Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marc Serrano

Publié le par Cositas de toros

Marc Serrano

Voir les commentaires

Casanueva

Publié le par Cositas de toros

Casanueva

Voir les commentaires

Samadet

Publié le par Cositas de toros

 

Reportage photos : Frédéric Martinez

 


Dimanche 24 octobre, matin 10h20.

            On innove à Samadet avec un défi jeunes. Cette compétition permettra au vainqueur d’intégrer le festival de l’après-midi. Le public est maigre, il sera plus nombreux à l’heure du repas pris dans le ruedo et pour le festival. Nous pourrions reprocher l’heure un peu matinale, 10h, une heure plus tard aurait été plus judicieux : c’est dimanche.

     À retenir, le bon novillo de Cuillé et la fraîcheur et le fin toreo de Rocío Romero. Cette jeune torero – pas de a, elle insiste – est arrivée de Cordoue où elle toréait le samedi, avalant les kilomètres… elle avait gardé tout son tonus à 19h au sortir du festival lors d’une brève rencontre.

 

     Le Pagès-Mailhan, "remate", un peu faiblot, bizco, il est querencioso. Quite de Kike et deux piques sans conviction. Rocío Romero, appliquée, le ramène au centre, la muleta douce, tout juste effleurée. Après les derechazos suivent des séries de naturelles supérieures.  La lidia bien menée est ternie par une mise à mort longue. Vuelta.

 

     Le Cuillé tape les planches dès la sortie. Il pousse à la première pique, sort seul et part de son propre chef et se réserve sous la seconde. Pour ma part, il y eut autant de bravoure que de violence. Quite de Carmona. Excellent sous la flanelle, il démontre noblesse et piquant. Un novillero plus expérimenté aurait brillé ; le bicho charge sans relâche donnant lui même le rythme de la faena. Kike de Francia – comme Anne de Bretagne ou Henri de Navarre – manque de potentiel, averti plusieurs fois, il subira une violente voltereta.

Gros câlin

     Bref, nous sommes quelque peu désabusés. Entière légèrement en arrière et plate mais après cette forte secousse… Oreille, et vuelta au Cuillé. On peut désapprouver.

 

     Le troisième d’El Campo est lourd et vif. Carlos Enrique Carmona le reçoit a porta gayola dos au toril. Ça passe. Deux piques, la première bien soutenue. À la cape, l’utrero se fige semblant réfléchir. Que dire à la muleta ? Impossible, ce bicho semble avoir déjà connu l’homme de plus près. Trop compliqué pour le jeune Carmona : pas de passes, plusieurs accrochages. Mise à mort longue, avis, demie contraire. Le Madrilène est invité à saluer au tiers.

     Le vote du public désigna haut la main, la jeune Rocio Romero : bon choix.

 


     Présidence, Francis Wolff.

 

Après-midi, 16h10.

            Les tentidos plus garnis qu’en matinée et c’est heureux. Francis Wolff "répète" un discours fédérateur. Mais est-ce bien utile devant une assemblée d’aficionados convaincus. Pourquoi sommes-nous là ? Ce sont les "autres" qu’il faudrait mobiliser !

 

 

     Festival qui se rapprochera plus de la piquette que du grand cru. La faute à quelques piètres bichos offerts. Doit-on envoyer du rebus sous le prétexte de la gratuité ? Plus de cailloux que de perles et peu dans l’esprit festival.

 

Le geste de la tarde

     Nous débutons par la lie : Julio Aparicio qui se pointa avec "son" toro amené depuis Colmenar Viejo, un José Vázquez. Il y a bien longtemps que ne circule plus le sang Santa Coloma dans cet élevage. Aujourd’hui, comme dans la majorité des ganaderias, coule du sang Domecq, ici par Zalduendo. Mauvaise pioche, ce couard d’Aparicio ne voulu pas le voir : il l’avait assez vu pour l'après-midi. Aucune confiance envers son supposé collaborateur, sans cesse en marche arrière, il ne retrouva jamais la première. Lamentable. Le toro était "décasté", le torero aussi. Deux coups d’étoffe, car pas de coups de torchon chez Mr Aparicio. Il laissa le travail à la cuadrilla. Aucune passe, quant à l’épée…

