Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De la vache laitière au toro bravo

Publié le par Cositas de toros

                 Dámaso González

 

            Dámaso González Carrasco, décédé le samedi 26 août 2017, voici 4 ans, était l’une des grandes figuras de la tauromachie des années 1970/80 avec Manzanares, Paquirri et El Niño de la Capea.

 

1994

 

     Albacete s’est réveillé ce samedi 26 août sous la rumeur qui, bientôt, est devenue une bien triste nouvelle : Dámaso est mort. Dámaso avait 68 ans, González Carrasco avait consacré sa vie au toro. C’était EL TORERO, au singulier et en majuscules, de la capitale de la Mancha.

Un cancer des os rapide l’a emporté. Le jour même de sa mort, la sculpture que Pedro Requejo avait réalisée pour lui devant les arènes "La Chata" était remplie de fleurs en hommage à l’un des siens.

     Dámaso est né le 11 septembre 1948 en pleine Feria de la Virgen de los Llanos, dont il a combattu de nombreuses tardes – 87 fois lors de la Feria –, et quitte cette terre moins de deux semaines avant la célébration du centenaire de la plaza lors de la prochaine feria.*

Il a porté son premier costume de lumières le 27 août 1966 et il a combattu en public pour la dernière fois à Albacete, le 16 septembre 2003. En octobre 2011, il torée, alors spectateur durant un festival au profit de la famille du subalterne Manuel Montoya.

Durant sa vie de torero, celui qui fut connu au tout début sous le nom d’El Lechero, issu d’une famille éleveuse de vaches laitières – il travaillait dans la laiterie familiale –, n’a cessé de se battre pour que la course caritative d’Asprona et le festival de Cotolengo soient une réalité.

     Dans la chronique de sa confirmation d’alternative, le 14 mai 1970, Antonio Díaz-Cañabate le jugeait ainsi : « Le sixième est un toro de Galache, réservé et tardo. Vous devez le combattre. Dámaso s’expose avec courage, mêlé de courage. Le courage triomphe et le torero emmène le toro où il ne veut pas aller. »

 

     En 1969, après avoir réussi à Barcelone et à Madrid, il prend l’alternative à Alicante des mains de Miguelín, Paquirri étant le témoin. Il confirme l’année suivante, le 14 mai. Les graves coups qu’il a subis à Almansa, Castellón et Málaga, ne l’ont pas empêché de gravir les échelons. Il est sorti a hombros de Las Ventas en 1979 et 1981. Il a pris sa retraite, pour la première fois, à Valladolid, le 20 septembre 1988. L’insistance de son compatriote Manuel Caballero le fait revenir dans les ruedos pour lui donner l’alternative à Nîmes, le 20 septembre 1991. Encouragé par le succès, il repart au combat.

 

     En 1993, il gracie à Valence, le toro "Gitanito" de Torrestrella ; à Tarazona de la Mancha, "Pestillito" de Samuel Flores.

     En son temps, l’écrivain Fernando Claramunt a écrit qu’en 1956, il y avait un torero à Albacete pour 286 habitants. Tous, sans aucun doute, regardaient la calle de la Feria et rêvaient de combattre un jour dans "La Chata", les arènes de la capitale de la Mancha, plaza centenaire en cette année 2017. Seuls certains l’ont fait, bien sûr. Dans les années 50, les aficionados étaient divisés entre les locaux Juan Montero et Pedro Martínez "Pedrés", ce dernier avec une carrière plus longue. Mais la grande idole sera Dámaso González détenant le record à "La Chata" avec 102 paseos (données par le magazine 6Toros6) suivi de Manuel Caballero avec 51.

Albacete © Manuel Podio

     Malgré son courage, il n’avait pas la faveur de la foule comme il l’aurait méritée, public d’Albacete mis à part. Petit, visage souffreteux, il n’avait rien de comparable physiquement avec L.M. Domínguin ! Avec la gueule et la plastique du "número uno", il aurait été adulé par tous les aficionados de toutes régions, lui, le courageux, le dominateur, venant à bout des tíos, toujours sur le fil de la corne, la muleta en balancier et dans un mouchoir de poche, et jamais vulgaire comme certains le prétendirent. Ojeda ou Tomás n’ont rien inventé !

