Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mécompte Pascal

Publié le par Cositas de toros

                 MUGRON PÂQUES TAURINES

 

            Guère besoin de la machine à calculer qu’inventa un auvergnat, un certain Blaise… Pascal. Il faut être auvergnat pour une telle invention ! L’heure des comptes et mécomptes est arrivée et le bilan est maigre sur le plan ganadero. Le résultat est bien inférieur aux espérances et à 2021 avec ce même fer.

 

     Le "belvédère de la Chalosse" du haut de ses 90 mètres accueillit l’aficionado sous un ciel inhospitalier chargé de lourds et sombres nuages. Mauvais présage.

 

     Lundi 18 avril

Reportage photos : Frédéric Martínez, sauf mention spéciale

NSP matinale.

    Trois erales d’Alma Serena, nobles, légers les deux premiers, mieux nourri le troisième. Vuelta al ruedo qui ne s’imposait pas pour le premier. Pourquoi pas, alors, au deuxième, braillard ? Les arènes de Condrette garnies aux 2/3.

 

     Tristan Barroso a de l’allure, parfois il en rajoute. Il reçoit "Tabiolo" dans un élégant capote suivi d’un quite d’Andoni Verdejo. Lors du tercio de banderilles, je m’interroge, médisant, sur la retraite à 65 ans envisagée par le candidat-président et l’état de certains peones : quel calvaire, et l’aficionado de souffrir sur les tendidos ! La faena s’éternise, l’eral est faible des antérieurs et malgré cela Tristan a du mal à endiguer la fougue de l’animal : désarmés et accrochages. Une entière concluante, deux oreilles et vuelta pour "Tabiolo" ! En voici encore un qui confond Noël avec Pâques ! c’est un peu agaçant. Tristan quoiqu'un peu distant avec la muleta est au top de sa préparation.

 

     Andoni Verdejo est presque inédit, il débutait vêtu de lumières, l’an passé, ici, le 20 juin, les organisateurs mugronais ayant fêté les Pâques Taurines le 20 juin. Il s’entend bien avec "Nocturno" à la cape qui se montre douillet aux palitroques. L’élève d’Adour Aficion est appliqué, sobre, aux antipodes de son compañero. Le novillo est plus violent et distribue quelques coups de tête. Le garçon, sincère, se laisse parfois déborder d’où quelques séries droitières brouillonnes mais certaines "templées". Andoni termine promené vers les tablas. Demie pasada, l’oreille tombe du palco. Andoni, calme et serein, et avec un peu plus de métier, nous pouvons attendre de belles choses.

     Tristan est élu pour toréer le troisième, "Airoso" – que l’on peut traduire par gracieux – le plus baraqué. Il se blessera au sortir d’un capotazo et la faena n’eut guère d’intérêt. Sur l’air de "Aire tun txikitun", Tristan à genoux voltigera sans mal. Échec aux aciers et vuelta, décidément…

     Tristan, vainqueur et Andoni reçurent la récompense de l’ACOSO.

     À l’issue du paseo, Tristan avait recueilli le prix des Critiques Taurins du Sud-Ouest et celui de l'Union des Clubs Taurins de France pour sa temporada passée.

 

Novillada piquée.

     En ce lundi de Pâques, certaines âmes alourdies par les agapes se sont perdues vers l’abbaye bénédictine de Maylis, allant chercher la plante "miraculeuse" drainante et détoxifiante, la "Plante de Maylis", le Lépidium latifolium. C’est donc tout frais et alerte, débarrassé de quelques congestions digestive, biliaire et rénale, que l’aficionado prit place, l’organisme reposé sur les tendidos de la coquette arène de Condrette. Remarquons que tous n’avaient pas pris la même tisane ! N’allez pas croire non plus que les bons moines produisent la Bénédictine pourtant aux valeurs digestives reconnues !

     Les arènes remplies aux 3/4. Le soleil, aficionado, s’invitant au meilleur de la tarde.

Finito, le 1er

   

L'autre Finito, le 2e © Laurent Bernède

 

Morisqueto, le 3e

 

Rabanito, le 5e

     Six novillos de José Cruz bien présentés, accusant une certaine faiblesse, discret au cheval, nobles mais transmettant peu, excellent le 6e.

