Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SALVADOR VEGA, LE RETOUR

Publié le par Cositas de toros

 

 

     Le torero malagueño, né le 10 février à Manilva reprend les trastos après une longue absence des ruedos suite à de graves blessures, au doute et à la lassitude.

Il s’habillera "de lumières" à Estepona (Málaga), demain samedi 1er août en nocturne pour combattre un lot de Luis Algarra, accompagné de Cayetano et Pablo Aguado.

Dans ce présent troublé et ce futur obscur, c’est une nouvelle qui, personnellement me ravit. 

 

 

     En effet, Salvador Vega García avait renoncé, au début 2016 à poursuivre sa carrière afin de prendre du recul. Après des saisons glorieuses (2004 à 2008) et sa retraite anticipée, il s’investit dans la politique comme conseiller municipal (Parti popular) à Málaga. Il s’est aussi, impliqué dans les affaires familiales et participait également à la formation des jeunes apprentis de l’École de tauromachie de Málaga.

Le matador âgé aujourd’hui de 35 ans, fera certainement ses adieux tout en bouclant son parcours aidé en cela par l’homme d’affaires José Luis Lara qui gérera l’ultime étape de son entreprise.

 

                                                            SOUVENIRS

 

     Le 23 avril 2004 lors de la Feria de la San Jorge de Saragosse, Salvador Vega fut blessé grièvement par son second toro de Domingo Hernández. J’en fus le témoin et les images saisissantes sont ancrées dans ma mémoire.

 

© Rogelio Allepuz

     Après avoir coupé l’oreille de son premier opposant, c’est lors de l’entrée a matar que la corne droite de son second toro (le mieux présenté) lui perça la jambe droite. Grande frayeur dans le coso de la Misericordia, témoins que nous étions de ce moment angoissant où l’animal continuait à assaillir l’infortuné torero sans que le piton ne se retire de la jambe, le secouant à plusieurs reprises.

Le rapport médical du Dr Carlos Val Carreres précisa que le Malagueño souffrait d’une cornada à la base du triangle de Scarpa avec un orifice d’entrée de 10 cm et de trois trajectoires dont l’une d’elles mesurait 24 cm, les vaisseaux fémoraux sectionnés, le nerf fémoral meurtri.

 

     Il avait auparavant servi deux séries de la droite magnifiques puis utilisant la bonne corne gauche, au centre du rond sans bouger les pieds, il déroula une série longue et profonde. Et c’est toujours au centre qu’il subit le châtiment.

Il y a des instants, des circonstances qui vous marquent à jamais, ceux-ci en furent un.

 

Voici les notes succinctes prises ce jour sur mon carnet à spirales.

Demi-entrée.

5 toros de Domingo Hernández et un (le 5e) de Garcigrande, mal présentés, 3e et 4e braves et nobles.

- Javier Conde (blanco y azabache), insipide comme son 1er toro. En-dessous du noble 4e. Silence avec avis, silence.

- Jesus Millán (purísima y oro), vaillant, accrocheur, se perd dans les terrains. Le Garcigrande ne charge pas. Silence, silence après avis.

- Salvador Vega (carmin y oro), remplace Morante de la Puebla.

Au 3e, séries courtes et variées sur les deux cornes, beaucoup de profondeur.

Le 6e bien toréé sur la corne droite. Une série magnifique sans bouger les pieds, faena profonde au centre du ruedo. Estoconazo (comme au premier). Pris à la cuisse droite, infirmerie. Oreille et deux oreilles.

 

 

Tudela © G. Lamarque

     Nous l’avions revu pour la dernière fois, non sans plaisir, à Tudela, le samedi 26 juillet 2014, un peu dans l’indifférence des arènes festives devant des faibles toros de Cayetano Muñoz de sang Domecq (Torestrella). Il profita de l’excellent 5ème et nous régala. Fandiño, lui, n’eut aucune option.

 

                                                          SA CARRIÈRE

      Il boucla la temporada 2004 avec 48 corridas, 58 oreilles et 1 queue.

2005 : 45 corridas, 40 oreilles, 1 queue.

2006 : 30 corridas, 36 oreilles, 1 queue.

