Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une vache pour l'éternité

Publié le par Cositas de toros

 

 

            La mort d’Antonio Bienvenida, le torero au sourire éternel, fait partie de l’imaginaire populaire et sentimental de toute une génération sous le choc provoqué par la disparition tragique du torero, le 7 octobre 1975, il y a 46 ans, après avoir été pris trois jours plus tôt par une jeune vache lors d’un tentadero dans la finca d’Amelia Pérez Tabernero à El Escorial.

Quand il décéda, Antonio Mejías Jiménez "Bienvenida" avait quitté la profession depuis un an. Son frère, Ángel Luis avait reçu le "brindis" du dernier toro qu’il avait tué en habit de lumières, le 5 octobre 1974 sur l’ancienne plaza de Vista Alegre à Carabanchel après avoir alterné avec Curro Romero et Antoñete.

 

     Antonio n’avait pas interrompu l’activité tauromachique et il continuait à porter le traje corto participant à des festivals caritatifs. Son dernier eut lieu dans la ville du Campo Charro, Tamames de la Sierra, le 30 septembre 1975.

Quelques jours plus tard, le 4 octobre, c’était l’anniversaire de la mort de son père, le mythique Papa Negro, et Antonio avait assisté avec une partie de sa famille à la messe organisée par la Confrérie de San Roque dans la ville madrilène de Colmenar de Oreja, qui tissait des liens étroits depuis que les frères Bienvenida, avec leur père en tête, ont accepté de participer aux différents festivals pour payer la reconstruction de l’ermitage du saint, dévasté pendant la guerre civile.

À midi, une visite champêtre allait être organisée dans laquelle se présentèrent Antonio, son frère Ángel Luis et leurs familles et aussi le jeune Miguel Mejías, le dernier des Bienvenida qui s’habillera de lumières au milieu des années 80 sans pouvoir prendre l’alternative.

La destination était les champs de l’Escurial. Certaines becerras avaient été enfermées dans la ferme Puerta Verde, propriété d’Amelia Pérez Tabernero. Antonio avait combattu, sans encombres, une vache nommée "Conocida", d’excellente reata.

Miguel et Álvaro, autre neveu du maestro, ont participé à la fin du tentadero et l’animal quitta la placita par la porte vers les champs. Une autre vache attendait dans les corrales servant à Antonio à l’apprentissage de son neveu Miguel, avant de la laisser partir.

L’ouverture de la porte était gérée par Ángel Luis qui n’avait pas remarqué que "Conocida" était restée accroupie à côté du mur. Sans que personne ne s’y attende, l’animal fit irruption dans le ruedo. Antonio, de dos, n’a pas pu esquiver l’assaut violent et inattendu, le renversant de façon dramatique.

Le maestro était retombé sur les vertèbres cervicales mais personne ne pensa à un accident fatal. Transporté à la finca, il a eu froid dans l’automne chaud de la montagne, enveloppé dans des couvertures. Une ambulance attendait.

La victime a été admise à Madrid, à l’hôpital La Paz. Les espoirs ont été complètement anéantis le lendemain. Antonio Bienvenida avait été plongé dans un coma profond qui ne se résoudra qu’avec la mort au coucher du soleil, le 7 octobre.

     Il sera enterré, accompagné par une foule immense, le cercueil recouvert d’une cape de soie écarlate et de broderies d’or.

Cette mort secoua l’Espagne taurine, comme neuf ans plus tard, la tragédie de la disparition de Paquirri à Pozoblanco.

                                                                  Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

XXXVII e...

Publié le par Cositas de toros

            La XXXVIIe Semaine Taurine et Culturelle de Saint-Sever pointe sa corne et attend l’aficionado pour lui offrir son lot de manifestations intra-muros au Cloître des Jacobins et sur le sable des arènes Henri-Capdeville à partir du 2 octobre.