     Dámaso débuta à Mont-de-Marsan le 19 juillet 1970 combattant des Cuadri et fit 13 fois le paseo, coupant 13 oreilles ; dernière apparition, le 20 juillet 1993 lors d’une corrida-concours : Murube et Cebada Gago. Triomphateur de la Madeleine 86, deux pavillons à son second Miura.

     À Bilbao, il défila à 29 occasions tout comme Rafael Gómez "El Gallo". La première fois, le 23 août 1969 accompagné d’El Viti et Paco Camino ; despedida dans les arènes de Vista Alegre, le 18 août 1993, toros de Baltasar Ibán.

     Il a combattu plus de 1 200 toros tels que Miura, Victorino Martín, Pablo Romero, Guardiola, Cuadri, Nuñez, Torrestrella, Jandilla ou Atanasio, Buendia Murteira Grave…

 

     Le 15 septembre 2015, sa statue a été inaugurée devant la plaza de su tierra.

     Il a reçu, à titre posthume, la Médaille d’or du Mérite des Beaux-Arts 2017. C’est bien trop souvent que les médaillés de tout poil reçoivent la décoration postmortem… Ils doivent pourtant en avoir besoin pour s’acquitter du droit de passage sur le Styx, Charon veille au grain !

 

* La plaza, propriété municipale, a été construite à l’initiative du maire, Francisco Fontecha. En 1916, il considérait que l’ancienne arène inaugurée en 1829 réclamait un remplacement. À cet effet, une société anonyme a été créée pour la construction et l’exploitation du nouveau ruedo, sur le terrain de l’ancien. Les travaux débutent le 17 février et moins de neuf mois plus tard, le 9 septembre, "La Chata" est inaugurée. À l’affiche, des toros de Fernando Villalón pour le Mexicain Rodolfo Gaona, Joselito "El Gallo" et Saleri II. El Gallo, grande figure de l’époque avec Juan Belmonte, a coupé les deux premières oreilles.

     La plaza est considérée d'architecture de type mudéjar, classée en 2e catégorie, hébergeant 10 000 spectateurs.

                                                                Gilbert Lamarque

 

 

                                                              

Voir les commentaires

Feria de la pêche et de l'abricot. Saint-Gilles 2021

Publié le par Cositas de toros

 

                SURPRENANTS MALAGA ET DÉCEVANTS JOSÉ CRUZ

 

 

Samedi 21 août.

 

   

      Novillada de la Ganaderia de Malaga, située à Maussane-Les-Alpilles et conduite par Pierre-Henry Callet avec un bétail d’origine Domecq par Garcigrande / Domingo Hernandez. Très joli lot bien dans le type, trop gras le 1. Armures correctes. Très nobles dans l’ensemble mais sans mièvrerie sauf le 1 carrément soso et le 6, plus brouillon, ils ont démontré un fond de caste intéressant mais furent très peu piqués (9 piques), alors qu’ils en auraient supporté tous 2 ou 3... Très mobiles, ils ont donné du jeu et permis un spectacle entretenu. Vueltas posthumes au 3, méritée, et au 6, grotesque. Tous nés en 2018. 4 noirs, un castaño et un tostado. A ce propos, encore une fois, la présidence a démontré une incompétence confondante : changements de tiers intempestifs, aux ordres des toreros, trophées indus, déclenchement de la musique hors de propos. Les décisions inopportunes, notamment concernant la gestion des piques, influent grandement sur la lidia et le déroulement de la course. La présidence est un poste à responsabilité qui n’a rien d’honorifique. Il y a encore du travail à faire sur les mentalités.

     Carlos Olsina, bleu et or, ne sait pas toréer mais évidemment, il croit le contraire et apparemment son entourage aussi. Le 1 était un train, le garçon a donc joué au garde-barrière pour une kyrielle de passes sans intérêt. Aucune domination, la muleta à Saint-Gilles mais le cul à Arles. De toute façon, le toro n’a rien vu, et nous non plus d’ailleurs. Silence après avis, un tiers d’épée et une quinzaine de coups de descabello.

Le 4 était moins facile. Brouillon, le garçon a été incapable de dominer l’animal et de régler sa charge. 3/4 d’épée au second envoi, avis et salut.

 

     Solalito, bleu et or, est un jeune torero vaillant, qui va sur le terrain du toro, mais dont la bagage technique est encore insuffisant à la muleta. La conduite de la charge est médiocre, de même que la sortie de la passe. Du coup le garçon est débordé, la muleta accrochée. Épée entière contraire après pinchazo, descabello et silence au 2.

