Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un signe ?

Publié le par Cositas de toros

Sous le signe du taureau…

 

© AFP

 

          Une statuette millénaire révélée par la pluie dans le site archéologique d’Olympie. L’origine du petit taureau de bronze pourrait remonter de 1050 à 700 ans avant J.-C.

Alors que de fortes pluies se sont abattues sur Olympie ces derniers temps, une petite corne s’est retrouvée à dépasser du sol, dans le fameux site archéologique grec qui accueillait les Jeux olympiques pendant l’Antiquité.

Retrouvée intacte, l’idole a été repérée par un archéologue alors qu’il accompagnait des fonctionnaires du ministère grec de la Culture lors d’une visite programmée du site olympien. Le bronze était enterré entre le temple de Zeus et l’Altis, enceinte sacrée sur laquelle fut construit le premier stade des Jeux.

 

Offrande à Zeus

     Une première analyse suggère que le taureau date de l’époque géométrique*, qui remonte de 1050 à 700 ans avant J.-C. Les marques de brûlures qu’il arbore laissent à penser aux archéologues qu’il s’agissait d’une offrande votive parmi les milliers faites à Zeus à l’époque.

On estime que les Jeux olympiques antiques se sont déroulés tous les quatre ans de 776 avant J.-C. à 393 après J.-C. Ils prenaient place à l’origine dans le cadre d’un festival religieux, et ont peu à peu migré de sens, avec l’abandon des lieux liés aux cultes grecs.

     Point de tauromachie ici, mais est-ce un signe ? Ce petit taureau nous plonge dans un passé millénaire et semble nous témoigner son empathie indéfectible.

« Ne désespérez pas, votre toro, le Bos taurus, est là, présent lui aussi pour des millénaires ! »

Gloria taurus in saecula saeculorum !

Le droit de rêver, indestructible.

*poque géométrique (1100 - 700 avant J.-C.) qui doit son nom au décor de la céramique retrouvée à Athènes à motifs de demi-cercles ou de cercles concentriques tracés au compas.

 

                                                                 Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

Incertitudes, doutes et errements

Publié le par Cositas de toros

 

 

Midi Libre, le 18/03/2021

        Feria de Pentecôte à Nîmes

Un week-end taurin plutôt qu’une feria ? 

     « À la lumière des mauvaises nouvelles liées au Covid-19 dont les cas continuent de se multiplier, Jean-Paul Fournier le maire de Nîmes ne cache pas son inquiétude sur la tenue de la feria de Pentecôte.

[…] La pandémie due au Covid-19 ne faiblit pas et les restrictions ne semblent pas sur le point d’être levées dans l’immédiat. Alors "imaginer une feria avec des bars et restaurants fermés, ça paraît très compliqué" souffle le premier magistrat. À tel point que le célèbre rendez-vous des festaïres et des aficionados semble des plus compromis. "La décision sera prise après mon rendez-vous, le 15 avril avec Simon Casas qui a déjà approché les toreros et les ganaderias, mais n’a rien fixé pour le moment."

Quelles solutions dans le pire des cas ? Reporter le rendez-vous ? "On ne peut pas . Au mieux, on envisage un gros week-end taurin sur trois jours, au pire, il nous faudra miser sur la feria des Vendanges". »

                                                                                  A.A.

       À quand le vrai départ de la temporada ?

Dans le Sud-Est, après Nîmes, les 5 et 6 juin Arles, le 13 juin la corrida de Mauguio, du 18 au 20 juin la feria d’Istres, etc.

Dans le Sud-Ouest, la novillada-concours d’Aire-sur-l’Adour le 1er mai, la journée de Mugron le 23 mai, le 30 Garlin, etc.

On peut douter de la réalisation de tous ces spectacles. Il n’y a que ce "diable" de vaccin qui pourra nous amener vers des jours meilleurs. À la vitesse où l’on administre le vaccin… Noël semble une date des plus optimistes ; nous sommes en droit de l'espérer !

L’aficionado ne regarde que d’un œil distrait le montage des éventuels cartels. À quoi bon ? Il privilégiera d’autres activités plus sûres.

Allez garnir des tendidos après ça ! Perplexité, c’est elle qui envahie notre quotidien.

Dès demain, nous allons pouvoir nous évader jusqu'à 19h. Super ! Et pour les curieux et "pagivores" , essayez-vous au n° spécial de Lire magazine littéraire au titre gourmand : L'éloge du doute. "Le doute est une source de découvertes" (Boris Cyrulnik). Bon voyage, prenez un billet aller, vous aurez tout le temps pour le retour.

                                                                     Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Alegría

Publié le par Cositas de toros

Madrid, 06/11/2019. Photo Getty/Wirelmage

 

     « Laisse-moi voir le cœur de la vie, dis-je à mon père.