 

 

      Yon Lamothe était attendu sur ses terres voisines et il (me) déçut. Auréolé de ses deux trophées arlésiens de la veille, il retomba dans ses travers. "Finito", negro, fut mal mis en suerte, s’avérant faible par la suite. Le Landais toréa à mi-hauteur. Il ne s’arrima pas vraiment et conduisit un travail majoritairement droitier qui ira a menos. Entière delantera, maigre pétition et oreillette (avis).

     "Alcoholito"… tituba légèrement après le tercio de varas, une pique prise avec générosité, une autre mal exécutée, clôturé par une vuelta de campana. Il n’en fallait pas plus à ce joli exemplaire pour s’éteindre avant l’heure.

     Manolo de los Reyes allumant quelques mèches au deuxième tiers. Il n’y aura donc pas de faena et Lamothe se montrera piètre tueur. Silence.

 

     Le Murciano Jorge Martínez, cinquième du dernier escalafón, a connu une excellente temporada 2021. Il pèsera certainement cette saison même s’il démontra cette après-midi un visage brouillon puis beaucoup plus subtil empreint de personnalité.

     L’autre "Finito", un castaño, ne prendra qu’une pique discrète. Le novillo, noble, sera conduit dès l’entame de la main gauche puis par derechazos, certain avec temple. Le final sera plus réussi et Martínez saluera après avoir failli à l’estoc.

© Laurent Bernède

     "Rabanito" est faible et noble. Jorge est à l’aise à la cape. Les banderilleros José Ruiz et Juan Rojaz sont invités à saluer. Le José Cruz marchera plus qu’il ne chargera collé à l’étoffe. Le Murciano fit sauter le sparadrap, toréant sur un autre rythme à mi-hauteur, alignant de bonnes séries avec le geste et le sitio, de la suavité dans les passes. De là à écrire que la faena s’envola… ! Le soufflé retomba malgré l’épée entière dans la croix, deux avis sonnèrent et les coups de cruceta s’enchaînèrent. Vuelta malgré tout, le novillero ne cachant pas sa peine.

 

     Solal Calmet  "alla au charbon" dès la cape, l’imposant "Morisqueto", le cadet de l’envoi (02/19) déborde de fougue. Il ne prendra qu’une pique adroite et fera lui aussi une vuelta de campana prouvant que les cloches sont bien revenues de leur périple. Encore un bicho qui ne transmet pas, le Nîmois enfilant des séries des deux mains dont quelques naturelles templadas. Pinchazo, entière caída, trois descabellos, palmitas.

     Solalito aborde son second avec la détermination du revanchard et toujours plein d’alegria. Face à "Alocado", il fit rugir les gradins lors d’un superbe tercio de banderilles terminant aux planches par un quiebro d’école. Débutant sa faena à genoux par largas, il sert de belles séries "templées" et son plaisir se grandit tout comme son travail, additionnant pour terminer plusieurs naturelles de belle facture. Les oreilles d’"Alocado" tomberont mais c’est sans compter sur cette maudite demie bien placée non concluante qui appellera une quinte de descabellos, la quinte – l’autre – pour le Nîmois. L’arrastre est applaudi, Solal effectuant la vuelta.

 

Jorge et surtout Solal sortiront sous une chaleureuse ovation.

Les José Cruz de l’édition 2022 en-dessous de celle de l’an passé.

 

Nous rentrâmes avant la nuit pour accomplir nos dernières prières, les complies.

 

"Allez en paix mes frères". © Laurent Bernède

                                                  Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

PAS SI CLOCHE...

Publié le par Cositas de toros

          AIGNAN PÂQUES  2022

 

 

      Dimanche 17 avril, corrida pascale.

Reportage photos : Frédéric Martinez

     Excessif, l’aficionado préférant sacrifier le toro plutôt que l’agneau ? Curieux, cet acte païen : tuer le Dieu Toro pour fêter la lumière, la renaissance de la nature. Si nous vivons ce jour, en marge de la Passion du Christ, Aignan fête les toros et lance la saison taurine en terre d’Astarac.

