CLAUDE 05/03/2021 18:36

BRAVO POUR LE COMMENTAIRE SUR L'ULTRACREPIDARIANISME !

Cositas de toros 06/03/2021 10:17

A mot long, opinion courte !