     Outre les expositions, cinéma et conférences habituelles, la dynamique Peña Jeune Aficion innove cette année, proposant deux novilladas piquées, la première en matinée en collaboration avec le Collectif Pedro Llen. Deux novilladas con caballos en ces temps difficiles pour la tauromachie et la novillada piquée en particulier. Ne boudons pas notre plaisir !

Attendons-nous à une belle journée sachant également que cette semaine intense a été programmée en ce début de mois d’octobre, abandonnant la date immuable du 11 novembre. Nous pouvons espérer une météo plus favorable, ensoleillée, l’absence de frimas et présumer de ne pas conclure, ce 10 octobre, enveloppés par le brouillard comme cela est déjà arrivé auparavant.

 

Les Coquillas de retour.

     En matinée, les novillos des Herederos de Alfonso Sánchez Fabrès, fer coutumier du ruedo saint-séverin, seront combattus par l’Albaceteño José Fernando Molina – ne pas le confondre avec Jorge Molina – vu à Dax devant de piètres Zacarias Moreno (oreille) et le Sévillan, élève de l’École Taurine de Madrid José Cubero "Yiyo", Álvaro Burdiel, qui a débuté avec picadors le 12 juin à Anchuelo (Madrid) et finaliste du Circuit des Novilladas de la Communauté de Madrid, le 25 juillet (2 oreilles).

 

Les ganaderos du canton du Cap de Gascogne.*

     L’après-midi verra s’affronter Yon Lamothe et Manuel Perera ; ils combattront deux Alma Serena et deux Casanueva, ces deux ganaderias voisines se présentent pour la première fois devant les hommes au castoreño. C’est un évènement.

Certains doivent penser que la tarde penchera à l’avantage de Manuel Perera, leader de l’escalafón novilleril, plus aguerri, Yon Lamothe avec seulement deux novilladas en su maleta. Il n’en sera certainement rien. Yon Lamothe, transformé, propose une tauromachie réfléchie, classique, plus autoritaire coupant 3 oreilles en terre torista à Roquefort, le 15 août, excellents novillos de La Quinta et récidivant à Bayonne en arène de 1ere catégorie, novillos de Los Maños qui lui offrirent 3 pavillons.

Manuel Perera vu sur notre sol à Istres, Garlin, Dax, Saint-Perdon et Arles avait subi une grave blessure à l’aine gauche à Vista Alegre (Madrid) le 17 mai. Le courageux reprit l’épée le 12 juin à Calorza (Jaen), ovation et 2 oreilles, et le 16 septembre à Los Molinos (Madrid), il coupe 4 oreilles et une queue, "Bilicoso" de Fuente Ymbro, exceptionnel, gracié. Le novillero extremeño de Villanueva del Fresno (Badajoz) a la chance d’être "apodéré" par Juan José Padilla qui lui apporte de nombreuses opportunités et la malchance d’être conseillé par ce même J.J.P. qui semble le transformer en Padilla bis. Le garçon est très courageux, mais il y perd son identité, son naturel et gagne, par contre, beaucoup en volteretas.

Le 10 octobre à 17h, soyez à l’heure, spectacle garanti !

 

     

     Dans la semaine, Juan José Padilla sera accueilli pour une conférence. Seront évoqués son parcours exceptionnel ainsi que son récent apoderamiento du jeune Manuel Perera. Jeudi 7 octobre à 21h au Cloître des Jacobins.

La veille, même heure, même lieu, débattront pour des joutes amicales, Philippe Bats (Alma Serena – Cauna) et Guillaume Bats (Casanueva – Montsoué). Ils remémoreront leurs aventures respectives qui, aujourd’hui les amènent sous la vara del piquero, moment notable et crucial dans la vie d’un ganadero. Comme pour les trains, attention, un Bats peut en cacher un autre, et, non pas comme les trains, soyez à l’heure !

 

*Ce canton n’existe plus – comme beaucoup d’autres – depuis la réforme désastreuse qui l’a fondu dans celui dit de Chalosse Tursan.

