Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SAINT-SEVER, UN été 72

Publié le par Cositas de toros

     

 

 

     

            Dans les années soixante, les "Swinging sixties", adolescent, peu expérimenté, mon univers composé de maigres expériences, quand les voies de l’utopie paraissaient encore envisageables, jeune aficionado, néo saint-severin, je fréquentais alors les arènes de Morlanne, accompagné de mon père qui saupoudrait d’une voix chuchotée, les quelques règlements, véritables arcanes que seuls les initiés égrainaient de leur chapelet d’aficionado éclairé.

     L’été 72 avait mis ses habits d’automne, froid, pluvieux, peu ensoleillé, les vendanges furent des plus mauvaises. Les 25 et 26 juin le Cap de Gascogne préparait sa célébration des Fêtes de la Saint-Jean. Par son traditionnel feu de la Saint-Jean, nous allions célébrer le solstice d’été… avec quelques jours de retard mais dans la tradition chrétienne, la Saint-Jean-Baptiste.     

     C’était le temps des festivités du Cap de Gascogne, de sa novillada point d’orgue des réjouissances n’excluant point la traditionnelle "course des Cuisinières" du mardi, point final des fêtes où au  sortir de l’esplanade de Morlanne, nous claudiquions vers la ville, fiers d’avoir défié et affronté les crapuleuses vaches de la ganaderia voisine de Latapie qui connaissaient bien mieux que nous le grec et le latin. Nous entamions la "Cazérienne des canards boiteux", le torse conquérant, les membres tuméfiés, l’habit loqueteux. 68 avait lancé ses pavés un an auparavant, mouvement très parisien et des facultés de province. Ce pan de notre histoire resta pour nous une broutille mais un chapitre de l’histoire taurine viendra à notre rencontre lors de la novillada dans ces mêmes arènes de Morlanne, le feu de la Saint-Jean n’étant plus que cendre. Le "Siège de Saint-Sever", la rébellion des jeunes toreros français éclata, rapide et brutale, manifestation dans le ruedo réclamant le droit de toréer au même titre que leurs collègues espagnols. Les frères Montcouquiol plus unis que jamais torchonnèrent quelques coups de flanelle au second novillo de "El Mito" (le 4e), lequel remisa ses trastos. Simon Casas, Curro Caro, Marc Antoine Romero, accompagnés du très jeune et futur éleveur au caractère bien trempé Patrick Laugier, agitèrent le drapeau français, et furent aux prises des armées gasconnes, avec Frédéric Pascal et Chinito. Tout se passa si vite, la réaction des Landais fut rapide et brutale. Les uns par quelques coups de flanelle, les autres tendirent une banderole revendicatrice et quelques coups de baston, coups de poing et coups de pied au cul à mettre au débit des toreros. Ça tombe comme à Gravelotte, le Gascon à la main généreuse ! Les spadassins de la gendarmerie continrent l’émeute.

  Tout ce beau monde agité terminera sa course à la gendarmerie. Maître Jean-Marie Commenay, maire    truculent de la cité, avocat au barreau de Mont-de-Marsan, artiste de la plaidoirie, député des Landes durant une vingtaine d’années, prédécesseur d’Henri Emmanuelli, se rendit à la gendarmerie toute affaire cessante et "libéra" les insurgés. Ce 25 juin, il y  a un lustre ! ce fut un symbole, une action collective, … une espontaneada préparée.                                                                                              

Et le calme revint

   Si Mai 68 fut une broutille, une légère secousse sismique, ce 25 juin 1972 fut l’explosion d’un volcan en sommeil. La planète n’en fut guère secouée si ce n’est le mundillo. Et ce fut la première  et unique fois où l’on vit des guêpes faire du miel de leurs revendications ! Quand aujourd’hui les écoles taurines - interdites alors en France - et leur formatage fleurissent,  où  de jeunes apprentis se battent pour affirmer leur personnalité…

Qu’il est loin le temps des maletillas !

     Le rêve des bâtisseurs ne fut pas une utopie dans cette époque hallucinée. Vint le temps de Nimeño, Castella, Bautista. Ils ont défié l’interdit et, futurs matadors, banderilleros, ces guêpes ont jeté les bases de la tauromachie française. Aujourd’hui des arènes sont gérées par des empresas françaises. Un torero français est au cartel de Madrid, de Bilbao, franchissant le charco toréant au Mexique. Les excellentes biographies des pionniers fleurissent, telles les vies du landais Félix Robert ou du compatriote de Tartarin, Pouly III. Ils ouvrirent les voies vers Paris, Roubaix, Angers, Dijon, exemples de lieux improbables. Tels les Templiers du XIIe siècle, bâtisseurs, fortifiant les bourgs pour nous offrir la découverte des richesses médiévales.

Les vingt-sept guêpes ont gagné leur combat face aux vents contraires du moment. Puissent-ils résister aux assauts des géants voraces du mundillo. La société actuelle se modifiant rapidement, puissent Félix Robert et Pouly III dormir sur leurs deux oreilles d’un sommeil éternel !

     Me vient à l’esprit une sombre histoire, en 1992, deux toros espagnols furent lâchement exécutés au tournevis (!) par un commando venu du Sud-Est à la nuit tombée. Au cartel des fêtes 92 ne figurait aucun toreros français - le Landais est têtu ! Ce ne fut guère glorieux. Épisode dont la cité landaise se releva avec des maux de tête ; "la conquête des arènes" dix-huit ans avant avait laissé un léger parfum de révolution, cette affaire-là, un assassinat.

Présent

     Pour fêter ce cinquantenaire, la Commission taurine du Cap de Gascogne avait concocté deux corridas exceptionnelles aux arènes baptisées aujourd’hui Henri Capdeville autre personnalité rabelaisienne. Et le 25 et 26 juin, la Feria du Cap de Gascogne vit le jour, inédit ! Merci aux grands frères ! Une autre époque, de la pop au hip hop dirait le jeune public. Des mots, rien que des mots pour avoir la vie devant soi. Notre univers se construisit, le chemin tracé évitant le caillou dans la chaussure, d’autres âmes grises s’en chargeront. Les "boomers" que nous sommes croyaient-ils aux toreros français ? Toujours est-il qu’à cet instant nombre d’entre-nous ne donnèrent pas leur adhésion !

 

PS : Par une belle soirée de mai, la cabane tomba violemment sur le chien, Cositas frisa l'orphelinat. La promenade continue ainsi, endiablée, libre et exigeante. C'est une belle destination pour l'automne qui s'annonce.

Merci du fond du coeur à toutes celles et ceux qui s'inquiétèrent de mon silence. La balade continue, plus intense.

                                                               Gilbert Lamarque

Commenter cet article
P
Merci pour ce retour, le vide est toujours effrayant, les bonnes lectures toujours délicieuses.
Répondre
A
Merci Gilbert de penser à nous. <br /> Que ce temps fut long sans Cositas !<br /> Le roman est pour bientôt ?! Amitiés
Répondre
P
Quelle joie de pouvoir enfin savourer les chroniques de Cositas, cela nous a vraiment manqué. A bientôt.
Répondre
C
Bon retour !<br /> Ce ne fut pas pour cette fois
Répondre
L
contente d'avoir de tes nouvelles rendez-vous à Roquefort. bises.
Répondre