Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Grenet

Publié le par Cositas de toros

                       UN COMBATTANT AFICIONADO NOUS A QUITTÉ

 

               L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé hier mardi 23 février à son domicile, à l’age de 81 ans des suites d’une longue maladie.

 

     Il fut élu maire en 1995, remplaçant son père Henri Grenet, malade. Il restera le premier magistrat de sa chère ville de Bayonne jusqu’en 2014. C’est sous son mandat que la cité des bords de Nive et Adour obtint le label "Ville d’Art et d’Histoire".

     Dans le domaine politique, il fut également conseiller général (1992/1995), régional (1998/2002) et bien sûr député élu à deux reprises dans l’hémicycle et deux fois suppléant d’Alain Lamassoure nommé au Gouvernement par deux fois (1993/1997 et 2002/2012).

     Le chirurgien qu’il fut, succéda aussi à son père à la tête de la clinique Paulmy que ce dernier avait fondée.

     En bon Bayonnais, il resta un passionné de l’Aviron qu’il présida durant 14 ans devenant en juin 1976, le dixième président du club bleu et blanc jusqu’en 1989, avant d’hériter des clés de la ville. Il œuvra longtemps pour garder un club professionnel compétitif dans sa ville.

     Au sein de son parcours en politique, il se battit aussi pour son autre passion, la tauromachie. Jean Grenet fut avec François Loncle coprésident du groupe d’études sur la tauromachie à l’Assemblée nationale où l’on comptait aussi, entre autres, Manuel Valls et le Landais Alain Vidalies. Le président du groupe est, aujourd’hui, Alain Marleix, député du Cantal.

 

Avril 2019. Grand salon de l'Hôtel de Ville avec Olivier Baratchart. Photo G. Lamarque

     

     Jean Grenet fut également président de l’UVTF à deux reprises et le chirurgien spécialiste en chirurgie viscérale, sauva la vie de Joël Matray. Le 14 juillet 1982, à Lachepaillet, Joël Matray, novillero puntero, né à Montmorency en juin 1958, est victime d’une terrible blessure, une des plus terribles de toute l’histoire française de la tauromachie. Le coup de corne est gravissime dans l’iliaque externe et dans le ventre. Entre le sable des arènes et l’infirmerie, le novillero perd trois litres de sang ! Malgré la difficulté et l’urgence, le docteur Grenet réussit à "clamper". Départ pour la clinique où le chirurgien opérera durant quatre heures trente !*

     Il fut aussi l’homme des polémiques comme bon nombre d’élus avec notamment le financement à perte des corridas, ou l’obtention de locaux publics à des associations (peñas) qui lui étaient proches…

     L’homme de cœur et de passions s’en est allé, l’homme de caractère au grand charisme. Une longue page d’histoire intimement mêlée à sa ville de Bayonne se termine avec lui.

     Aujourd’hui, c’est de l’émotion et du chagrin que ressentent la plupart des Bayonnais.

 

     Du balcon de l’Hôtel de ville, lors des fêtes de Bayonne, à la remise des clés, il chantait :

 

       Salut Bayoune

Salut Bayoune, peutite flou

Proche le Nibe, proche l’Adou

Maynade à le berbe gascoune

Charmante é gauyouse citat,

Ount respiren le libertat,

Salut Bayoune !

 

     Aujourd’hui, c’est toute une ville qui vous salue.

*Cet épisode est à lire dans le livre d’entretiens que Pierre Vidal lui a consacré. Jean Grenet. L’afición sous toutes ses formes. Éditions Gascogne.

                                       

                                                    Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Double baptême au Cap de Gascogne

Publié le par Cositas de toros

     

          La 36e semaine taurine et culturelle de la Peña Jeune Aficion prendra fin le dimanche 10 octobre par une novillada piquée, véritable évènement dans les arènes Henri-Capdeville de Saint-Sever.

Les organisateurs persistent et signent. Ils reconduiront les deux ganaderias landaises annoncées précédemment en non piquée pour octobre 2020 puis pour le dimanche 9 mars de cette année.