     Les toros de Pagès-Mailhan sont venus au sacrifice depuis les Jasses de Bouchaud sur la route des Saintes-Maries. Les sangs des origines ont été peu à peu éliminés, aujourd’hui remplacés par la sève – printemps oblige – émanant de la ganaderia charra de Julio García Hernández, du pur Fuente Ymbro (vaches et étalons).

 

     Belle chambrée (3/4 d’arènes), temps chaud et venteux, puis sur la fin, frais et venteux.

 

Uron 09 04 2018

   

Bocadito 23 03 2018

     

     Amené par Pascal Mailhan, un joli lot homogène de cuatreños – seul le dernier, cinqueño – capta notre attention tout au long de la tarde. Bien armés, exception faite du 6e, bien bâtis – seul le 3e plus léger, plus fin mais aussi très compliqué – avec une mention spéciale pour le 4e que Javier Castaño sut mettre en valeur lors du tercio de varas : une belle course partant toujours de plus loin jusqu’à plus de vingt mètres pour le dernier et troisième galop, sans freiner des quatre sabots devant la pièce montée. Remis en suerte pour un regatón, ne s’élançant pas, le torero coupa court. Ovation à "Becadito", n° 896, negro bragado, né en mars 2018. Le moment de l’après-midi.

     À l’issue de la course, le ganadero affichait humblement sa satisfaction. Cela ne fait que six ans pour cette nouvelle aventure avec le sang Fuente Ymbro et la conclusion de ce dimanche est encourageante.

 

     

     Javier Castaño, à 42 ans, n’est plus un perdreau de l’année ou, pour être dans l’actualité, un agneau de lait : vingt ans d’alternative, la vie et les toros ne l’ayant pas épargné. L’un des spécialistes du toro "dur" qui, loin des Miura, Escolar Gil ou Victorino qui furent son quotidien, affrontait à Aignan du Fuente Ymbro. On se rappelle de Javier et de sa cuadrilla de rêve. Il y a chez le Castillan, un petit air de Luis Francisco Espla dans son exécution de la lidia, mettant en valeur picadors, banderilleros et toros et, lors du dernier tercio, ce détail, souvent coiffé de sa montera, autre clin d’œil à Espla. Bon chef de lidia, un plaisir de le revoir.

     "Canalla", negro, ouvre le bal. Après deux piques bien exécutées mais discrètes et un quite de Thomas Dufau, le tercio de banderilles est sans accroc en un minimum de capotes, trois paires réglées en quelques secondes. Le toro "cité" de loin, répond, cabeceando sur une première série de derechazos. Musique, main plus basse. La faena est courte, une demie suffisante. Oreille, arrastre applaudi.

     Puis vint le tour de "Becadito" et ces beaux instants à la pique. Javier montra envie et application, multipliant les séries des deux mains. Le Pagès-Mailhan, con poder, présent tout du long de la faena, resta bouche cousue jusqu’au coup de rapière, le manso con casta un ton au-dessus du maestro. Lame entière contraire, bon descabello. Mouchoir bleu, pétition des tendidos et le mouchoir blanc longtemps caché libéra l’oreille.

     

     Thomas Dufau, 31 ans, avait débuté en piquée ici en 2009. Onze ans déjà d’alternative, c’était à Mont-de-Marsan le 15 juillet 2011. À Aignan, il passa totalement à côté de ses toros. Autant avec "Uron" qu’avec "Jitanillo" les mises en suerte au canasson furent des plus approximatives, Mathieu Guillon terminant le travail avec le second. Sans confiance, il ne sut pas intéresser "Uron" qui n’avait qu’une envie, rompre et se cavaler. Il fallait lui laisser l’étoffe sous le mufle. Séries de redondos, entière hasta la bola, le bicho, gueule fermée, ne tombe pas. Le Landais commet l’erreur d’attendre faisant le nécessaire pour oublier le descabello. Deux avis sonnent et deux descabellos se succèdent. Salut aux tiers.