"Tu te souviens de la tauromachie ?" me demande-t’il.

La tauromachie espagnole vilipendée, discréditée, oui, je m’en souviens.

"Tout repose sur le picador. Son objectif est d’affaiblir la force du taureau qui est excessive, violente. Intéresse-toi à la tauromachie, tout est là."

Aujourd’hui, en Espagne, les gens détestent la tauromachie, papa. Tout le monde la déteste et moi aussi. Il ne supporte pas de voir souffrir un pauvre animal.

"Il ne s’agit pas de ça. Change juste les acteurs et imagine que le picador, c’est la force du temps. Le taureau pénètre dans l’arène avec une énergie insupportable. La vie est insupportable. La jeunesse est cette énergie : elle nous dépasse, nous élève, nous met en colère, nous efface. C’est pour ça qu’intervient le personnage sinistre et animal du picador, qui a pour mission de priver le taureau de ses forces au travers de la douleur, de lui ôter son énergie démesurée pour qu’il soit en paix. Nous arrivons ainsi dans la mort, comme si nous parvenions à une conclusion naturelle après avoir perdu notre force, restée au bout de la pique ensanglantée. La pique ensanglantée, tu ne la vois pas ? Elle est déjà en toi." » Manuel Vilas, Alegría (2019), page 203.

 

     Le père fait référence à la tauromachie pour illustrer ses propos sur la vie, le fils, obtus, ne voit que la souffrance de l’animal et réagit comme la plupart de ses contemporains. Deux générations, l’un né en 1930, l’autre en 1962.

     Il n’est (n’était) pas rare de découvrir dans les pages des auteurs espagnols, des références, quelques lignes aux couleurs taurines. Des ouvrages aussi en voie de disparition.

 

     Dans Alegría, Manuel Vilas traite du thème de la famille, parle de ses parents disparus. Alegría est dédié à ses fils, « et quand je vois leur joie, je comprends que ma vie a du sens. »

     Bien que né à Barbastro en 1962, province de Huesca (Aragon) où dans sa petite ville on célèbre les toros en septembre, Manuel Vilas n’est guère porté sur la tauromachie comme un grand nombre de ses contemporains. Journaliste, il entame une carrière d’écrivain à succès, prix Femina étranger 2019 pour Ordessa. Aujourd’hui, il vit aux états-Unis dans l’Iowa – un autre pays de cowboys – où il enseigne l’écriture créative, écriture de plus en plus populaire dans le monde. Cette méthode a pour but de rendre accessibles à tous, les techniques rédactionnelles de divers genres littéraires.

 

     Avec Ordessa (2018), Manuel Vilas ravive le souvenir d’une modeste famille espagnole à l’heure du franquisme déclinant. Page 125, photo en noir et blanc des parents. Ils dansent. Lui, cheveux gominés, elle, blonde, coiffure relevée, robe d'été. Lui, regard vers le lointain, elle vers l'ailleurs. Des fantômes désormais. Nostalgie, une belle image de la classe laborieuse, moyenne espagnole. Avec Alegría, il poursuit ses confessions intimes. Malgré le remords qui le tenaille, cet esprit tourmenté voit de la joie partout. Soyez attentifs car cela ne saute pas aux yeux !

     Un requiem espagnol, poignant. Et cela, c’est manifeste.

 

                                                                       Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Changer la vie ?

Publié le par Cositas de toros

         À quand l’anabiose, la reprise d’une vie active et sociétale après cette phase interminable de dormance prolongée ?

Voici un an, une longue année que nous sommes entrés dans l’opacité, sous l’empire des mesures anti-Covid.

Le 11 mars 2020, l’OMS avait transformé l’épidémie en pandémie. Nous sommes devenus des citoyens d’un monde touché par le virus. Une phase inédite, un bouleversement, les mots nouveaux de la pandémie et, ce qui semblait pouvoir se résoudre en quelques semaines, s’est transformé en cauchemar.

Le déconfinement, l’été, la vie d’avant ?…

     Le monde de la culture est une des principales victimes collatérales de cette lutte gérée en dépit du bon sens.

Si vous écoutez nos pâles dirigeants, il n’y a pas d’autre choix que de fermer les lieux culturels. Trop facile. Si un musée est fermé, comment voulez-vous ouvrir une arène ?

Notre gouvernement est un menteur et nous méprise.

N’y a t’il pas d’alternative ?

On ouvre les écoles et les lycées, c’est un choix politique.

On ferme les musées, les salles de cinéma, c’est un autre choix politique. Nous sommes majeurs et vaccinés – pour certains. Alors ?… alors pour les actifs, allez travailler, nous nous occupons du reste, nous gérons...