C’est à souligner. Dans ce petit monde taurin où souvent les paroles, les promesses s’envolent, où les accords se rompent, la Peña Jeune Aficion renouvelle sa confiance aux fers de Casanueva à Montsoué et d’Alma Serena à Cauna. José et Guillaume Bats d’une part et Philippe Bats d’autre part vont faire leur premiers pas en novillada piquée. Les becerros prévus en 2020 seront novillos et profitent de leur sursis. En ces temps incertains et difficiles, voilà une belle opportunité et une preuve de respect aux ganaderos du cru. L’ancien canton de Saint-Sever – qui n’est plus d’actualité depuis la réforme territoriale de 2014* – comprenait 14 communes dont Montsoué et Cauna d’où sont issus les 4 (2+2) novillos. C’est donc – prenant un ton badin – un inter-villages au sein du canton !

Pour être allé, le 5 février, m’aérer chez Casanueva, j’ai pu juger de l’évolution, du développement des novillos : trapío, cornes, robe. Je ne doute pas de la qualité des produits de Philippe Bats, sûrement impeccables en présentation.

Un Bats en sortira vainqueur. Pourquoi pas les deux ? Là, n’est pas le plus important. Le plus attractif sera de mesurer l’évolution de ces deux ganaderias qui se respectent.

Les noms des heureux novilleros élus seront connus plus tard.

 

     Bravo donc à la Peña Jeune Aficion unissant deux fers landais que, sur le site de Morlanne, les aficionados dégusteront sans modération pour cette première face aux hommes au castoreño.

Mais en attendant, allez taper dans vos piles de Bonne Soirée ou de La Veillée des Chaumières – certains ont encore le catalogue de Manufrance –, le temps sera long, très long.

 

*Depuis 2015, le nouveau canton Chalosse Tursan a eu la peau du "vieux"canton de Saint-Sever. Ce nouveau canton regroupe 50 communes dont Hagetmau est le bureau centralisateur.

 

                                                                      Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Et vive la liberté ! (suite)

Publié le par Cositas de toros

                    À Lugdunum, on se divise sur la moralité, la légitimité des jeux du cirque.

 

Sandrine Runel et Grégory Doucet. Photo Le Progrès

 

      La mise à mort d’un taureau par un énergumène en habit à paillettes et verroterie, n’est certainement pas la tasse de thé du maire écologiste de Lyon. Grégory Doucet a même signé, vendredi (19/02), le manifeste de la Fédération des luttes pour l’abolition des corridas, la sinistre Flac, demandant l’interdiction de l’accès aux arènes pour les moins de 16 ans. « Comment tolérer la présence d’enfants assistant aux massacres d’animaux à l’arme blanche pour le plaisir ? » interroge le « manifeste contre la cruauté des corridas ». « Des psychiatres de renom et des psychologues de plus en plus nombreux attestent des effets traumatiques sur leur psychisme », est-il également inscrit.

La triste Flac demande également l’abolition de cette pratique, pointant que « pour tous les autres animaux, une mise à mort pour le plaisir constitue une infraction pénale ».

Mais qui sont ces « psychiatres de renom » et ces « psychologues de plus en plus nombreux » et où trouver les écrits, les études attestant de ces « effets traumatiques » ?

Toujours le même air lancinant de crécelle insupportable.

Mr. le maire, laissez donc les parents seuls juges, laissez les éduquer leur progéniture. Chacun en su sitio.

Sandrine Runel (42 ans), l’adjointe socialiste aux solidarités et à l’inclusion sociale, aux origines nîmoises, ne semble guère traumatisée. Elle précisait dernièrement que la corrida était « une passion familiale ».

La majorité municipale EELV et socialiste se fissure dans l’arène sur ce sujet si controversé. L’adjointe confiait avoir « eu l’occasion d’échanges avec certains camarades animalistes et il n’y a pas de tabou la-dessus. »

Mais voilà que le maire de Lyon prend désormais officiellement ses distances … des élections n’approcheraient-elles pas ? Nous sommes pourtant loin des lieux immondes des ces massacres.

Ah ! cette politique se nourrissant d’hypocrisie et de fourberie.

La discrimination par l'assiette.

     Il n'y aura pas de gardiane dans les cantines lyonnaises... seul restera le riz.

C'est nouveau depuis ce matin. L'instauration d'un menu unique sans viande dans les cantines décrétée par cette municipalité écologiste n'est pas au goût de tout le monde et notamment des éleveurs du Rhône qui manifestent ce lundi devant l'Hôtel de ville. Instauration d'un menu unique dans le cadre du nouveau protocole sanitaire (!!) et pour quelle durée ?