2007 : 43 corridas, 56 oreilles, 2 queues.

2008 : 40 corridas, 54 oreilles, 2 queues.

Puis ce fut la dégringolade, … 2015 : 8 corridas, 10 oreilles.

 

     Il avait fait ses débuts avec picadors à Málaga le 5 août 2000. Il prit l’alternative à Nîmes le 16 février 2003, parrain "Joselito", témoin César Jiménez, toros de Pedro y Verónica Gutiérrez Lorenzo (La Capea) : 2 oreilles et sortie en triomphe. Confirmation à Madrid le 4 octobre 2003, parrain Javier Conde, témoin Morante de la Puebla, toros de El Pilar.

Depuis le 15 octobre 2015, il n’a plus revêtu l’habit de lumières. C’était à Fuengirola, province de Málaga.

 

     La Feria de Málaga est annulée pour 2020 mais peut-être verra-t’on le Malagueño le 15 ou le 16 août où deux corridas sont annoncées.

 

     ¡ Suerte Torero ! 

                                                                                             Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO

Publié le par Cositas de toros

     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO

 

              Beaucaire, dimanche 26 juillet, novillada.

 

     Comme quoi une ville plutôt tournée vers la course camarguaise a l’honneur d’ouvrir la temporada du Sud-Est à la fin juillet, et ceci grâce à l’afición taurine beaucairoise, un club à l’esprit torista, un rescapé.

     À l’ombre du château de Raymond VII, était donc organisé un desafo Conde de la Corte / Dolores Aguirre.

Face à eux, deux novilleros plein d’assurance face à ce genre de bétail, mais pour le troisième, j’avais un doute mais sait-on jamais : Cabrera, Montero, Valencia.

     À l’heure du paseo, hommage rendu à la Cavalerie Heyral fêtant son centenaire. Une bonne entrée mais les aficionados se plaignant de ne pas voir de toros, auraient pu faire l’effort de se joindre aux présents.

 

     Le premier Conde (54) est accueilli a porta gayola par

                                                          José Cabrera,

un novillo de belle constitution qui prend deux piques. Cabrera officie aux bâtonnets. Le bicho fuyant est compliqué ayant peu d’entrain à rentrer dans la muleta. 3/4 d’épée, trois descabellos, silence.

 

     Le Conde (61) s’intéresse peu au capote de

                                                    Francisco Montero,

allant seul au cheval à trois reprises. Le novillero arrive à dessiner quelques passes avant une bonne mise à mort d’une épée entière. Le public réclame l’oreille, récompense accordée.

 

                                              José Antonio Valencia

hérite à son tour d’une belle bête, le Conde (56), cornes vers le ciel à la cape recevant deux mauvaises piques. Le cornu pouvait être plus "toréable", Valencia faisant des efforts. Deux épées, silence.

 

     Cabrera venu pour triompher, déclara-t’il à la presse, ne sait pas comment prendre son adversaire, un Dolores ayant reçu trois piques. La peur s’installe chez le piéton, le quadrupède attendant l’erreur. Mise à mort laborieuse sans s’engager, deux avis, silence.

 

     Montero accueille le Dolores (6) a porta gayola avec sa cape de paseo (son habitude), assure quelques passes. Le novillo prend trois piques dont deux charges qui plaquent Adrián Navarette aux planches, la première l’envoyant au sol. Après les banderilles, il s’emploie à la muleta afin d’être à la hauteur de l’Aguirre et il y réussit grâce à une faena plaisante mais, hélas, les trophées promis s’envolent, la mise à mort n’étant pas à son avantage, mille regrets. Tour d’honneur pour "Comadroso", le Dolores, Francisco lui aussi effectue son tour où il a l’élégance d’y joindre son picador.

 

     Puis vient Valencia sous l’œil protecteur de son compatriote Manolo Vanegas pour clore l’après-midi avec un Dolores (20) plus petit et plus fin. Dès la sortie, José Antonio n’est guère rassuré et cela tout du long. Le bicho fuyant le cheval, le picador change de terrain et le Dolores accourt au châtiment par trois fois sous la pique de Jean-Loup Aillet sans que les peones n’interviennent outre mesure. Un peu mis en confiance, Valencia s’emploie aux banderilles correctement. La faena est courte, deux entrées a matar, la seconde entière. Le novillero assis sur le marche-pied se tient la tête, forte déception mais il aura d’autres opportunités pour relever le chef.