Un peu mieux au 5, les séries ont été plus abouties et de meilleure qualité mais la charge du toro était pesante. Une épée entière en place d’effet rapide a libéré une oreille pour les amis.

 

     Christian Parejo, violet et or, a déjà du bagage et ça se voit. Il fera montre de beaucoup d’autorité face au 3, le meilleur de l’encierro, des deux côtés. Malgré un désarmé fortuit, il construira une faena complète conclue d’une estocade foudroyante à la rencontre qui fera tomber deux oreilles.

     Le 6 était plus désuni mais de bonne charge. Cité de loin, il viendra sans se faire prier pour une entame de qualité. Quelques séries gauchères de bon aloi, encore un désarmé, détail qu’il faudra régler, épée entière en place concluante et oreille.

Il remporte la Chaquetilla d’or mise en jeu pour l’occasion.

Beau temps. 1/3 d’arène.

 

Dimanche 22 août.

 

   

      Corrida de José Cruz de Salamanca, d’origine Domecq par Daniel Ruiz. Lot bien présenté mais faible et de peu de caste. Peu piqués (7 piques), fades et mous, ils n’ont pas permis à la course de décoller. Né en automne 2016 et printemps 2017. 2 noirs, 2 tostado, 1 castaño et un colorado. Comme quoi la carrosserie, ça ne fait pas tout.

Mano a mano Juan Leal et El Rafi, sobresaliente Jérémy Banti.

     Juan Leal, vert pomme et or, a fait du Juan Leal. Ce garçon a un cœur gros comme ça et un courage à toute épreuve. L’ennui, c’est qu’il semble toréer sans réflexion. Tant que le toro passe, il reste fuera de cacho. Quand le toro ne passe pas ou plus, il vient dans les cornes pour un final tremendiste de mauvais aloi qui frôle la vulgarité. Il mise sur son agilité pour se tirer des mauvais pas. Il est à craindre qu’un jour, ça ne marche pas. Il surfe sur les frissons des tendidos pour faire tomber les oreilles. Et pour peu que l’estocade soit concluante, ça fonctionne. Devant le 1, soso, il ne s’est jamais croisé, a failli y laisser une fesse, seule la culotte a été décousue, car enfin le toro s’est aperçu de quelque chose, a mis une épée entière en place et a coupé… 2 oreilles accordée par une présidence presque aussi mauvaise que la veille.

     Le 3 avait peu de charge. Juan est donc allé dans les cornes pour tirer des passes une à une. Épée entière contraire. Mort longue et oreille (!).

Le 5 a enchaîné les chutes et le trasteo est resté au sol. Juanito a aussitôt intégré les cornes et s’est fait attrapé sans mal en fin de faena. Une demi-épée après demi-metisaca plus tard, descabello, avis et salut.

 

     El Rafi est tout jeune matador ; il ne manque pas de qualités et a fait beaucoup de progrès depuis son alternative arlésienne. Il ne s’affole pas, se croise, charge la suerte et "cite" de loin quand l’occasion se présente. En revanche pas de maîtrise de l’épée en ce moment. Longues séances de carretón à prévoir. Le 2 s’est avéré vite faiblard, perdant les mains à plusieurs reprises au deuxième tiers. Rafi a bien démarré à la muleta avec trois séries de la gauche de bonne facture. Le toro a "embisté" en terre et s’est vite réservé. Il a fallu réduire à droite et terminé par quelques recortes pertinents. La fin fut catastrophique : bajonazo, quatre pinchazos, avis, trois descabellos et silence.

Le 4 a pris une pique triple dose et a enchaîné avec une vuelta de campana qui a entamé son capital. Il a supporté un quite par gaoneras de Rafi, deux paire de banderilles et un cite au centre avec changement dans le dos à la mode Castella. Après, il a fallu le laisser respirer, ce qu’à fort bien fait le garçon avec beaucoup d’intelligence entre les séries. Il a pu ainsi instrumentaliser la meilleure faena possible avec un tel partenaire. Hélas, bis repetita à l’épée : 1/4 d’épée, pinchazo puis entière caída. Vuelta.