L'école laïque discriminatoire par le bon vouloir d'un édile souhaitant affirmer ses positions idéologiques, accélérant son agenda végétarien, prenant en otage les écoliers lyonnais et leurs parents, ... certes,  un bon nombre avait voté pour Grégory Doucet. Alors, c'était donner le bâton pour se faire battre, ni plus ni moins.

Avoir de si longues dents pour ne croquer que des légumes ! ¡Que lástima!

Viande au barbecue

     Sous l'empereur Marc Aurèle, en juillet 177, Sainte Blandine, la jeune esclave chrétienne fut martyrisée, passée sur le gril et livrée à un taureau puis  aux lions avec une quarantaine de compagnons d'infortune, le premier groupe de chrétiens connu en Gaule. Blandine, aujourd'hui patronne de l'ancienne Lugdunum, est souvent accompagnée dans son iconographie d'un filet, un taureau (tiens !), un gril, un lion et un ours. On la représente souvent attachée à un pilier avec un lion et un ours à ses pieds.

... Que le nouvel empereur lyonnais ne supplicie pas sa 9e adjointe !

 

                                                                      Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

L'exaspérante altérité

Publié le par Cositas de toros

 … Face sombre, visage lumineux…

 

      Joselito torero très dominateur, au répertoire très large et banderillero exceptionnel, tuait rapidement notamment a recibir. Un torero largo.

Peu de documents filmés à cette époque, sinon la corrida à Madrid du 3 juillet 1914, corrida de la encerrona du maestro avec les toros de Vicente Martínez : corrida de 6 toros + 1 sobrero, triomphale, à l’âge de dix-neuf ans.

Par sa science des toros, il a jeté les bases du toreo moderne et l’aficionado ne peut nier l’apport de Joselito à la tauromachie.

Il restera le torero suprême, lui qui, défiant les anciennes gloires, obligea Bombita et Machaquito à quitter le ruedo. Seul, Belmonte s’opposera à sa suprématie.

Le 2 mai précédant cette corrida du 3 juillet, Belmonte avait signé un de ses grands triomphes.

Si Joselito fut le torero impérieux, technique, Belmonte se montra certes souvent pathétique mais offrant un toreo immobile soulevant une espèce de magie. Du classique chez Gallito, du révolutionnaire chez Juan.

Et ce fameux toreo moderne n’est que le fruit de leur conception différente. Un bémol aux louanges de l’un et de l’autre car peu de détails critiques et même techniques apparaissaient dans les pages des journalistes "gallistes" ou "belmontistes".

Ces deux sommités, pour des personnes modérées, resteront sur la plus haute marche, démonstration faite par la création de la peña Los de José y Juan. Leur rivalité coupera l’Espagne en deux, mais nos deux diestros furent les meilleurs amis du monde.

 

Docteur Jekyll et Mister Hyde

 

Joselito

     Il a été écrit quantité de pages sur Joselito, sa vie, sa carrière… mais était-il le vertueux torero que l’on nous assène sans cesse gentiment ?

N’a t’il pas recherché les facilités occasionnées par un toro amoindri ?

N’a t’il pas "monté" des cartels auxquels il participait afin d’évincer un concurrent encombrant ?

N’a t’il pas, au vu de son succès, de sa notoriété, augmenté ses cachets ?

N’a t’il pas, en additionnant ces trois points, porté préjudice aux aficionados ?

Sa mort prématurée a grandi son image ; Joselito vivant, à la prospérité grandissante, put se permettre plusieurs sorties de route. Il en fut de même de certains autres toreros dominateurs en leur temps.

S’il débuta comme novillero puis comme matador avec beaucoup de zèle, très vite – sa carrière fut courte –, il contraignit les ganaderos à des sélections pour un toro plus facile à toréer, plus léger aussi. Cette action imposa sur le marché les ganaderias d’origine Vistahermosa, laissant la part du pauvre aux autres sangs.

Dans les années 1910, aucun ganadero castillan, andalou ou navarrais n’avait d’autre ambition et d’autre désir que de produire des toros les plus beaux, les plus braves et les plus puissants qu’ils soient.

Belmonte et Joselito arrivèrent, les petits toros aussi et l’art se mesura au nombre de passes.

Précédemment, les faenas du Gallo ou de Gaona étaient moins longues car avec des toros de cinq ans, on ne dépassait pas la vingtaine de passes.

Les toreros des années 20 profitèrent de cette aubaine et exigèrent de surcroît, des honoraires excessifs.

