Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Synthèse feria dacquoise 2018

Publié le par Cositas de toros

Synthèse feria dacquoise 2018

      C’est à la fin du marché que l’on compte les sous disaient nos anciens.

C’est donc à la fin de la feria que l’on fait le point des bonnes et moins bonnes choses qui nous ont été proposées.

Côté toros :

 

Jours

Ganaderia

Comportement

 

 

 

Dimanche matin

GARCIA JIMENEZ

Du faible au très faible

 

 

 

Dimanche après-midi

SANTIAGO DOMECQ

Hétérogènes, manquent de race et de caste

Faibles.

 

 

 

Lundi

PEDRAZA de YELTES

+ ou - de caste, bravitos noblotes, deux toros intéressants

 

 

 

Mardi (solo de JB)

MONTALVO

Noble mais faible

 

LA QUINTA

Intéressant, encasté mais faible

 

PEDRAZA de YELTES

Race et caste

 

LA DEHESILLA

Inexistant…

 

VICTORINO MARTIN

Bon toro encasté que JB a réussi à faire humilier, toro noble

 

 

JANDILLA

toro noble mais vite éteint

 

 

 

Mercredi

ANA ROMERO

Décevants sur tous les plans

 

 

 

Mardi matin  Eliminatoire NSP

LE LARTET

Lot très intéressant encasté et mobile

 

 

 

Mardi matin Finale NSP

GUADAIRA

Lot hétérogène, très faible

 

Si je résume ce tableau en quelques mots, le lot qui ressort le plus "complet" est celui de Pedraza de Yeltes. Attention, il n’en reste pas moins vrai qu’il baisse de niveau tous les ans. A ce rythme là… Ensuite quelques toros intéressants notamment le Victorino de l’encerrona de Jean Baptiste et à un degré moindre, le la Quinta et le Jandilla, toujours du solo de JB.

La non surprise des Garcia Jimenez et Santiago Domecq et, chose importante que je note, la grosse déception des Ana Romero.

Pour les NSP, excellente tenue des erales du Lartet et grosse déception pour ceux de Guadaira qui ont un peu "plombé" la finale.

 

Côté toreros :

Indiscutablement le fait marquant de cette feria est l’encerrona de Juan Bautista. L’Arlésien a été sans conteste le sauveur de cette feria de part son investissement, son professionnalisme ainsi que son courage, sa volonté  et son sens artistique. J’ai noté  également la volonté et le pundonor de Sébastien CASTELLA et, à un degré moindre, la suite de la tournée d’adieu du Pirate. Les autres sont passés  sin pena ni gloria.

Je donnerai une mention spéciale, sous forme de blâme à Gines MARIN que personnellement j’ai trouvé très pueblerino, haranguant sans cesse le public afin d’obtenir son soutien, souvent d’ailleurs au détriment de la qualité de son trasteo.

Vous aurez remarqué bien entendu que je ne parle pas de Lebrero et de son scandaleux indulto de pacotille, tout étant déjà expliqué dans ma reseña du jour.

Allez, un peu d’AGUR et RDV l’an prochain, ou pas… Quien sabe ?

 

Patrick SOUX

Voir les commentaires

Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak

Publié le par Cositas de toros

Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak

      Il faut avouer que bon nombre de personnes assistent à la der dacquoise pour l’Agur Jaunak, moment de partage musical et d’émotion, l’Adishatz 2018. Heureusement qu’il y avait l’Agur !!!

Pour cette corrida de clôture, l’arène bien sûr était comble et a vu défiler un lot d’Ana Romero à qui il ne restait plus grand-chose de toros de combat, mis à part le nom. Possible qu’à Alcala de los Gazules, leurs ancêtres (Buendia / Perez Tabernero)  se soient  retournés dans leurs tombes andalouses.

Le lot est homogène, bien présenté, bien armé, les pensionnaires des "Cobatillas" sont sortis nobles, fades, très discrets à la cavalerie, manquant de piquant, de  sauvagerie et de force, le quatrième invalide est remplacé par un frangin, le dernier faible, les autres faisant la génuflexion.

Face eux, trois jeunes Maestros.