     Cela empira avec "Jitanillo" plus compliqué. Usant du pico à l’excès ainsi que du petit pas en arrière, il cria plus qu’il ne toréa. Avis, échec aux aciers, silence. Était-il déjà à Madrid où un rendez-vous plus important l’attend, hors San Isidro ? Il sera confronté le 24 avril aux doux fers de Los Maños et de Saltillo : rien de rassurant.

 

     David Galvan, lui aussi a débuté avec picadors à Mugron en 2010. Dix ans d’alternative, le trentenaire torée peu ayant connu de grands moments comme novillero. La suite fut plus compliquée mais le Gaditan a gardé toute son envie malgré les onze coups de corne reçus en peu de temps dans sa carrière.

     Le n° 894 (?), le bel inconnu que nous n’avions pas sur notre sorteo (suite à des problèmes lors de l’embarquement, était le plus léger de l’envoi, bien armé. David se coltina le pire (le moins bon) de l’après-midi qui l’avertit bien vite. Le torero trouva un second ennemi avec le vent soufflant par rafales. Le bicho n’"humiliait" pas et décochait des coups de tête désordonnés. Entière, oreille (?!), le président confondant Noël avec Pâques.

     Avec "Codillo", n° 777, le negro cinqueño (avril 2017), rentra avec la corne gauche en pinceau, David se montra à son avantage : relâché, main basse, les muletazos s’enchaînèrent avec élégance, les plus beaux de la tarde. L’entière qui suivit fit tomber le pavillon, mérité celui-ci.

   

      Sortie a hombros pour Javier et David.

     Une après-midi attractive, des tendidos bien garnis, un président, Arnaud Imatte, long à la détente, un lot sérieux sans beaucoup de transmission, certes. Aignan, village d’environ 700 habitants a réussi ses Pâques 2022. Quelques aficionados supplémentaires auraient comblé les organisateurs d’Aignan y Toros.

 

     

     En matinée, devant 1/3 d’arènes, 4 erales sérieux de l’Astarac – le quatrième aurait eu 3 ans dans un mois – causèrent quelques soucis à Juanito et Miriam Cabas de l’école taurine "Campo de Gibraltar". La jeune novillera entendit les trois avis avec le sévère second. La torera était quelque peu abattue. Juanito, après l’oreille du premier, transpira malgré la fraîcheur matinale avec le troisième poseur de problèmes.

                                                            Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

MUGRON, VIDEO

Publié le par Cositas de toros

     Rendez-vous le Lundi 18 Avril à 11h pour la novillada non piquée et à 16h30 pour la novillada piquée aux arènes de Condrette à Mugron.

Repas de l'aficion et animations esplanade des arènes.

Ci-dessous le lien pour visualiser le débarquement des novillos.

https://youtu.be/il_GbijD6xY

     Nous vous rappelons que les réservations sont ouvertes de10h à 12h30 et de 15h à 18h30



 

Voir les commentaires

RÉCOMPENSES

Publié le par Cositas de toros

SUD-EST

     À l’occasion de la Feria de la Crau, le prix Nimeño II qui récompense une personne ou une entité ayant œuvré ou œuvrant pour la tauromachie a été remis par l’ACTF, section Sud-Est.

 

   

      Ce prix a honoré Alex Guglielmet, président de La Unica de Saint-Martin-de-Crau, organisation sérieuse qui lutte chaque année pour monter leur feria, proposant un spectacle de qualité souvent boudé par le public.

 

SUD-OUEST

 

© G. Lamarque

     Pour ne pas être en reste, le prix de la meilleure novillada sans picadors dans le Sud-Ouest lors de la temporada 2021 a été remis par l’ACTF du Sud-Ouest à Jean-François Majesté, ganadero de La Espera en présence de Daniel Luque à l’issue du tentadero auquel participait le maestro.

 

© G. Lamarque

     

     Nous verrons les nouveaux produits de La Espera, cette saison, à Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne et autres lieux.

     Au terme de la présentation des cartels dacquois, Daniel Luque reçut le prix du meilleur matador 2021 de ces mêmes critiques… ou chroniqueurs.

                                                                           Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

D'UN TENTADERO L' AUTRE

Publié le par Cositas de toros

Texte et photos : G. Lamarque

 

     Vendredi 8 avril, balade en pays d’Orthe.