Joselito, conscient de l’éloignement du public causé par le prix du billet, se fit le "promoteur" de grandes plazas comme Séville ou Barcelone. En remplissant ces arènes, le torero recevait un cachet conséquent sans que l’aficionado paya plus cher. Mais encore fallait-il remplir les tendidos !

Joselito et ses deux visages mais sûrement une face ensoleillée plus large, un torero transformé en mythe par sa mort brutale à Talavera de la Reina, sans pouvoir bénéficier des nouvelles formes du toreo dont il fut l’initiateur.

Joselito avait à peine 25 ans quand il rencontra la corne de "Bailador". Ici débuta le mythe.

Belmonte qui connut ses premiers triomphes au printemps 1912, rangea ses outils en 1936, sa carrière fut plus longue certes, que celle de l’infortuné Joselito, son existence aussi bien que sa conclusion fut moins glorieuse. Il mit fin à ses jours, se tirant une balle dans la tête, le 8 avril 1962, il flirtait avec ses 70 ans.

     L’année passée fut celle des hommages à Joselito à l’occasion des 100 ans de sa disparition et il est bon aussi d’effleurer les zones plus sombres de ces preux maestros. Tout ceci n’enlevant rien à l’énorme personnalité de José Gómez Ortega alias Joselito et de ses semblables.

 

Les critiques abondent

 

Juan Belmonte

     Juan Belmonte, le novateur, écrit dans ses mémoires rédigées en 1935 par Manuel Chaves Nogales : « Actuellement, le torero fait tout ce qu’il veut avec le toro. Il ne lui manque plus que d’apprendre à le manger vivant. Par ce chemin, la lidia devient fatalement un spectacle de cirque au goût moderne. Mais l’élément dramatique, l’émotion, l’angoisse sublime de la lutte sauvage se sont perdus. La technique du toreo est chaque jour plus parfaite. On torée chaque jour mieux, plus près, plus artistiquement… et, cependant, les toros offrent, chaque jour, moins d’intérêt. »

     Joseph Fourniol, pionnier de l’afición vicoise, revenant en 1945 des corridas du Pilar à Saragosse, déclarait qu’au troisième toro on avait déjà l’impression d’avoir tout vu… et même assez vu. Cela était plus tard dans le temps.

     Un autre témoin de l’époque est intéressant à suivre. Il s’agit de Jean Cistac de la Rainais "Juan Leal" (Bordeaux 1895 – Pau 1979) – déjà évoqué dans ce blog – qui publia son premier compte-rendu dans la revue toulousaine Le Toril en 1922. Il était témoin des œuvres de Machaquito, Bombita, Rafael El Gallo ou Cagancho ainsi que de Joselito (peu) et Belmonte. Il avait une conception "classique" de l’afición. Il se battait sans cesse contre les fausses valeurs de la torería, « les joliesses du toreo tarabiscoté, l’esthétisme à tout prix et l’amoindrissement corollaire de la sauvagerie du toro. » Le Paseo des ombres. Tome 1. Atlantica 2001. Juan Leal restera ce critique taurin prestigieux qui influença de nombreuses générations d’aficionados. Un vrai défenseur du vrai toro sans quoi il n’y aurait pas de vraie corrida.

Voyant l’Espagne taurine en observateur intransigeant, voici ce qu’il écrivait en 1950 :

     « Le mal est venu du rôle prépondérant qu’a, là aussi, pris la presse dans le lancement et le maintien à leur rang, le soutien des vedettes. Un torero se lance comme un dentifrice, un stylographe ou un apéritif. Quand un garçon doué a eu quelques succès légitimes, un "apoderado", un manager, qui croit en son avenir, l’adopte. Dans tous les endroits importants où se célèbrent des corridas, il assure pour le pousser, le concours de journalistes douteux, critiques marrons. Ceux-ci, dès lors, ne cessent d’imprimer le nom et la photo du matador, à tout propos et même hors de propos. Ainsi crée-t’on l’obsession, la frénésie de le voir à tout prix, qui fait qu’un impresario acceptera de lui payer des cachets astronomiques, sur lesquels il y aura de fortes ristournes pour ceux qu’on commence à nommer "les maquereaux de la corrida", d’un terme dont on nous pardonnera la triviale verdeur, pour sa puissance et sa justesse expressive. Les moindres succès sont mués en triomphes indescriptibles. Les échecs même deviennent des victoires dans les éditions destinées à être lues loin de l’endroit où le matador a flanché ! Par ces méthodes, pour lesquelles il n’y eut jamais de frontières fermées, un matador de second plan a vu, en France, en 1946, ses cachets escalader les hauteurs jusque là réservées aux vedettes. Et, en Espagne, Manolete et le Mexicain Arruza ont encaissé par soirée des honoraires scandaleux de 50.000 douros, plus de trois millions de francs à ce moment-là . »…