 

     Las Dos Hermanas échoit à Marc Serrano, la cheville ouvrière de cette journée caritative. Le bicho, castaño, armé, est bien présenté. Marc le reçoit bien dans la cape. Il n’est que peu piqué en une unique rencontre, certainement pas assez. La charge se raccourcit, le Nîmois se replace essayant plus de distance mais le toro le prend spectaculairement, voltereta et cornada à la cuisse gauche. Un peu de confusion et beaucoup d’émoi. "Julito" réapparaît laissant sa cuadrilla s’occuper des derniers instants du bicho, le tuant d’une épée de poltron.

 

     La course est interrompue quelques instants pour reprendre avec un Camino de Santiago bien fait, sortant avec puissance. Il va s’avérer faible et sera peu piqué. Il avait tendance à se mouvoir comme un marin par mer agitée : tangage ou roulis ? Octavio Chacón monte sur le pont et après avoir essuyé quelques grains, nous montre ce qu’est un lidiador. Muleta par le haut, deux fois averti, il va distiller une faena en bon technicien. Octave se régale, nous aussi. Le pupille de Jean-Louis Darré "humilie", répète. La mer s’est calmée. Le maestro lui glisse une entière en place, deux oreilles, un festival.

 

     Le Virgen María est plus léger, El Galo aussi. Bien piqué par deux fois avec un batacazo, le novillo est bien bandérillé par le torero avec papa à la brega (Michel Lagravère). Notre franco-mexicain "brinde" à Aparicio, bon… Le bicho s’est-il trop donné sous la pique et aux banderilles ? Il n’en a plus sous le capot et se couche au centre du ruedo après un début de faena par derechazos. Entière dans l’épaule comme souvent nous le constatons aux piques.

 


          Le Tardieu très faible est bien amené dans la cape de Rocío Romero. Ce toro est un goujat, plus attiré par les planches que par les charmes de la demoiselle ! Elle conduira la faena comme elle l’avait fait précédemment le matin mais avec moins de résultat, par contre avec toujours courage et justesse. Une entière trasera, deux oreilles, une pour la torero, l’autre pour la jeune femme. Olé !

 

     Le sixième, un Casanueva bien présenté sort avec de bonnes intentions. Il prendra une seule pique mais en poussant sous le peto. Une excellente troisième paire de palos de Tomas Ubeda, pas de salut pourtant sollicité par le public, Yon Lamothe ne l’invite pas. Il est coutumier du fait. Le bicho gagne le début de la rencontre, il est noble envoyant malgré tout quelques hachazos pequeños. Yon semble relever le défi. Non, le Tarusate se fait gentiment promener, multipliant les muletazos sans véritablement toréer. Pas de véritable lidia, pas le bon tempo, c’est le Casanueva qui donne le rythme. Le final est brouillon après un accrochage. Très vilaines épées. Arrastre applaudi, le seul.

     Le réserve de Gallon sort de regalo sous les notes de Valencia. Tous vont participer. Le triste Aparicio secoue la poussière de sa cape et rejoint le burladero ayant exigé de "passer" avant Kevin Ribeiro (champion de France des sauteurs) qui réalisera un saut périlleux vrillé (m’a t’on dit). En fait, c’est El Galo, mal servi précédemment, qui reprend les trastos. Il salua aux banderilles ainsi qu’El Santo et Tomas Ubeda. La suite fut des plus ennuyeuses, le Gallon sans race. Une entière dans l’épaule (bis). Oreille.

     Peu à retenir des bichos présentés, le Casanueva s’est bien tenu… sur ses pattes aussi, intéressant tout comme le Camino de Santiago malgré sa faiblesse : deux ganaderos du Sud-Ouest, peut-être aussi plus scrupuleux et corrects également.
Nous avons préféré le Yon Lamothe de Roquefort.

     Président, Pierre Vidal.
     On regrettera la couverture des arènes !

                                                          Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Concha y Sierra en Hispanie

Publié le par Cositas de toros


     (Clin d’œil au dernier opus des aventures d’Astérix, Astérix et le Griffon, sur les rayons depuis ce jeudi 21 octobre)

     Mais cette date concerne l’aficionado français déjà rendu nostalgique par l’embarquement du troupeau de Concha y Sierra pour l’Espagne.
 