                                                                 Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

JAMBE DE BOIS

Publié le par Cositas de toros

   

 

        Antonio Sánchez "El Tato", un diestro du quartier San Bernardo de Séville, né le 6 février 1831, a été dramatiquement blessé dans la vieille plaza de la Puerta de Alcalá, l’après-midi du 7 juin 1869 par "Peregrino", le quatrième toro de Vicente Martínez lors de la corrida où il combattait aux côtés de Lagartijo et de García Villaverde. La ganaderia de Vicente Martínez de Colmenar Viejo était fort réputée à l’époque et surtout quelques temps plus tard avec les succès de Joselito et Belmonte ainsi que toutes les figuras de l’"Âge d’argent". Vicente Martínez fut un précurseur dans la sélection d’un toro qui a lié à la morphologie, la capacité à charger jusqu’à la fin du combat.

 

Lithographie La Lidia

     Le bicho attrapa El Tato lors de l’entrée a matar pour la troisième fois et avec la corne droite, il le suspendit et le tourna, lui infligeant une cornada de quatre centimètres de long sur trois centimètres de profondeur dans le haut de la jambe droite. On dit à l’époque que le toro avait gardé sur ses cornes le sang d’un cheval malade et que ce virus avait infecté la plaie. Le fait est que l’état de la blessure s’aggrava, que la situation devenait de plus en plus alarmante pour les médecins – L’Écossais Sir Alexander Fleming ne découvrit la pénicilline qu’en 1928, trop tard ! – que finalement, le matin du 14 juin, sept jours après la cornada, les médecins décidèrent « la séparation de la jambe ».

     Dans le Cossío illustré, il est écrit qu’El Tato était « un paradigme de courage et d’honneur ». Telle était sa popularité, que le marin Méndez Núñez, héros de la bataille d’El Callao au Pérou, étant malade dans un autre étage de la même maison, les gens se sont rassemblés autour du torero, le préférant à l’amiral, ce qui provoqua une polémique au sein du Parlement ».

     Lors de cette temporada, il fut remplacé dans les cartels par Cayetano Sanz, Lagartijo et Frascuelo. « Rafael (Lagartijo) et Salvador (Frascuelo) lui remettant intégralement les honoraires qui lui auraient correspondu ». En remerciement, El Tato offrit à Frascuelo son habit qu’il portait le jour de l’accident et à Lagartijo, son épée.

     Son courage était si grand qu’en 1871, il voulut combattre avec sa prothèse, « assis, impuissant, sur l’estribo de la Plaza de Madrid, pleurant finalement, de sorte que le roi Amédée de Savoie, qui présidait la corrida, l’appela à la loge pour le consoler. Doutons de la portée du réconfort.

     Prisonnier d’une profonde dépression, on dit qu’il s’est écrié « Si "Peregrino" m’avait laissé sur la place! » Oui, le "pèlerin" lui infligea un véritable chemin de croix !

    El Tato était brillant à la cape mais il excellait surtout à l’estocade. Sa bonne réputation l’amena plusieurs fois à Bayonne où le couple impérial le reçut avec bienveillance dans leur palais de Biarritz.

 

     En 1863, il participa aux premières corridas nîmoises. L’affiche de la Feria de Nîmes 2013 fêtait les cent cinquante ans de ses prestations.

     Dix ans plus tôt, il avait pris l’alternative, le 30 octobre 1853 à Madrid avec pour parrain Cúchares – dont il avait épousé la fille en 1861 – et témoin, Cayetano Sanz devant "Cocinero", toro de la ganaderia de Gaspar Muñoz.

     Il mourut le 7 février 1895 à Séville.

 

                     « La fortune aime assez à donner des pantoufles à ceux qui ont des jambes de bois, et des gants à ceux qui n’ont pas de mains ». Théophile Gautier.