Puis, « A Barcelone, autrefois le fief du bétail léger et jeune, cher aux primats du jour, le vent a tourné au point que c’est là qu’en 1947 et 1948 on a vu le plus de toros présentés comme ils doivent l’être. Mais l’insignifiance de certains lots, celui en particulier avec lequel Luis Miguel Dominguín, qui y avait invité à ses frais, la presse de toute l’Espagne, toréa seul une demi-douzaine de cabris, plus un réserve à peine un peu plus grand et sans doute du même aussi jeune âge, donne à penser que, dans cette ville cosmopolite, l’atmosphère taurine n’est pas encore devenue celle de Bilbao, puisqu’on y goûta Dominguín pour ses quites variés, tantôt en gaoneras, tantôt en faroles, au point de l’égaler à Joselito. »

 

Manolete...

     Nous l’avons vu, après l’Âge d’Or, succéda l’après-guerre, époque dominée par Manolete…

Le peintre Roberto Domingo répondait à une question sur ce qu’il pensait du cordouan : « Oui, bien sûr, c’est un grand torero, mais si monotone ! »…

et son toreo de profil !

Manolete, en qui on voulut voir le génie du toreo dit statutaire.

« L’homme de profil s’efface dans la zone défilée par rapport à la trajectoire des cornes. Il ne dévie plus le toro. Il le laisse passer droit, se rangeant le long de son chemin, bien qu’ensuite, au moins dans les passes en rond, il le fasse en "courant la main" tourner autour de lui. Mais, alors, il ne commence à guider sa course qu’après que la tête dangereuse a passé. »

"Islero" avait été "afeité" deux fois, sa tête disparut, enterrée on ne sait où. Camara reignait en maître et si on "afeite" des cornes pour tel ou untel, les autres toreros à l'affiche le savent et s'ils ne pipent mot, vous comprenez qu'ils avaient aussi quelque intérêt. 

 

 

     Depuis Manolete, la critique a toléré, avec une complaisance coupable, servir de profil les suertes qui doivent l’être de face alors qu’à toutes les époques, c’était le fait des mauvais toreros. Belmonte, lui, fut applaudi, citant presque toujours de face, chargeant la suerte.

L’alegria, dans le toreo, c’est le plaisir, la joie, la vie, une dose de légère fantaisie, une dose de grâce virile. Manolete en fut exempt, détenteur d’une austérité guindée, d’une tristesse peut-être due à l’absence du vrai toro ! (hum !)

Dominguín...

     … « Faire tourner le toro autour de soi et à la poursuite du leurre, en prolongeant la suerte le plus longtemps possible, comme le fit, en mai 1949, à Madrid, après l’avoir mis au point à la Feria de Séville, Luis Miguel Dominguin, le tordre sur lui-même dans le moins d’espace, et le tenir le mufle constamment dans le sable, non seulement servent à la défense de l’homme, mais brisent beaucoup plus durement que le toreo plus large et plus haut les moyens physiques des toros qu’on réclame par ailleurs plus légers, pour qu’ils s’essoufflent moins vite, et plus jeunes, afin qu’ils passent plus de temps et dans plus de suertes, sans se lasser ,– mais qui, du coup, sont infiniment moins redoutables. C’est en ceci, et en ce qu’on loue comme prouesses des manœuvres dont l’effet est au contraire dans le sens de la réduction du risque, que ce toreo entre dans le cadre de l’illusionnisme et s’incorpore aux artifices. »

 

 

     … Et les publicités se multiplièrent par le développement de la photographie et chacun entreprit de prendre la posture, de cape ou de muleta.

Pourtant, seul le geste compte.

     On ne peut pas décréter qu’avant 1910 environ, la corrida n’était que mobilité et "lourdeur" ou que l’attrait artistique du toreo est né avec Belmonte. Dans le dernier quart du XIXe siècle, l’art de la lidia avait connu une ère de splendeur haussée par Lagartijo, soutenue par la suite par Antonio Fuentes et Guerrita. Plus tard, certains considérèrent que l’art de toréer démarra avec Manolete, Belmonte étant déjà ringardisé.