           
Le mythique fer de Concha y Sierra acheté en 2013 par Jean-Luc Couturier à la famille García Palacios, retourne à la case départ. Un nouveau chapitre, espagnol, celui-ci, débute dans le campo proche de Madrid. C’est vers les terres alcarreñas, à la finca El Maquilón, tout près des rives du Tage, à Almoguera en Castille-La Manche dans la province de Guadalajara que le bétail s’est "envolé" ce jeudi 21 octobre 2021.

 


     L’éleveur José María López – connu pour ses cabestros qui participent aux fêtes dans les provinces de Madrid et Guadalajara et qui ont brillé lors des deux dernières Sanfermines – a acquis ce troupeau si particulier, l’un des plus emblématiques de la cabaña brava, troupeau qui a pâturé durant une dizaine d’années sur les terres de la Crau. Seuls les mâles âgés de 4 et 5 ans sont conservés pour être combattus au cours de la temporada 2022.
     Cette acquisition comprend, en plus des droits sur le fer, tout le bétail, soit 86 vaches de ventre, 5 sementales et la camada complète de mâles et femelles des années 2018 à 2021.
     L’élevage Concha y Sierra a maintenu la caste Vázquez, véritable joyau génétique. Son histoire remonte au XIXe siècle lorsque Don Fernando de la Concha y Sierra, avec du bétail de Taviel de Andrade et Juan Castrillón, a créé une ganaderia qui a atteint son apogée à l’âge d’or (1910-1920) entre les mains de sa veuve, Doña Celsa Fontfrede. Une date est restée dans l’histoire, le 21 juillet 1917 en plaza de Madrid où s’est déroulée l’actuación de Belmonte devant le toro "Barbero", actuación considérée par beaucoup comme la meilleure du génie de Triana.

 

 


 

 

      Depuis, plusieurs propriétaires de ce fer historique se sont succédés de Juan de Dios Pareja Obregón à José Luis Martín Berrocal, ce dernier l’ayant vendu à une société nord-américaine appelée King Ranch. Miguel Báez Espuny "Litri" a essayé de remonter son prestige dans les années 80 avant qu’il ne soit acquis par la famille García Palacios qui a fait beaucoup d’efforts pour remettre dans le circuit quelques toros dans le contexte des corridas concours et des novilladas piquées comme le faisait Jean-Luc Couturier.

                                                               Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

L'épée ou la plume

Publié le par Cositas de toros


« Le novillero Jean-Baptiste Lucq raccroche le costume de lumière ».
      Tel était le titre de l’article paru dans Sud Ouest Dimanche du 17 octobre.

            L’annonce étant donc officialisée, Cositas va accompagner Jean-Baptiste pour sa despedida et cet ultime paseo dans ces lignes. Information que l’intéressé m’avait communiquée le 28 septembre souhaitant informer directement celles et ceux qui l’ont soutenu et accompagné plus particulièrement : un geste torero !

Un parcours atypique

     Intégrant en 2018, l’école Adour Aficion de Richard Milian, il est déjà "vieux"… Le brillant étudiant en faculté puis à l’École des Chartes a retrouvé le gusanillo à Paris, ce vers qui était déjà en lui à l’âge de 10 ans quand il fréquentait l’école taurine d’Hagetmau, ce vers le titillait encore. En fait, le gusanillo ne l’avait jamais quitté. J.B. s’entraîne dur, travaille comme un forçat pour rattraper le retard, bien aidé dans son apprentissage par Baptiste Cissé ou El Santo. L’envie demeure, le mental aussi. « Être torero, disait-il, implique bravoure, noblesse et dignité ». […] « Parfois, il est plus dur de lutter contre soi-même que contre un toro ».

