Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SAINT-PERDON Dimanche 27 août

Publié le par Cositas de toros

La famille ganadera et leur mayoral. Photo de Laurent Bernede

La famille ganadera et leur mayoral. Photo de Laurent Bernede

 

Novillada "concours"

Arènes du Plumaçon Mont de Marsan, environ 2000 personnes (un peu plus que l’an passé ?).

 

Température caniculaire, soleil, bruine et pluie au début du second, tout le monde se met à l’abri, y compris le maire de la municipalité montoise qui, lui, a préféré continué de se mouiller au callejon.

 

 

Cette année était la cinquième édition "concours" et, pour la faire courte, le cru 2017 a été d’un niveau inférieur aux quatre autres.

Inférieur :

                - Par le bétail qui a déçu. Il n’a pas été à la hauteur des attentes des organisateurs (du moins je l’espère).  Le comportement à la pique a été en règle générale modeste, du moins pas à la hauteur d’une concours, ils ont quasiment tous été a menos plus ou moins rapidement (la palme au Pedraza qui n’a "supporté" que trois séries) des cornes, au moins pour deux, qui interpellent, le Cuadri qui sort avec le piton droit explosé et le Virgen Maria qui  l’éclate en rematant aux planches.

                 -Par les novilleros, qui n’ont toujours pas compris comment doit se mener une lidia, qui plus est dans un concours. Inexpérience  ou volonté délibérée ? Le fait est qu’aucun des novillos en compétition n’ont eu une lidia correcte et adaptée.

Pizon de Célestino CUADRI sort en premier. Bien dans le type de l’encaste, bas, lourd, d’armure commode, sort avec la corne droite en trompette. Noble au capote, mal mis en suerte, la première pique est prise sans conviction, à la deuxième la mise en suerte est plus soignée mais le novillo tardo, s’approche en marchant et démarre aux rayas pour une pique dans l’épaule en se défendant. Avec la muleta le novillo reste tardo, une bonne série à gauche sans se croiser avec toujours ces trois ou quatre pas de replacement, faena hachée et CARRETERO finit par se faire désarmer. Le novillo n’a vraiment rien dans le ventre. Entière droite et un peu devant. Silence.

Cantador de Don José ESCOLAR GIL sorti en second est lui aussi dans le type malgré qu’il soit un peu rond avec une corne droite très ouverte. Juste de force au capote il arrive à la première pique, carioquée et pompée, sans pousser, suivi d’une deuxième où il reste collé au peto et d’un troisième picotazo, le tout avec un piquero ayant monté la puya à l’envers et une lidia désastreuse. Salut de Morenito après un superbe tercio au palos. D’entrée, ISIEGAS se fait manger à la muleta avec le pasito a tras. Il change de main, quelques séries du bout du bâton sans se croiser en lui retirant la muleta à chaque passe. Le novillo fini par se désintéresser et tout le monde va a menos. Une entière contraire un peu arrière viendra à bout du novillo. Silence.

Buenastardes de VALDELLAN est lui sorti en troisième position avec alegria, sans remater. Au capote il a des charges longues des deux côtés. Mis en suerte un peu loin pour la première pique, il part bien et prend une grande pique où il amène le groupe équestre au centre de la piste (grande pelea de Gabin REHABI). A la deuxième il part du centre en marchant et démarre à deux mètres du cheval pour une petite ration,  quant à la troisième elle se terminera en picotazo dont Buenastardes se sortira seul. Après avoir été averti sur le deuxième derachazo Tibo GARCIA subit une forte voltereta à la troisième. Il revient vaillamment en prenant la gauche pour deux séries intéressantes bien que sur la bordure. Il repassera à droite pour une série plus croisée mais le danger persiste, il conclura avec 2/3 de lame au deuxième essai. Tibo a fait une faena de valiente  et pour le moment il a été le plus torero des trois. Quelques applaudissements.