 

     À la distribution des prix, Montero reçoit celui du meilleur novillero, le mayoral de D. Aguirre, celui de la meilleure ganaderia (merci à "Comadroso") et celui du meilleur piquero est partagé entre A. Navarette et J.L. Aillet. Desierto celui du meilleur banderillero.

 

     Merci à l’Afición Taurine Beaucairoise et que vive Beaucaire la "Toriste" !

                                                                                            

                                                                                      

 

                                                                                            

                                                                                             Christian Sloma

 

     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO
     À L’OMBRE DES PLATANES, L’OREILLE D’OR À FRANCISCO MONTERO

Voir les commentaires

LA GIRONDE AUX GIRONDINS !

Publié le par Cositas de toros

LA GIRONDE AUX GIRONDINS !

 

     Sous le parrainage de la Coordination des associations taurines de Gironde (CATG) et de Toros 33, la placita de Captieux organise le 13 septembre, une fiesta campera. Une preuve de l’existence de la tauromachie dans le département.

L’affiche comme vous le constatez, est revendiquée 100 % girondine, tirée par les cheveux ou bien par la coleta !

Clemente, Clément Hargous, Julien Lescarret et 3 novillos de La Espera du ganadero Jean-François Majesté, tous natifs des terres girondines.

C’est la défense du territoire, cher au nouveau Premier ministre voulant « largement associer les collectivités territoriales à la mise en œuvre locale du plan de relance. »

Plaisanterie mise à part, avec un tel cartel, "la Gironde aux Girondins", nous en déduisons qu’un étranger au département devra délivrer de faux papiers pour accéder aux tendidos.

Organiser une fiesta campera, c’est louable et méritoire, la revendiquer 100 % girondine, c’est un peu lourdaud, maladroit. La tauromachie souffre assez de ces comparaisons imbéciles où chacun tend à tirer le capote à lui. Obsolètes les querelles et jalousies stériles entre ferias et plazas, de Mont-de-Marsan ou de Dax… Ces mentalités étriquées sont grotesques, la France taurine du Sud-Est et du Sud-Ouest ne font qu’une, du moins, le devrait-elle !

Quant au sympathique et dispersé torero retraité, promoteur aujourd’hui de charcuteries ibériques se retrouvant ici en tant « qu’enfant du pays » – la Gironde n’est pas assez riches de practicos –, doit-il consentir égoïstement à l’invitation ? En ces temps de vaches maigres, un "étranger" aurait fait l’échange avec bonheur.

Défendre les traditions hors de ses murs, c’est bien aussi, c’est honorable.

Non, je ne comprends pas ces esprits étroits pour une journée de solidarité taurine.

 

PS. La lettre d’information est rédigée à l’attention des « aficionados 33 », alors… bon vent à eux.

 

                                                                                       Gilbert Lamarque

 

 

                                                 IN MEMORIAM

 

    

     Originaire d’Arles, Jean-Marie Magnan passionné de peinture et de tauromachie, vient de nous quitter le lundi 20 juillet à l’âge de 91 ans. De nombreux ouvrages écrits en collaboration avec son ami le photographe Lucien Clergue, autre arlésien ainsi que plusieurs romans et volumes sur la corrida, essais, chroniques ont fait de J.M. Magnan un grand témoin de notre passion.

Anecdotes, témoignages, réflexions sous la plume alerte de ce grand écrivain arlésien sont une source de bonheur.

Lisez ou relisez, Le roman de la Corrida, Corrida-spectacle, corrida-passion, La corrida est une mémoire, Démons et merveilles de la corrida où il écrit : « Je promets de redevenir taureau à la première occasion. Ce n’est pas facile. Il y faut beaucoup d’empathie et de désir de se faire autre. Et quand je me métamorphose, j’ignore la séparation entre fauve pour toristas et fauve pour toreristas. », une autre querelle désuète…

Un bel héritage dans lequel nous pouvons joindre ses ouvrages sur El Cordobés, José Tomás ou Curro Romero dont il était l’ami.