                                                                  Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Promesses tenues

Publié le par Cositas de toros

 

            Élève de l’école de tauromachie José Cubero "El Yiyo", le novillero Guillermo García a fait don de ses cachets perçus lors du festival du 2 mai à Las Ventas organisé par la Fundación del Toro de Lidia, Plaza 1 et la Communauté de Madrid. Ce festival réunissait Enrique Ponce, El Juli, José María Manzanares, Miguel Ángel Perera, Paco Ureña, le rejoneador Diego Ventura et donc Guillermo García. Les ganaderias retenues étaient celles de Capea (rejón), Garcigrande, J.P. Domecq, Victoriano del Río, Fuente Ymbro et El Parralejo.

C’était l’ouverture officielle après 13 mois d’arrêt à Las Ventas.

 

     Guillermo est né le 20 septembre 2001 à Castillo de Baynela (Tolède) et a débuté avec picadors le 14 octobre 2018. Ce 2 mai, dans le coso venteño, il coupa l’oreille du représentant de El Parralejo.

   

 

 

      Le Toledano a fait don des sommes reçues aux cinq écoles de tauromachie de la Communauté de Madrid. Le total de 15 260 euros a été réparti à parts égales entre l’école de tauromachie José Cubero "El Yiyo", d’Arganda del Rey (Fondation El Juli), de Navas del Rey, de Colmenar Viejo (Miguel Cancela) et de l’école de tauromachie de Anchuelo. Chacune recevant un total de 3 052 euros dans le but de soutenir le secteur et de promouvoir la tauromachie auprès des jeunes.

 

     Soulignons que le torero de Lorca, Paco Ureña, a fait lui aussi don de ses cachets au club de tauromachie de sa ville remplissant ainsi son engagement envers la Communauté de Madrid et la Fondation du Toro de Lidia. Cette contribution de 15 260 euros sera utilisée « dans la promotion et la diffusion de la tauromachie » à travers les activités que le Club Lorca organise habituellement.

 

     Quant à Miguel Ángel Perera, ses honoraires ont été versés à la Fondation Victor Barrio. Les 15 260 euros visent à financer les activités et programmes que l’entité a développés au cours des quatre dernières années. Cette injection économique permettra également à la Fondation de lancer de nouvelles actions dans le même but.

 

     Nous supposons que les autres acteurs en ont fait de même, selon l’accord.

 

                                                             Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Arles au riz

Publié le par Cositas de toros

           GOYESQUES…
 

12 toros… 5 toreros…12 oreilles… 3 vueltas posthumes…

 

           

      C’est dans des arènes déguisées en bonbonnière par le fait de Diego Ramos que l’afición arlésienne s’est retrouvée au complet samedi 12 septembre pour la première des deux corridas goyesques du cycle auxquelles il convient d’ajouter la corrida de rejón du dimanche matin dont chacun trouvera le compte-rendu dans son magazine préféré.
     

     Côté toros, c’est un peu étrange de programmer trois élevages différents et très dissemblables pour le mano a mano Talavante Roca Rey. 3 Garcigrande, 2 Adolfo Martin et un Nuñez Del Cuvillo. Celui-ci restera le meilleur des 6, un bon fond de bravoure et une noblesse sans mièvrerie mais la vuelta posthume ne s’imposait pas. Tout comme celle octroyée au 5e de Garcigrande dont on a récompensé une noblesse fortement teintée de soseria. Les Garcigrande donc ont fait honneur à leur réputation, commodes de comportement, servant les toreros mais ne permettant pas toujours à la faena de décoller. Les Adolfo ont déçus comme bien souvent, leur faiblesse ne permettant pas à leur caste de se révéler, hormis par une défense sur place.  Bonne présentation d’ensemble, dans le type et 12 piques. Le lot de Jandilla du lendemain fut de bonne qualité, belle présentation, le 2 était une estampe, robes variées dont le 5, tostado salpicado, noblesse générale sauf le 5 et bravoure inégale. Là aussi la vuelta posthume au 6e était hors de propos.
Dans l’ensemble et sur les deux jours, les toros ont permis aux toreros d’exercer leur métier dans de bonnes conditions en permettant un jeu entretenu.
   