Tañidero, le franco-andalou de VIRGEN MARIA sort en quatrième avec alegria, il remate fort aux tablas et s’éclate la corne gauche. Au capote il a des charges longues sur les deux bords et l’on se prend à rêver ou pour le moins à espérer (souvenirs montois ?). Placé au centre ( !!!) pour la première rencontre, il s’élance et fait sonner les étriers plus qu’il ne pousse.. Placé plus prêt pour la seconde (re !!!) il y retourne sans classe et sans pousser. A la muleta, après quelques séries à droite CARRETERO se fait désarmer pour la nième fois de l’après-midi. Il prend à gauche sur les bordures. Le novillo va a menos et Diego plie les gaules, il terminera sa faena exprès (5’48) avec une épée dans le rincon au deuxième essai. Silence.

Sorti en cinquième, Niñero de la ganaderia détentrice du titre, PEDRAZA  DE YELTES sera protesté à sa sortie en piste. En effet, haut sur pattes, maigre, petite tête et brocho, il ressemblait plus à un eral qu’à un novillo. Il se révèlera fuyard au capote de Jorge ISIEGAS et prendra un refilon hors du sitio puis une "deuxième", toujours hors du sitio longue et carioquée. La troisième est enfin donnée dans le sitio, le novillo met les reins mais il n’a pas de force et n’arrive pas à bouger la cavalerie de Bonijol qui pourtant…Il en prendra une quatrième (picotazo totalement inutile !), pour le coup, la lidia n’est pas désastreuse, elle est inexistante. Jorge l’attaque au centre par une cambiada et tout cela se résume en une histoire de zig zag. Pour que tout fonctionne bien, il suffit que le torero soit dans le zig lorsque le novillo est dans le zag , mais, quand ils se retrouvent tous les deux dans le zag (ou dans le zig bien sûr) en même temps cela fini par un gros cachou, Marichou, (c’est pour la rime). Donc, grosse boite d’ISIEGAS qui a volé dans les cieux du Plumaçon. Jorge a à faire avec un novillo bête, doté d’un tempérament d’eral qui correspond à son physique, un novillo qui boit la muleta. A la demande du novillero la présidence déclenchera la musique ( !!!) ceci aura au moins le mérite de couvrir les ahanements de ce bûcheron . Malgré ça, ou à cause de ça, il reste vulgaire face à un animal auquel il aurait fallu faire montre de plus de classe. Après quatre séries prometteuses à droite il semble que l’on ait coupé l’électricité à Niñero. Tout s’éteint et, après un final par manoletinas, il enverra son collaborateur ad-patres par une entière en place au cinquième voyage. Silence.

Rascatripas de la jeune ganaderia navarraise de PINCHA propriété de José Antonio BAIGORI, avait l’honneur de clôturer la course. Il fera une sortie discrète, sans remater. Il mettra bien la tête des deux côtés dans le capote de Tibo qui se fait désarmer en fin de série. Au premier tercio Tibo fera l’effort de soigner la mise en suerte pour une première où le novillo se colle plus qu’il ne pousse, la deuxième prise de plus loin sera elle poussée a caballo levantado puis une troisième ou il rapprochera le bicho ( !) et donnée avec la puya de tienta (re !) Pourquoi la pique de tienta et la lidia si bien commencée, finie à l’envers ?, surtout que le novillo reste intéressant aux palos où il poursuit et raccompagne les banderilleros aux tablas. Après un brindis à Pascal DARQUIE, Président de la Peña organisatrice il entame sa faena de muleta par le bas gagnant du terrain et rematant au centre. S’en suivent de belles séries sur le bord droit en mettant la jambe et cargant la suerte. A gauche plus compliqué avec le novillo qui, me semble t’il, aurait eu besoin de plus de dominio et surtout de plus de distance. Tout de même une bonne faena accompagnée par une musique en symbiose (il est bon de le noter). Hélas, une débâcle aux aciers le privera de récompenses qu’il était en droit d’espérer. Il devra se contenter de saluer aux medias alors que le novillo est primé d’une vuelta. .. un peu généreuse vu la troisième pique…

Le novillo de la ganaderia de PINCHA, le plus complet de l’après-midi a été déclaré vainqueur sans surprise et donc nous devrions revoir cette ganaderia l’an prochain à Saint-Perdon, suerte.