 

                                                                                                     Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

ADIEU L’AMI (suite), BONJOUR L’OPPORTUNISTE

Publié le par Cositas de toros

     Lundi 20 juillet dans Cositas, l’article Adieu l’ami, j’ai repris au mot près, la fin de l’interview sur France 2 du Premier ministre Jean Castex par Laurent Delahousse.

Voici ci-dessous, la publication de l’ONCT suite à cet entretien. Vous pourrez voir que les mots ne sont pas exacts et que l’esprit en est quelque peu déformé, insidieux. Il manque la dernière phrase essentielle.

 

Paru sur le web.

 

 

 

André Viard - président de l’Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT) - se félicite que le Premier ministre veuille mettre en place une loi garantissant le droit à la différenciation des territoires et protégeant la tauromachie

(dans la revue Aplausos - samedi 18 juillet 2020)

Le nouveau Premier ministre français, Jean Castex, a salué la tauromachie en France dans une interview accordée à France TV. Interrogé sur la fête des taureaux, il répondit : "Je suis né à Vic-Fezensac où les taureaux font partie de son histoire et de sa culture. Là-bas, si tu n’es ni rugby ni taurin, tu es banni". Jean Castex a grandi dans cette culture et la respecte. Valoriser les taureaux de cette manière est un fait important qui recevra l’approbation des aficionados.

PROTÉGER LA FÊTE TAURINE

Une des mesures que veut prendre le nouveau premier ministre Français est la présentation d’une loi garantissant le "droit à la différenciation des territoires". Une loi qui aurait de multiples avantages pour la tauromachie parce qu’elle pourrait constituer un blindage encore plus grand pour la fête taurine en rendant les attaques contre elle impossibles. André Viard, président de l’Observatoire National des Cultures Taurines, explique cette mesure : "C’est une loi destinée à garantir la liberté des territoires pour perpétuer leurs coutumes, cultures, particularités, langues... sans dépendre de la permission de Paris. Depuis l’Union des Villes Taurines de france (sic) (UVTF) nous avons déjà suggéré quelques idées".

Cette loi est essentielle pour la fête taurine en France et sa protection. "En matière de cultures régionales, ce que sont les taureaux en France, supposerait que l’autorité retombe sur le maillon administratif le plus proche, conformément au principe de subsidiarité. Ainsi, il serait contraire à la loi qu’un collectif veuille promouvoir une interdiction contre la tauromachie si les villes taurines la considère comme faisant partie de leur patrimoine et donc comme leur "droit à la différenciation". Cette loi renforcerait l’actuelle", explique André Viard.

 

     Alors, que faut-il présumer ? Que peut-on en penser ?

Que l’opportuniste et habile André Viard prend ses désirs pour les réalités de son appétit, tout en sachant  ce qui est exactement dit, le président de l’Observatoire n’étant pas un perdreau de l’année. Tout ceci empaqueté avec papier cadeau et bolduc pour servir sa cause, – qui devrait être la notre , mais en un mot, le servir. Récupérant comme autrefois les ferrailleurs ou les chiffonniers, les objets devenus obsolètes et inutiles –, une certaine loi évoquée qui garantie le « droit à la différenciation des territoires » qui servirait la cause de la tauromachie. Ben voyons, c’est si facile, le lapin va sortir du chapeau.

Prendre ses désirs pour de futures réalités avec l’aide de l’Union des Villes Taurines de (f)rance où nombre d’élus se montrent plutôt frileux voire invisibles ! L’UVTF qui exigea auprès du gouvernement une TVA à 0 % : un coup d’épée dans l’eau.

Je songe aussi à Carole Delga, présidente de la Région Occitanie qui a lancé au printemps, un plan baptisé "Plan Camargue" pour venir en aide aux manades et élevages de chevaux. Les toros en sont exclus, et ceci n’est pas un oubli.

Cette décision discrétionnaire marque surtout la volonté politique de maintenir une cohésion de la majorité régionale de Carole Delga composée d’un nombre certain d’écologistes, ceux-ci particulièrement hostiles à ce type de vicissitude.