Enfin, l’art reste l’art sans progrès particuliers, simplement se succèdent des étapes d’esthétiques différentes. La corrida en tant qu’art ne sera jamais moderne ou démodée.

Pour en revenir à la séance photos, laissant de côté les fameuses postures, il est indéniable lorsqu’on regarde des photos des années 1900/1915, que les toros étaient grands, charpentés et terriblement armés. Ils sont dans l’histoire du toreo, les plus durs, les plus grands. Ce sont eux qui résistèrent à la pique la plus meurtrière à jamais employée, celle de 1906 qui était sans rondelle d’arrêt !

Les années passèrent, les toros rétrécirent avec toutes leurs tares, pour grandir à nouveau mais complètement vidés des qualités intrinsèques du bravo.

Le toro reste l’axe du spectacle, son facteur impératif.

 

Ojeda...

 

   

      … Mais avant de revoir les toros grandir, on remarqua, certains admirèrent Paco Ojeda, la vedette dont José Luis Marca, son beau-père, l’apoderado des figuras, garantit le succès par les "jolis" petits toros bien choisis. En 1983, à Mont-de-Marsan, ses compagnons profitèrent de l’aubaine : Niño de la Capea et surtout El Yiyo triomphant avec quatre oreilles. Super toreo du trio avec de super… petits La Quinta ! Mais le trapío de certains et les armures des autres n’effacèrent pas malgré tout, leurs qualités devant la muleta. Je ne retournais pas au Plumaçon pour l’édition 84. Paco ne revint pas en 85, je repris un billet pour 86 car au cartel était inscrit l’étoile montante Joselito (José Miguel Arroyo). La star réapparut en 1992 pour son ultime paseo voisinant avec Ortega Cano et Rafi Camino. Les six créatures de Sepulveda étaient légères et commodes d’armure. Vous auriez pu les invitez chez vous, le mobilier du salon n’en aurait pas pâti ! Ojeda écouta deux silences, l’ombre de lui-même, le ver se tortillait dans le fruit. Sa carrière se termina bien vite pour des raisons de santé. Il retourna plus tard dans les ruedos, juché sur un canasson, son autre passion.

 

« Si la mémoire divise, écrit Pierre Nora, l’Histoire peut rassembler. »

 

     L’aficionado sait pertinemment que "tout n’était pas mieux avant". Aujourd’hui encore et toujours, quelle n’est pas la figura qui n’exige pas tel élevage, tels compagnons de cartel, et si l’âge le lui permet, ne pas être chef de lidia et tout ceci au prix fort.

Déjà au milieu du siècle dernier, certains aficionados patentés faisaient part de leur impression que la fiesta mourrait d’une agonie précipitée par la mentalité des protagonistes.

2021, oui, la fiesta est sous assistance respiratoire et non pas seulement à cause du coronavirus.

 

     Quant à nous, aficionados, efforçons-nous de vivre avec notre temps en gardant nos rêves, nos illusions et surtout notre esprit critique. N’oublions jamais que nous sommes un des acteurs du spectacle, que le torero doit en mesurer l’importance et que le-dit spectacle ne doit jamais entrer dans la banalité, sa perte d’authenticité est l’invitation à une mort certaine.

                                                              Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Communiqué Parentis

Publié le par Cositas de toros

  PARENTIS : (suite)

 