                                                   Thomas DUFAU,

face à son premier où Morenito et Manolo de los Reyes ont salué, s’engage dans une faena où malgré quelques passages intéressants,  il n’arrive pas vraiment à s’imposer et l’ouvrage ne sera jamais vraiment construit. Entière caída suffisante, arrastre applaudi, salut aux planches. Avec son second bis, très faible, brindé à "Bala", il débute en citant le toro de loin. Le toro se refait, permet à Thomas de tirer quelques séries sur le passage puis le bestiau s’affale.  Pas très à l’aise à gauche, il termine avec des manoletinas serrées et ¾ de lame contraire, avis, descabello et palmitas.

                                                Juan DEL ALAMO,

reçoit son premier avec des véroniques en gagnant le terrain jusqu’au centre. Après un premier tiers anodin et un second convenable, il prend la muleta, brinde au public, il s’attache à lier quelques séries à droite gardant la muleta sous le museau du toro et la main basse. Le tout un peu sur le passage. Plus discret à gauche, le toro baisse vite de rythme  et s’avise. Entière plate suffisante, salut. Son second a un comportement de manso au premier tiers, il s’échappe et refuse le contact avec le canasson. Curro SANCHEZ sur sa monture fera preuve de professionnalisme pour aller chercher le toro au-delà des limites et le carioquer  pour le garder et le piquer. La faena de muleta sera donnée sur le passage à un toro qui faiblit dès la première série. La suite sera écourtée et il en termine avec une entière au troisième voyage. Avis et silence.

                                                Tomas CAMPOS,

faisait son premier paseo de torero dans le ruedo dacquois.  Après avoir eu beaucoup de difficultés à la mise en suerte du premier tiers, il entame sa faena par derechazos sur un toro qui gardera la tête à mi-hauteur, la cause provenant peut être du fait que "l’estremadurien" lève sa main en fin de passe, ce qui ne l’empêche pas de lier des séries superficielles. Manoletinas finales, entière un peu plate, avis et séries de descabellos. Arrastre applaudit ( ?) y palmitas. Flameador, l’ultime ne "pètera pas le feu", sortie discrète, premier tiers confidentiel, 2ème itou. Entame de faena de la main gauche, laisse du temps à ce toro qui déjà n’en peut plus. A droite Tomas reste vraiment beaucoup sur le passage, siiiiiiiitio !!! le toro s’affale,  Tomas continue, Tomas nous ennuie, Tomas exagère… Il fini par changer sa rapière et lui donne une entière caída (bien caída) mais foudroyante. Le public frustré jusque là, demande l’oreille et… l’obtient.

Ainsi se termine cette course de déception et l’Agur Jaunak peut retentir en conclusion de cette feria dacquoise en demi-teinte.

Synthèse à venir dans les prochains jours.

 

Patrick SOUX

Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak
Mercredi à DAX , la corrida de l’Agur Jaunak

Voir les commentaires

DAX 14 août 18h

Publié le par Cositas de toros

 

Juan Bautista, son encerona dacquoise

DAX 14 août 18h

     18h, le paseo s’élance devant une arène pleine, je n’hésite pas à le dire, cette course, vendue comme un évènement…en fut un.

Pour son encerona, Juan Bautista s’était préparé mentalement et physiquement, nous avons eu droit à du Grand Jean Baptiste. JB lidiador, il s’est attaché à mettre tous les toros en valeur au premier tiers, chef de lidia, donnant de la voix lorsque nécessaire, technicien pour soumettre des toros plus difficiles, artiste sur des faenones donnés à des adversaires plus "doux". Et alors que c’est un grand tueur, l’épée en ce jour lui fera perdre quelques trophées qui auraient pu transformer le succès en triomphe.

Les toros choisis étaient de MONTALVO, LA QUINTA, PEDRAZA de YELTES, La DEHESILLA, Victorino MARTIN et JANDILLA dans l’ordre de sortie. Ils étaient tous dans le type de leur encaste.

                                                -I- MONTALVO :

Après une sortie discrète, il part de loin sur la première pique dont il sort seul, la deuxième est carioquée. Deuxième tiers rondement mené et la première faena est toute en  douceur sur un toro qui baisse très vite. Circulaires finales avec deux superbes changements de main, le tout conclu par une entière très basse mais foudroyante. Oreillette.