 

 

 Interrogée fin avril en conférence de presse, la présidente socialiste de la Région Occitanie a précisé que le "Plan Camargue" concernait les élevages camarguais. Nous l’avions compris ! Quant à ceux qui critiquent, « ils n’ont qu’à mettre en place à travers leurs collectivités ce type d’aide ». C’est clair ?

Depuis les dernières municipales et les résultats des écologistes ou supposés, l’aiguille de la balance ne penche guère vers le toro bravo.

Alors M. "l’Observateur", vous qui n’êtes point naïf, sachez que nous sommes un certain nombre à ne pas être non plus "des enfants de Marie". Vos agitations sont là afin que nous ne vous oubliions pas et que vous puissiez tenir le devant de la scène encore et toujours pour les siècles des siècles, saecula saeculorum

M. le Premier ministre tout fraîchement nommé à d’autres chats à fouetter, les taureaux sont des sujets trop massifs, trop lourds à son goût et si dérisoires.

Mais oui, le "monde d’après" sera bien le "monde d’avant" !

 

      Si la langue de bois, imperturbable, domine la politique, l’accent, aujourd’hui, en est la couleur.

 

                                                                                              Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

PONCE LE PHAGOCYTE OU L’APPÉTIT DU ROI ENRIQUE

Publié le par Cositas de toros

 

     Phagocyter : détruire progressivement quelqu'un, quelque chose en les privant de toute autonomie, en s’en rendant maître de l’intérieur (définition du Larousse).

 

Phagocyte

     

Futur phagocyte

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Août

1er. Osuna : mixte, Diego Ventura, Ponce et Javier Conde.

3. Huelva : mixte, Andrès Romero, Ponce, Castella et David de Miranda.

4. Plasencia : mano a mano Ponce/de Justo, alors qu'un troisième plus modeste aurait eu l'opportunité !

6. El Puerto de Santa María : Ponce, Morante et Pablo Aguado. Corrida de luxe avec des toros de J.P. Domecq qui vous donne la désagréable impression de manger quelques louchettes de caviar sur les décombres !

15. Béziers : mixte, Léa Vicens, Ponce et Castella.

16. Santisteban del Puerto (Jaén) : mixte, Diego Ventura, Ponce et Curro Díaz.

29. Mérida : Ponce, El Fandi , Perera.

 

        Septembre

5. Priego de Córdoba : mixte, Diego Ventura, Ponce et Curro Díaz.

12. Arles : goyesque, Ponce, Castella et Roca Rey.

26. Séville : Ponce, Manzanares et Roca Rey.

 

       Insupportable !

Ponce sur tous les fronts, honte à lui et aux organisateurs médiocres.

Par ces temps de disette, ne serait-il pas judicieux d’offrir des opportunités aux toreros plus modestes et non moins méritants ?

Ponce, à ce jour, serait une dizaine de fois dans les cartels pour un nombre misérable de corridas. Brade-t’il ses prestations – plus ennuyeuses au fil du temps –, ou les empresas sont-elles privées d’imagination ?

Un seul souhait affleure mon esprit : que ces spectacles soient un véritable fiasco par la médiocrité de l’ensemble et par l’absence du public. J’ai un doute sur la deuxième caractéristique, hélas.

Voici un des vrais fossoyeurs de la Fiesta Brava. 30 ans d’alternative, bientôt 50 ans au compteur et je vous fiche mon billet qu’il défilera dans les années futures avec un déambulateur à moins que d’ici là, la Corrida ait définitivement renoncé.

 

 

     Môssieur a décidé, paraît-il, de redonner des couleurs au toreo !!! Le présomptueux !

Pitié ! Alfonse Enrique Ponce Martínez.

Quand donc, le fléau de Chiva cessera-t'il de nous infliger un tel châtiment ? 

Peut-être une deuxième vague de virus après le phagocyte, ce serait le bouquet !

Noir c’est noir !

Les affaires taurines sont comme l'industrie de la santé, un business avec ses conflits d'intérêts et l'illustration quotidienne des faiblesses de l'être humain.

 

¡ La cultura no se censura, Ponce si !

                                                                                    Gilbert Lamarque

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>