        LA MUNICIPALITÉ REPREND L’ORGANISATION DES NOVILLADAS


         «  La municipalité de Parentis-en-Born souhaite désormais procéder à l'organisation des manifestations taurines en régie directe, et ne plus recourir à un tiers. En effet, la municipalité poursuit un double objectif :
 - Élargir le public d’aficionados sans exclure les non avertis.
 - Garantir la tradition taurine de la ville : ne pas oublier ni renier les caractéristiques de notre place taurine ni ses traditions.
Le conseil municipal du 28 janvier 2021 a acté à l’unanimité cette nouvelle organisation et l’annulation de la convention avec l’ADA Feria et salue l'association pour avoir organisé pendant une quinzaine d'années les novilladas de Parentis. Selon le règlement de l'UVTF dont la ville de Parentis est adhérente, un comité consultatif taurin a également été créé. Ce Comité́ Consultatif Taurin est composé d'élus et de membres désignés par le Conseil Municipal pour leur compétence ou leur appartenance à des associations taurines de la ville. Il est représenté par :
• Madame Marie-Françoise NADAU, Maire et Présidente,
• Madame Véronique GAZEILLES,
• Monsieur Hervé BRUNE,
• Monsieur Jean Luc BUREAU DU COLOMBIER,
• Monsieur Adrien FERE,
• Madame Marine BARRAGUE,
• Monsieur Titouan DAUDIGNON, Vice-Président,
• 1 représentant de l’Association ADA,
• 1 représentant du Comité des Fêtes
Et de 5 personnalités qualifiées :
• Monsieur Christian ERNANDORENA,
• Monsieur Denis PAUILLAC,
• Monsieur Alain CRABOS,
• Monsieur Pierre GORRY,
• Monsieur Laurent DAUDIGNON.
Ce comité est accompagné par un mandataire taurin professionnel pour toutes les questions administratives avec l'Espagne et la France. Suite à une consultation, un marché de gré à gré a été conclu avec M. Alain LARTIGUES (sic) de la société TOMEFRA. Alain LARTIGUES (sic) assurera un travail de prestataire dans la continuité de son expérience et de sa connaissance de la place de Parentis depuis plus de 30 ans. Il travaille également pour les arènes de Bayonne, Mont-de-Marsan, Vic-Fezensac et Arles.
Ce comité consultatif taurin a acté l’organisation de 2 novilladas, les 7 et 8 août 2021, durant la Sen Bertomiu 2021 (du 6 au 10 Août). En cas d’impossibilité sanitaire en Août, les novilladas seraient reportées les 2 et 3 octobre 2021 (la couverture des arènes sécurisera leur tenue quelle que soit la météo).
“Nous respecterons l’identité taurine de Parentis, vieille de 40 ans, tout en ne s’interdisant aucune option afin de combler un maximum d’aficionados : ceux déjà présents et ceux qui ne venaient plus” ont déclaré les membres du Conseil Consultatif Taurin.
Rendez-vous au printemps pour l’annonce des cartels. »

    Alain Lartigue se multiplie, à l’évidence, avec Bayonne, Mont-de Marsan, Vic-Fezensac, Arles et aujourd’hui Parentis-en-Born mais son patronyme s’écrit toujours au singulier. Cela fait désordre, sur un communiqué officiel émanant de la municipalité et de son comité consultatif taurin tout fraîchement  constitué, d’égratigner le nom de son mandataire !

                                                                  
         

      ALLÉLUIA !

 

 

NÎMES MÉTROPOLE

        L’Agglo nîmoise va débloquer une aide exceptionnelle de 1 000 € pour les éleveurs de toros bravos installés sur son territoire. Trois ganaderias sont concernées. Se partageront la maigre pitance de 3 000 €, Marie Sara, Los Galos, Nimes, et à Saint-Gilles, le Scamandre et la Paluna Fare.

La mesure sera officiellement votée le 29 mars lors du prochain Conseil communautaire. En décembre, Nîmes métropole avait attribué une aide de 1 000 € pour dix manadiers et deux éleveurs de chevaux de race Camargue. «  Cette aide exceptionnelle s’inscrivait dans le cadre d’une convention que nous avons passée avec le Conseil régional pour soutenir ce secteur », commente l’élu délégué aux Traditions taurines et maire de Sernhac, Gaël Dupret. En raison de la crise sanitaire, bon nombre de fêtes votives ont été annulées… Un manque à gagner qui menace parfois la survie des manades.

A la suite de cette annonce, les éleveurs de toros de combat sont montés au créneau. Dès le départ, l’aide mise en place par le Conseil régional, n’a pas pris en compte les ganaderias. En cause : des raisons essentiellement politiques, la présidente socialiste Carole Delga devant composer avec ses alliés écologistes, farouchement opposés à la corrida. « Nous avons regardé juridiquement… Nous allons pouvoir verser une aide de 3 000 € à l’Association des «éleveurs de toros de combat qui les reversera ensuite à nos éleveurs de toros. »

La politique encore, les alliances aléatoires et fragiles, surtout ne pas froisser les "amis", les garder bien au chaud sous le manteau car les élections régionales approchent. Alors la question des toros…

Une aumône plutôt que la réparation d’une injustice.

 

                                                      Gilbert Lamarque

                                               

Voir les commentaires