     Côté toreros, Andrès Roca Rey est le vainqueur des deux jours. Il coupera 1 oreille à son premier de Garcigrande dont la faiblesse latente ne permettra pas de triomphe plus grand. Son second de d’Adolfo Martín était compliqué et les chutes à répétition ont donné une faena heurtée. Final encimista, estocade metisaca, avis et silence. Ce fut à son dernier, de Nuñez Del Cuvillo, qu’Andrès ravit le public avec son toreo complet, puissant et dominateur qui fit se dresser les poils des bras. Une estocade delantera foudroyante fit basculer la seconde oreille. Olé maestro.


     C’est le lendemain qu’on verra le second de la liste en la personne de Miguel Ángel Perera qui a "pégué" le  faenon de la tarde face à son premier Jandilla dont la qualité n’était d’ailleurs pas exceptionnelle. Temple, élégance, ceinture et poignet, final dans les cornes pour une alternance ambidextre. Le toro mourra debout après entière en place et offrira ses deux oreilles en roulant dans la poussière. Le 5e a fait mentir l’adage. Ce fut le plus mauvais du lot. Perera n’a pas trouvé la clé et la faena s’est enlisée. Demi-épée, avis, descabello et salut au tiers.
     

     Antonio Ferrera a fait de l’Antonio Ferrera, au grand plaisir du conclave. Le premier Jandilla avait beaucoup de gaz et Antonio s’est arrimé. "Cité" à contre-toril, le toro est venu de dix mètres, pique savamment dosée et piquero applaudi. Bis repetita. La faena débuta difficilement, muleta accrochée. Il fallut plusieurs séries pour consentir le toro. Deux pinchazos a recibir avant ¾ à la rencontre ont fait s’envoler toute velléité de triomphe. Antonio est allé chercher ses trophées au 4e. Trois paires de banderilles : au quart, poder a poder et quiebro a sesgo por dendro. Les tendidos debout. Doblones de rodillas en début de faena puis séries classiques des deux côtés. Antonio fera taire la cantatrice qui attaquait  La Mama . "Cite" à cinq mètres pour l’estocade, ratée, retour du toro, entière foudroyante et deux oreilles dans la musette pour le spectacle, la vaillance et l’entrega.
   

      Alejandro Talavante a été égal à lui-même : élégant, technique mais trop souvent fuera de cacho. Le 1, Garcigrande, fade et de peu de caste s’est laissé faire. Entière delantera après pinchazo et avis. Oreille. Le 3 d’Adolfo Martin était faible. Talavante s’est croisé davantage pour consentir le toro mais la faena est devenue laborieuse et ennuyeuse. ¾ d’épée en place, descabello et salut. Le 5 de Garcigrande avait du jus et Alejandro a sorti le grand jeu devant un grand noble mais très soso. Final tremendiste. Bernardinas habituelles. Épée entière contraire et deux oreilles. La vuelta posthume est hors de propos.

 


     Emilio de Justo est un torero consciencieux, vaillant, avec beaucoup de recours technique et dominateur. C’est certainement un peu difficile de passer après Ferrera et Perera. Il n’a pas démérité devant deux toros nobles et qui ne manquaient pas de caste. Il a dominé le 3 mais la faena est allé a menos. Quasi entière en place et oreille. Le 6 était du même tonneau et Emilio a réduit les distances, ce qui a permis une fin de faena entretenu. Bajonazo a recibir, avis et mort longue. Division d’opinions et oreille. Vuelta posthume donc non méritée.

 


      A l’évidence, l’afición arlésienne a été ravie par ce week end taurin, sa présence aux arènes le prouve, quasi lleno le samedi et demi-arène dimanche, ce qui correspond à une Feria du riz habituelle. Le temps était estival et la musique omniprésente grâce à Chicuelo II, les chœurs de la région et une talentueuse cantatrice. Ce fut charmant mais n’oublions pas que c’est tout de même le toro qui est au centre de la tauromachie.
 
                                             Dominique Madera  

PS. 10 jours de vacances (presque) sans toros... et la Feria d'Arles a pris quelques retards dans nos colonnes...
 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>