Pour conclure, cette novillada a été globalement décevante surtout par  le comportement des novillos. Il faut préciser que cette année la peña a changé de cuadra de caballos "pour donner plus d’intérêt" au premier tiers. Force est de constater que ça n’aura pas suffi !!! Il est possible que la solution soit ailleurs et notamment dans le choix des élevages. Je suis convaincu qu’en faisant confiance à des ganaderos moins connus mais qui eux ont envie de passer les montagnes nous aurions droit à un défilé sur le sable montois des têtes de camade ce qui pourrait modifier complètement le premier tiers et stopper une bonne fois pour toutes les fameux débat de la cuadra de caballos.

Je ne doute pas que l’équipe de Pascal DARQUIE saura analyser et retenir les leçons de cette course…

En attendant RDV est pris pour 2018.

Patrick SOUX

 

PS: Aujourd'hui, pour avoir le diap en plein écran, cliquez sur la......chaussure gauche de la jeune fille.

SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août
SAINT-PERDON Dimanche 27 août

Voir les commentaires

MAUBOURGUET 20 AOÛT

Publié le par Cositas de toros

MAUBOURGUET 20 AOÛT

AFFAIRE DE FAMILLE

Belle affluence, temps printanier.

De nouveau tournée vers le Campo Charro après le succès de 2016 des Coquilla de Sanchez Arjona (vainqueur du Trophée Occitanie), l'équipe de Pascal BOUNNEAU-LAVEDAN a invité Javier SANCHEZ ARJONA et son cousin Juan SANCHEZ FABRES.
La camada très courte de SANCHEZ ARJONA permit au cousin FABRES d'amener 3 novillos pour former un lot homogène.

Donc, 3 SANCHEZ FABRES (1, 5 et 6) et 3 SANCHEZ ARJONA (2, 3 et 4).

Tallador sorti en 4 fit la vuelta...

Le 1 décevant, faible et soso, le 2 gacho ainsi que le 4, les 5 et 6 "en pointes". L'ensemble noble, belles charges et bouches cousues.

Le mexicain Hector GUTIERREZ (vu à Parentis et 2 oreilles à Arzacq) fut à son avantage à la muleta, tua d'une vilaine entière, son premier opposant, oreille. Sa faena majoritairement droitière.

Une faena sans peser sur l'animal, au second. Entière de côté, descabellos. Vuelta.

João d'ALVA banderille plutôt bien (Ils ne sont guère nombreux dans cette suerte). Brindis à R. MILIAN. Son novillo est vif, mobile, le garçon plein d'envie, mais le travail est plus clinquant qu'accompli. Orage d'aciers, 1avis, silence.

Plus chanceux à la mort sur le Fabres : entière de côté efficace, 1 oreille. Pas souvent sur le sitio.

Yon LAMOTHE (à son avantage en Novembre dernier à Saint Sever devant des...Sanchez Fabres) reçut agréablement l'Arjona au capote. Brindis au public. Voltereta spectaculaire (il ressentit par la suite une douleur au genou). Volontaire, il repartit perturbé avec des passes à mi hauteur. L'épée de côté transperce. 1 avis, silence.

Sur l'ultime (Fabres) qui humilie, Yon est a gusto, main basse, il nous gratifia d'une faena riche en séries de naturelles. Après un pinchazo, l'épée contraire s'avéra foudroyante. 2 oreilles (après le succès matinal à Rion).

Le prix de l'ACOSO et le trophée Val d'Adour partagés entre H. GUTIERREZ et Y. LAMOTHE.

Les cousins saluèrent en piste.

Lors du paseo, il fut observé une minute de silence en hommage à François FORTASSIN, sénateur qui défendit la tauromachie avec la plus grande conviction. Associé à cet hommage, Yvan FANDIÑO au parcours exemplaire.

Maubourguet Toros a réussi cette belle tarde qui draina un public plus nombreux pour cette édition. Côté toros, un "poil" en dessous qu'en 2016 mais ne gâchons pas notre plaisir : le cousin ARJONA sortant légèrement à son avantage.