 

            L’ancienne vicomté d’Orthe fut propice à l’installation de communautés religieuses sur les chemins de Saint-Jacques empruntant la voie de Tours. Dès lors de nombreuses abbayes furent bâties et prospérèrent. Celle de Sorde-L’Abbaye sur les rives du gave d’Oloron, celle d’Arthous au sud des gaves, aux confins du pays d’Orthe, mais plus avant, cheminant depuis Dax, l’abbaye bénédictine de Cagnotte. Cette dernière ayant subi les outrages de l’homme en une lente agonie n’est plus que ruines. 

 

 

 

     Ensuite, dans ce même village de Cagnotte, sur la droite, une petite route, le chemin de l’Argile, conduit, quelques pas plus loin, aux abords de sérieuses installations et d’une élégante arène de tienta où ce jour-là, Daniel Luque est invité à un tentadero de trois eralas de la ganaderia La Espera, propriété de Jean-François Majesté, ganaderia allant sur ses sept ans, l’âge de raison, dit-on.

 

   

      Le temps est incertain, des nuages bas, du vent annoncé. Veremos

 

   

     La première vache alla cinq fois au cheval de Laurent Langlois. Noblissime, bonifiée par le maestro, sur un terrain toujours plus restreint. La deuxième, plus forte, un peu violente, rencontra à quatre reprises le peto, s’élançant du centre. La troisième, plus "encastée", semblait plus compliquée, bravissime au cheval,  Daniel se joua de la bête. Tout paraît si aisé devant autant de dominio, et quel poignet ! Comme le dit le proverbe russe : « Aucun clou ne dépasse qui appelle le marteau ».

   

 

 

 

 

     Daniel Luque était accompagné par le jeune novillero madrilène José Ángel Olivas. Stéphane Darracq de la Commission taurine dacquoise eut l’aubaine de recevoir quelques conseils du maestro de Gerena. Un instant de félicité pour le jeune practico.

 

© Ferme de Beleslou

     Le repas campagnard qui suivit à la ferme de Beleslou, où « passe et repasse juguleront vos appétits » est-il écrit, combla de bonheur… notre estomac d’aficionado. Épilogue manifeste d’une belle journée. Merci au ganadero et à la Peña Les Amis de La Espera.

 

     Samedi 9 avril, lendemain dans la plaine de l’Adour.

 

 

 

            Vous ne savez plus très bien lorsque vous parvenez à la ganaderia Alma Serena, chère à Philippe Bats, si vous êtes à Aurice ou à Cauna… Ici, les terres sont agricoles avec par ci par là quelques forêts. Les nuages matinaux menaçants laissent la part belle au soleil aux moments des retrouvailles à la douzième heure de ce samedi.

Alma Serena. Vers l'Adour et la Chalosse

 

 

 

     À l’initiative du dynamique et sympathique Club Taurin Joseph Peyré de nos amis béarnais et dans le cadre d’une de ses animations, nous étions conviés à assister à un tentadero. Deux vaches "tientées" par Rocio Romero, la jeune "torero" de Cordoue qui n’hésita pas, la veille, de cavaler depuis Cordoue avec nuitée à Irun.

     Picador, Laurent Langlois, abondamment sollicité à l’occasion des nombreuses tientas dans le Sud-Ouest mais peu récompensé dans ce monde impitoyable et cruel à la signature des contrats, oublié des toreros et empresas

     Rocio put compter sur l’aide précieuse de Mathieu Guillon.

 

 

   

   

 

 

      Les deux vaches proposées se montrèrent peu coopératives, montrant peu d’intérêt devant la cavalerie, ne baissant pas la tête dans la flanelle. Philippe en a vite tiré les conclusions. Mais cela permit un bon entraînement à la novillera cordobesa qui mérite par son afición à trouver quelques opportunités. L’ennui est qu’elle n’a plus d’apoderado ayant rompu avec Oscar Fernández en octobre dernier. Nous l’avions vue à son avantage à Samadet le 24 octobre.

 

 

¡Enhorabuena y suerte!

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>