                                                  -2- LA QUINTA :

"Gargandillo" sort des chiqueros calmement, au premier tiers il s’emploie sur deux vraies piques dont la seconde en partant du centre. D’entrée le Maestro fait parler la technique pour régler la tête de son adversaire. Le reste de sa faena sera tout en maîtrise, en conduite de l’animal, malgré un petit passage à vide en milieu. Hélas le toro va a menos, il lève l’estoc aux medios pour un recibir pinché, il le déplace alors au centre et le couche d’un deuxième recibir en place d’effet un peu long. Palmitas et pas un seul mouchoir…

                                           -3- PEDRAZA de YELTES :

Sortie réservée, il prend une première pique en partant du centre sans pousser et une seconde où il met les reins. Tercio de banderilles compliqué avec ce toro parado. Il arrive dans la muleta de JB âpre et violent, c’est une faena de combattant, une faena au forceps qui lui permettra de tirer deux bonnes séries à droite. Il conclut par une entière atravesada, en prenant la rocade dacquoise, suivie de deux descabellos. Arrastre applaudit et salut du torero.

                                                -4- La DEHESILLA :

Les quelques signes de faiblesse apparents à sa sortie font que JB "l’épargnera" au premier tiers en deux rencontres.  Tercio de banderilles compliqué avec ce toro qui ne part pas ou mal. A la muleta il arrive andarin. Le Maestro parvient à régler le problème mais aucune liaison n’est possible. Voyant qu’il n’avait rien à tirer de cet animal à part peut être un mauvais coup, JB abrège et tue d’une entière. Silence.

                                              -5- Victorino MARTIN :

Dès sa prise de contact Jean Baptiste pèse sur ce toro par des véroniques en gagnant du terrain jusqu’au centre (la messe est quasiment dite). "Correton" prendra deux piques dont la première poussée puis il mettra les banderilleros à l’épreuve du courage. La muleta est autoritaire et basse en début de faena, après deux ou trois séries Correton rend les armes, mettra le museau dans le sable et ne voit plus que le drap rouge s’agiter devant ses yeux. Le final se fera en naturelles de face dans le berceau et malheureusement il pinchera une première fois avant de porter une entière engagée et suffisante. Oreille demandée et donnée.

                                                  -6- JANDILLA :

Grosero sort avec des intentions, prend une bonne première puya suivie d’un picotazo. JB prend les bâtonnets et banderille lui-même son toro. Pendant qu’il prend sa muleta le toro remate fort au burladero et se casse le piton gauche. Le mouchoir vert est sorti.

                                                 -6 bis- JANDILLA :

 Hacinador remplace son frère de camada avec les mêmes intentions et les mêmes résultats à la cavalerie. JB reprend les banderilles avec bonheur. Il brinde se dernier au public et, dès l’entame, il l’embarque dans des séries liées et templées des deux côtés. Il enchaine avec trois circulaires les pieds rivés dans le sable dacquois. Le toro faiblit, JB raccourci les distances, final de face dans les cornes. Pour conclure, il l’amène au centre et le foudroie avec un énorme recibir. Deux grandes oreilles tombent du palco.

 

Ce soir le torero pourra dormir sur ses deux oreilles ! Contrat rempli, l’honneur est sauf. Enhorabuena à ce torero qui, grâce à son pundonor et la variété de son répertoire nous a permis de passer une agréable après-midi de toros.

Patrick SOUX

 

P.S : Manquait tout de même un petit coup de serpe. Je le donnerai aux organisateurs qui n’ont pas cru bon  d’informer les aficionados de l’identité des deux sobresalientes présents à savoir : Salvador RUANO et Miguel Ángel SÁNCHEZ. Ça ne manque pas un peu de respect ?

DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h
DAX 14 août 18h

Voir les commentaires

Mardi 14 août au matin DAX

Publié le par Cositas de toros

Mardi 14 août au matin DAX

 

Eliminatoires des NSP

 

10h30, arènes du Parc Théodore-DENIS, c’est parti pour un marathon taurin.

     En premier, les éliminatoires des NSP reportés de la veille.  C’est dans un cirque rempli aux 2/3 que nous avons vu défiler un lot de 5 erales de la ganaderia du Lartet. Ils n’avaient nul besoin de venir en cette ville thermale pour un séjour de remise en forme. Le lot réservé par la famille BONNET est parfaitement homogène tant en trapio qu’en armure et diablement encasté. Simplement comme nous les aimons.