Présidence : Philippe TORT.

Gilbert LAMARQUE

Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.
Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.

Les photos sont de notre ami Frédéric MARTINEZ.

Voir les commentaires

RION, dimanche 20 août

Publié le par Cositas de toros

RION, dimanche 20 août

Dimanche 20 août, 11h matinale rionnaise, ciel bleu, température agréable, petite demi-arène.

Cette matinale a été marquée par la faiblesse du bétail et par une nouvelle sortie a hombros de Dorian CANTON et de Yon LAMOTHE.

En effet les pensionnaires du Camino de Santiago se sont révélés faibles dès leur sortie en piste. Limite en présentation  pour les deux premiers, le dernier, plus lourd se révèlera un peu moins faible.

Dylan RAIMBAUD reprend le chemin des ruedos après une année blanche et ça se voit. Il doit garder la muleta haute pour que son faible adversaire ne tombe pas et, sans jamais se croiser, il ne trouve ni la hauteur, ni le tempo pour lier quoi que ce soit. L’eral fini par s’arrêter, 1/2 lame et 4 descabellos viendront à bout de l’animal après avoir entendu un avis.

Dorian CANTON touche le même opposant que son prédécesseur, mais, avec plus de métier il arrive à trouver la bonne hauteur de muleta qui lui permet de lier et d’enchaîner quelques séries intéressantes. L’eral va vite a menos, final par bernardinas serrées. Entière foudroyante et 2 oreilles tombent du palco.

Yon LAMOTHE est élégant, avec le moins faible de la matinée et après une bonne entame par véroniques, il débute sa faena par 2 cambiadas au centre, 2 séries à droite sans se croiser puis, plus investi à gauche arrive à donner quelques séries intéressantes. Il  demande beaucoup à un animal qui  a peu à donner. Une entière tombée et trasera viendra à bout de l’animal et lui permettra de couper 2 pavillons.

Sortie a hombros des deux compañeros accompagné d’un grand sourire de Richard MILIAN

RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août

Dimanche 20 août, 18h NSP, le ciel est toujours bleu, la température est montée d’un cran, un bon 2/3 d’arène.

RION, dimanche 20 août

Après un bon repas agrémenté du  souvenir d’une histoire de pain et de flûte traversière ou pas, suivi par un agréable moment passé au bord d’un bassin à siroter un gin extraordinaire (un grand merci à nos hôtes) nous sommes revenus poser notre séant sur les planches rionnaises.

Au programme un lot d’erales de Valdefresno extrêmement bien présentés, charpentés, grosse présence en piste, encastés certains avec une tendance à chercher les planches, mais tous avec du bois sur la tête, assez de bois pour vous chauffer tout l’hiver.

Face à eux, des novilleros qui sont restés en dessous des novillos, qui n’ont pas su ou n’ont pas pu.

El RAFI, se retrouvera face à un premier gazapon, il ne se croisera pas et finira par se faire manger. Il conclue par une vilaine entière  et 2 descabellos et s’octroie une vuelta. Avec son second, bis repetita au début, se recentre en milieu de faena, laisse la muleta sous le museau de l’animal et fini par lier  quelques belles séries. Entière trasera et caìda, 1 oreille.

Manuel DIOSLEGUARDE, se croise plus que son chef de lidia mais avec un premier qui colle, il finit par subir une grosse voltereta. Il se défait de l’animal par une entière contraire  mais caìda et un bajonazo. Avec son second colorado et difficile à fixer c’est la guerre, las, Manuel n’est pas assez armé et le combat est vite inégal, il n’arrive pas à le dominer même s’il y a un mieux en fin de faena. Entière dans la croix pour en terminer avec son opposant, suivi d’une ribambelle des descabellos.

Ismael JIMENEZ, est comme son jeune compañero, trop vert pour une telle opposition. Sans sitio à son premier il est plus croisé à son second qui portait le fer d’El Pilar, auquel il tirera quelques séries templées à gauche. Final en luquesinas, entière delantera et 2 descabellos après avis. La pétition monte et 1 oreille tombe du palco.