Quand, nous, zombies, sortirons-nous de l’obscurité ? Vivre reclus, hirsutes, en caleçon et charentaises, être privés de restaurant, lieu convivial s'il en est, compter les morts - on les compte chaque jour pour vous -, regarder et comparer les graphiques et les courbes exponentielles - on les commente chaque jour pour vous -, c'est de l'information et quelle info !

Au fait, les casseroles aux balcons, nous ne les entendons plus ! Ah ! c'était formidable, ce mouvement populaire, bienveillant. Bienveillant mon c...! Primo, c'était ridicule mais chacun se sentait si bien après. Deuxio, qui s'en souvient ? La reconnaissance est attestée par le salaire et non par les primes misérables et mal distribuées n'accentuant que l'injustice, et l'hôpital est toujours en déliquescence. Déprimant, tout ceci. Nous sommes un peuple d'amnésiques et ce qui nous reste en mémoire, car on nous l'enfonce quotidiennement dans notre esprit perturbé, c'est que nous sommes un pays, une nation de vieux. Un Français sur cinq a 65 ans ou plus. Aujourd'hui, 90 000 morts du Covid. Patience, la courbe va redescendre. La France deviendra un pays de d'jeuns.

Changer la vie, certainement pas, mais, exécrables gouvernants, vous avez le pouvoir de nous la rendre plus intéressante.

Les hirondelles referont-elles le printemps ? Il sera dur de reconstruire sans séquelles sur les ruines d’un fragment de vie gâchée.

 

 

 

             ou

 

          Bon vent !

 

                                                               Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Le noeud gordien sera t'il tranché ?

Publié le par Cositas de toros

 

          La Junta de Andalucía demande à la société Pagés un plan B pour l’automne.

 

     Les autorités envisagent avec « inquiétude » les préparatifs d’une hypothétique réouverture de la Plaza de la Maestranza au printemps. Le concessionnaire des arènes sévillanes a déjà fait les premiers pas vers leurs réactivations taurines après une saison de fermeture forcée. L’affiche* est prête et les délais de renouvellement et d’achat des abonnements sont déjà fixés sans savoir si les festivités se préparant pourront enfin avoir lieu.

   

      La délégation du gouvernement andalou à Séville assure qu’« il sera difficile dans des circonstances favorables d’ouvrir la plaza à 50 % de sa capacité au printemps ». Ramón Valencia, l’homme d’affaires des arènes, insiste pour célébrer ces festivités. Dans ces conditions, la Junta de Andalucía demande à R. Valencia « un plan B » pour l’automne en prévision d’une amélioration de la sécurité sanitaire actuelle et des restrictions de mobilité. « Si nous ne savons toujours pas si nous pourrons ouvrir les provinces andalouses pour la Semaine Sainte, comment allons-nous autoriser la vente de 5 500 billets le 18 avril ? »

 

Séville au niveau 2.

 

     Ce niveau empêche la tenue des spectacles taurins – ce même week-end deux corridas sont annoncées à Ubrique, voir Cositas du 2 mars – mais il limite considérablement la capacité en fixant la séparation minimale d’un mètre et demi entre chaque spectateur et, toujours, sans dépasser la moitié de la capacité des enceintes. Dans le cas de la Maestranza, cette séparation impliquerait la réduction de la capacité disponible à quelques centaines de spectateurs en raison des particuliarités de son architecture, rendant la célébration irréalisable.

     Pendant ce temps, la société Pagés continue ses plans prévus. Elle a déjà mis en place les rouages logistiques et bureaucratiques pour mettre en place la temporada conditionnée à cette demi-capacité qu’elle considère comme la ligne rouge pour rouvrir les arènes. La société Pagés a adressé une lettre à ses abonnés expliquant qu’ils ne mettront en vente qu’un billet sur deux consécutifs et annoncent que le renouvellement des abonnements débutera lundi prochain (le 15 mars) bien que, souligne la lettre, toujours sous réserve de l’autorisation improbable de ce 50 % de capacité demandée par la Junta.

     La société Pagés a également confirmé que l’abonnement comprendrait onze corridas, un spectacle de rejon et deux novilladas. La corrida inaugurale devrait se dérouler le 18 avril. Et la Feria de San Miguel avancerait ses dates et aurait donc lieu entre le 16 et le 19 septembre.

     Trancher le nœud gordien ? Hum !…

 

Julian Schnabel. © EFE

 

*Concernant cette affiche, création du peintre nord-américain Julian Schnabel, elle fera partie d’un prochain article, en préparation, sur les affiches taurines au cours de l’histoire.

 

                                                                Gilbert Lamarque

 

 

Voir les commentaires