 

Le Sambuc, première oreille en public © Chantal Lafaye

 

Le Sambuc, becerro de Colombeau. © Chantal Lafaye


     Il débute en public pour la première fois au Sambuc, en Camargue, le 31 mars 2019 (voir Cositas du 5 avril 2019). Il coupe l’oreille du becerro de Colombeau, un castaño claro, noble et "encasté".
Il se vêt de lumières, le 22 avril de la même année, le Lundi de Pâques, chez lui, à Mugron aux arènes de Condrette où, par le passé, ses aïeux se sont illustrés en pantalon blanc et boléro. Ce matin-là, devant une belle chambrée encourageant l’enfant du pays, le trac qui transpirait chez le Landais déterminé ne l’empêcha pas de couper sa première oreille, habillé de lumières. L’eral provenait des voisins d’Alma Serena, intéressant et quelque peu exigeant. Il sortira a hombros après avoir reçu l’oreille du second eral offert au vainqueur (en compétition avec Nino Julian).
     2020, année noire, il coupe une oreille à Magescq en février puis le rideau tombe. Il pouvait prétendre alors à une quinzaine de paseos. La nuit qui a glissé sur les ruedos lui permet de vivre des études plus sereines, parachevées – pour le moment – pour le diplômé de master, par l’obtention d’une excellente note lors de la soutenance de sa thèse consacrée à un autre manipulateur d’estocs et autres rapières, Blaise de Monluc, lieutenant du roi et chef des catholiques de Guyenne durant les premières guerres de religion (1560-1570). Autre gascon né dans le Gers à Saint-Puy. Il reprendra la ville de Mont-de-Marsan aux protestants en 1569.
     Jean-Baptiste Lucq est un récidiviste tant il se montra précoce dans les études et sa passion pour l’Histoire. À 16 ans, Le Figaro du 1er novembre 2012 publia une lettre écrite par ses soins, alors élève de Terminale L au lycée Saint Jacques de Compostelle. Dans cette lettre, il témoignait de la façon dont est, aujourd’hui, enseignée l’Histoire à l’école !

 

Madeleine 2021. © Chantal Lafaye


     2021, lors de cette année fructueuse malgré les annulations et les non programmations de certains spectacles, il défila le 20 juin à Mugron obtenant l’oreille d’un Alma Serena, puis nous le verrons à l’occasion de la Madeleine montoise, ensuite à Tarascon, Béziers et Bayonne. Le festival taurin donné dans la préfecture landaise le 26 septembre, sera sa dernière sortie. À l’occasion, il combattit un novillo d’Alma Serena en piquée (oreille).

En route pour l’agrégation

     Avec l’arrêt d’un an et demi provoqué par la pandémie, il est privé d’une « temporada cruciale et m’a fait perdre un temps précieux, alors même que mon arrivée tardive dans les toros m’obligeait à avancer plus vite. Je me retrouve donc bloqué et sans projection ; je ne peux pas rester en sans picador et j’ai encore énormément de travail technique à fournir pour me mettre au niveau requis aujourd’hui en novillada piquée. Or, du fait du concours exigeant qu’il me faut passer cette année, je n’aurai plus le temps nécessaire pour me préparer convenablement. La petite fenêtre de tir que j’avais encore au début de l’année dernière s’est refermée. […] J’ai donc choisi de me retirer, non pas à cause du regard du toro, mais par manque de temps et impossibilité de continuer sérieusement à m’entraîner. Le costume de lumière n’est pas un déguisement. Le peu que j’ai fait, je l’ai toujours fait avec sérieux et je ne veux pas vivre dans l’illusion du dilettantisme ». […]
     Entré à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, institution des plus prestigieuses, il se consacre désormais à la préparation de l’agrégation d’histoire. Toujours plus haut ! Les épreuves de l’écrit se dessinent pour février ; J.B. a quitté l’épée pour prendre la plume. Difficile mais sage décision au demeurant.

     Sûr que nous te reverrons venir hanter les arènes du Sud-Ouest et venir encourager le petit frère, Adrien, élève d’Adour Aficion. Mais aussi, pourquoi pas, reprendre les trastos en privé !
     Suerte pour la suite de tes brillantes études. 
     Quant au signataire de ces lignes, il ne lui reste plus qu’à "toréer en chargeant la suerte", durant les longs mois d’hiver, cette fameuse thèse, un pavé de 850 pages que tu m’as si gentiment fait parvenir.

     Merci, Jean-Baptiste, pour ce que tu es : un Chalossais con casta.

                                             Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>