Leur opposition du jour et constituée de :

                                              Alejandro CANO,

qui ne nous a pas montré grand-chose au capote, à la muleta, la caste de l’eral prend le dessus et après quelques désarmés, il visite la sous couche nuageuse du ciel dacquois et termine très vite à l’infirmerie dont il ne reviendra pas. Jose Antonio VALENCIA tue pour lui.

                                         Jose Antonio VALENCIA

est venu en substitution de Carlos MOLINA blessé. Après avoir banderillé son opposant assez moyennement, il lui sert une faena majoritairement droitière, l’eral apprend vite des erreurs d’un trasteo fait du pico. Entière foudroyante au quatrième essai, l’arrastre est applaudi. Jose Antonio s’octroie une vuelta.

                                        Valentin HOYOS CALAMA

fait une faena en demi-teinte avec une muleta trop brusque et trop basse pour son novillo qui se relève après une sévère chute aux banderilles qui lui laisse des séquelles. Entière au troisième essai caída et suffisante. Salut au centre.

                                                    SOLALITO

tombe sur un coureur qui visite le ruedo. Banderillé très moyennement, il part de loin sur le drapelet permettant à Solal de tirer quelques belles séries, malheureusement, suite à une petite erreur, il prend une grosse "rouste". Il revient avec courage mais peu à peu perd le fil. Entière contraire au deuxième essai, arrastre applaudit salut et vuelta pour le torero.

                                                  Yon LAMOTHE

a quant à lui à en découdre avec un eral distrait. Il arrive à l’intéresser en rentrant dans le sitio ce qui lui permet de lui imposer sa tauromachie. Pendant un moment, c’est Yon qui commande. Hélas au fil de la faena, il retrouve son placement naturel sur la bordure, se découvre et se met en danger. Entière atravesada suffisante, oreille.

 

Les deux qualifiés sont, sans surprise

SOLALITO

Yon LAMOTHE

 

FINALE

     En second,12h30, toujours en ce même lieu, le ciel est toujours nuageux, et puis, d’un coup, ça s’est mis à tomber… mais pas la pluie.

Cette finale opposera les vainqueurs  à quatre pensionnaires de GUADAIRA (de sang Jandilla), desiguales en trapio et en présentation. Un lot "de fond de tiroir".

                                                      SOLALITO

prend en premier una cabrita, vif à la sortie, noble, mais… faible. Il prend en charge la pose des banderilles et sert, j’ai failli dire à cet avorton, une faena intelligente, toute en douceur, sans peser. Final en circulaires puis entière contraire et droite suffisante. Oreille. Son second doit faire approximativement le double du poids de son premier et juste un peu plus de force. Après avoir posé trois jolies paires de banderilles, il brinde à Yon et  sert une faena accomplie sur les deux rives à son adversaire. Hélas, les aciers lui feront défaut. Entière efficace au cinquième essai. Palmas et salut au centre.

Yon LAMOTHE trouvera en son premier le cocktail maison du jour, noblesse et faiblesse. Tellement de faiblesse que, hormis quelques gestes par-ci par-là il ne peut tirer un semblant de faena. Entière derrière et contraire suivie de 3 descabellos auront raison de son eral.  Silence. En second, otra cabrita… juste de force. Il brinde sa mort à Dorian et Baptiste, les frangins d’Adour Aficion. Entame par deux cambiadas au centre, puis continuera avec une faenita profilée et courtoise donnée à un animal insipide. Très grosse entière engagée et foudroyante pour en terminer. Oreille concédée à la demande du public par la présidence qui résistera à une forte pétition de seconde.

 

A ma grande surprise, Yon LAMOTHE est déclaré vainqueur de ce concours de NSP 2018. J’ai le vague sentiment que SOLALITO c’est un peu fait voler sur le coup. Mais peut être était-il impossible qu’un "sudestien" puisse gagner en terre dacquoise, ce d’autant plus que son adversaire du jour jouait à domicile.

Je tiens à préciser que je n’ai eu aucune information provenant de personnes autorisées sur ce sujet. Ce n’est qu’une réflexion toute personnelle.

 

Patrick SOUX

 

PS : Ne vous éloignez par trop ou de votre ordi ou de votre téléphone, prochain article à paraitre : la reseña du solo de JB, ce même jour vers 16h (si le timing est respecté, vous savez avec la fatigue des fêtes…) En attendant, le diap en dessous.

Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX
Mardi 14 août au matin DAX

Voir les commentaires

Lundi 13 août Dax 3e de Feria

Publié le par Cositas de toros

Lundi 13 août Dax 3e de Feria

 

La Pedrazada

       La suspension de la NSP du matin à cause de la pluie nous a grandement laissé le temps de nous pencher sur notre condition d’aficionado a los toros et la discussion aidant nous nous sommes retrouvé à 18h, heure du paseo.

Ce jour, 6 toros de l’élevage salmentino de Pedraza de Yeltes, un lot très bien présenté tant en trapio qu’en armures. Ils ont tous fait (plus ou moins) preuve de caste,  de bravoure et de noblesse piquante, supérieurs les 3 et 5. Un seul bémol, la faiblesse, le manque de fond et de force de certains. Force est de constater qu’ils ont perdu de leur sauvagerie d’antan et que pour moi, même si la course dans son ensemble a été bonne et entretenue, je l’ai trouvé en dessous de celle de l’an passé qui était déjà en dessous de celle de l’année d’avant…

En opposition aujourd’hui, Octavio CHACÓN (en substitution de RAFAELILLO blessé), Daniel LUQUE et Emilio de JUSTO.

                                              Octavio CHACÓN ,

inutile de le présenter dans notre Sud Ouest, il est un grand lidiador mais aussi un grand chef de lidia et, il l’a de nouveau démontré aujourd’hui. Son premier a du genio, son second est réservé. Pas de grandes choses au premier tiers, ses deux opposants s’y comportent dignement avec alegria mais sans pousser (2 piques chacun). Si le 1 est arrivé compliqué à la muleta, finissant même aux planches, le 4 montre plus de combativité. Belles séries liées sur les deux rives, cites de loin sur un animal qui répond. Les deux épées caídas qui terminent sont trasteo lui permettent malgré tout un salut au premier et une oreille au second.

                                                   Daniel LUQUE

doit composer avec son faible premier qui s’agenouille avant, pendant et après le premier tiers. Avec un gros effort il arrivera à le maintenir debout et lui servir une faena honorable terminée par ses luquesinas maison, entière caída et une oreille. Son second, Holendero est un tout autre client. Le premier tiers est combatif avec une première pique violente, sur laquelle il emporte le groupe équestre, sur la deuxième il se défend plus qu’il ne pousse et, sur la troisième il part du centre avec alegria, le piquero le manque et se reprend. Un combat. Après trois excellentes paires de bâtons et salut des banderilleros, c’est avec une muleta autoritaire et ferme (et le ventre de la muleta, lui) qu’il conduit bien le toro à droite. A gauche il se fait désarmer d’entrée mais il  reprend vite les commandes. Malgré tout, il perd un peu le fil sur la fin, l’amène au centre pour une entière un peu cadía et plate. Le toro lutte et finit par tomber. Oreille au torero et vuelta au toro (pas de contestations).

                                              Emilio de JUSTO,

pas le plus heureux au sorteo, effectue une faena autoritaire et douce à la fois (une main de fer dans un gant de velours) qu’il terminera hélas par un bajonazo sur son premier adversaire qui sort très réservé,  prend un premier picotazo en manso, une deuxième pique très forte,  met les reins et bouscule tout sur son passage, suivi d’une troisième du centre au galop en mettant les reins. Le dernier de l’encierro remate à la sortie, prend une première puya carioquée avec de la puissance et une deuxième moins forte de laquelle il sort seul. Il en sortira affaibli ne permettant à Emilo (pas très à l'aise ce jour), que quelques bonnes séries à gauche. La faena reste décousue, final par manoletinas de face et, le fracaso aux aciers ne lui permettra de n’entendre que quelques applaudissements.

 

DAX Lundi 18 h,

Temps couvert, température enfin supportable,

14 piques, les banderilleros de LUQUE saluent au 5ème,

Octavio CHACÓN, salut, avis et oreille

Daniel LUQUE, oreille et oreille

Emilio de JUSTO, silence, avis et palmitas.

Holendero n°14, né en décembre 2013, sorti en 5ème position pour Daniel LUQUE honoré d’une vuelta al ruedo.

Présidence: Bernard Cisset.

 

Patrick SOUX

Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria
Lundi 13 août Dax 3e de Feria

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>