Présidence Lionel  LOHIAGUE.

Prix au triomphateur : El RAFI.

Prix à la meilleure faena : Ismael JIMENEZ.

El Orense

RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août
RION, dimanche 20 août

Voir les commentaires

ROQUEFORT 13 AOÛT

Publié le par Cositas de toros

ROQUEFORT 13 AOÛT

Le 14 Août 2016, le lot de Saltillo avait brillé. "Présents au cheval (16 piques, 2 chutes) et aux banderilles, plein de caste et de qualités." avais- je noté dans le n° 120 de La Gacetilla.

Pour les défier : Manuel PONCE (nom difficile à porter) de Chiclana de la Frontera-Cadiz, Miguel Angel PACHECO de La Linea de la Concepciòn-Cadiz et David Garcia NAVARRETE de Vilches-Jaen, gravement blessé à Madrid cette année.

 

            LE PIN QUI CACHE LA PINEDE

    

Hélas, nous avions mangé notre brioche l'année passée, cette tarde, il nous fut servi une viennoiserie rassie (croissant dont les "cornes brochas" sont plus imposantes que celles de certains novillos présents ce jour).

Un lot mal présenté, hétéroclite, aux armures discrètes, manquant de caste, au moteur bridé. Le 6e surnageant du naufrage.

Donc, du Saltillo dans ses mauvais gènes : peu de bravoure, beaucoup de mansedumbre. Du sentido, de la méfiance à la muleta quand ils ne sont pas quasiment absents!

Sortie a hombros pour NAVARRETE!!! Oreille et oreille offertes généreusement par le palco. La cerise sur le "croissant" avec cet ultime Saltillo qui fit illusion; 2 rencontres cavalières avec alegria. La présidence refusant un 3e assaut. Salut des banderilleros. Une douce charge puis s'éteint sur les dernières naturelles.

PONCE...Manuel fut l'acteur de deux porta gayola. Vuelta et salut au centre.

M.A.PACHECO, oreille après légère pétition puis silence après l'absence de faena et l'épreuve de la pique qui en fut une pour le public.

 

En matinée, El RAFI 1avis, vuelta (Astarac) et vuelta après pétition sans effet (Turquay) et MARCILLO, salut au 1/3 (Turquay) et 2 avis, vuelta sur l'Astarac applaudi à l'arrastre, le meilleur des quatre.

MARCILLO plus torero.

Gilbert LAMARQUE

PS: Plein écran en cliquant sur le lobe de l'oreille droite de l'alguacilla.

Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez
Les photos sont de Frédéric Martinez

Les photos sont de Frédéric Martinez

Voir les commentaires

INTERMEDE Dacquois

Publié le par Cositas de toros

INTERMEDE Dacquois

J'allais oublié cet intermède que nous ont réservé nos amis de la ville thermale, l'invasion de la piste samedi après la mort du premier toro par 3 hurluberlus venus d'une autre planète, de ceux qui détiennent la vérité et qui à ce titre veulent l'imposer au monde entier.

Une demoiselle et un de ces compagnons ont été arrêtés promptement, quand au troisième (voir photos) il a oublié qu'il était dans un pays de rugby et c'est vu plaqué durement. Après quelques "patacs" par ci par là, plus écrasage des poux grâce à des chaussures bien placées il est rentré menotté à l'infirmerie des arènes. Pas de panique, relâché le soir même, il ne devait pas trop souffrir car il a recommencé à Bayonne le lendemain.

Quelques images en dessous

El Orense

P.S: Pour le plein écran, comdab, aujourd'hui il faut cliquer sur la cuisse gauche de la jeune fille.

INTERMEDE Dacquois
INTERMEDE Dacquois
INTERMEDE Dacquois
INTERMEDE Dacquois
INTERMEDE Dacquois
INTERMEDE Dacquois
INTERMEDE Dacquois
INTERMEDE Dacquois

Voir les commentaires

1 2 > >>