Le 6 était faible et le torero fatigué. Ça a donné une faena, sans réelle domination d’un toro qui se réservait de plus en plus et se défendait sur place. Rafi averti sans frais s’est appliqué à l’épée : entière en place finalement concluante et oreille pour l’ensemble de son œuvre.

Beau temps et 2/3 d’arène.

 

                                                     Dominique Madera

Voir les commentaires

Prix "El Tio Pepe" 2019

Publié le par Cositas de toros

            Saint-Perdon

 

     Le dimanche 29 août, jour de la novillada de Pincha, aux arènes du Plumaçon, la Fédération des Sociétés Taurines de France (FSTF) remettra le Prix "El Tio Pepe" 2019 à Pascal Darquié, Président de la Muleta de Saint-Perdon.

Ce prix, remis avec deux ans de retard dû à la pandémie, met en avant une personne physique ou morale œuvrant dans le sens des principes tauromachiques adoptés par la FSTF.

Jean-Pierre Darracq "El Tio Pepe" fut l’un des plus grands chroniqueurs et revistero taurin français, auteur de Miura, biographie de référence sur le célèbre élevage.

     Ce prix est l’un des plus prestigieux de l’afición française.

 

----------

 

            Erratum

 

    Concernant l’article du 17 août Week-end landais santacolomeño, le prix "Souvenir Jean-Louis Fourquet" a été remis à l’issue du paseo par l’Association des Amis de Jean-Louis Fourquet, (l’emblématique Président fondateur de l’ADAC de Céret, décédé en 2014) et non par l’ADAC.

© Laurent Bernède

                                                               

                                                  Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Saint-Perdon, c'est bientôt

Publié le par Cositas de toros

            Le Comité des Fêtes de Saint-Perdon décide d’organiser en 1983, une novillada non piquée. Ce fut, ce 27 août, en nocturne, le début d’une aventure tenace qui dure toujours malgré les revers et déconvenues.

Cette novillada proposait Didier Godin, Olivier Martin et Marie-Neige devant 4 erales d’Ernest Fernay. Ce ganadero possédait à cette époque des vaches d’origine Pinto Barreiros et Pérez Tabernero et d’un semental "Diablo" provenant de Manuel Camacho.

Aujourd’hui, c’est la touche Jandilla qui domine et les toros sortent sous le nom de : Olivier Fernay y sus hijas. Créée en 1953, cette ganaderia fait partie des plus anciennes françaises.

Didier Godin est de l’ancienne génération des novilleros montois avec Olivier Mageste.

Olivier Martin, dans ces années, formait cartel avec, par exemple, un certain Olivier Baratchart, et il créa plus tard, la ganaderia El Palmeral.

Marie-Neige toréa deux fois au Plumaçon en 1981, en mai et en juillet. La Nîmoise, en juillet, reçut deux avis… ce matin-là à ses côtés, El Fundi, José Luis Bote et Olivier Mageste, les becerros étaient de Antonio Martín Tabernero.

Cette première novillada organisée dans le cadre des fêtes patronales fut sabordée par un gros orage et un vent violent. Seuls, Marie-Neige et Didier Godin tuèrent un novillo : fin des festivités, baptême bien arrosé !

 

On continue.

... et Enriqueto et Olivier Martin "El Sebeño"

     L’année suivante, on insiste et on monte d’un échelon avec une novillada piquée d’Andecy avec Joël Matray, Enriquito (?) et El Sebeño, nouvel apodo du Saint-Séverin Olivier Martin.

Henri d’Andecy perd son troupeau, abattu, touché par la fièvre aphteuse en 1963 ; il effectue un nouvel achat de vingt vaches de Sol et d’un toro d’origine Pérez Tabernero en 1964. Le fer sera un trèfle à quatre feuilles. Il faudra bien au moins cela pour conjurer le sort, favoriser la chance.

Aujourd’hui, cette ganaderia est la propriété de Bruno Blohorn, reprenant seul les rênes après le départ de son père en 1989, puis d’Henri d’Andecy en 1991. Il abattra les vaches de Sol pour en acquérir une trentaine chez Jandilla. Les étalons utilisés alors avant d’obtenir un pur produit maison, étaient d’origine Domecq.

Joël Matray a participé à la novillada du 8 mai 1982 à Mont-de-Marsan, novillos de Miura, compañeros, Vicente Yesteras et Rafael Perea "El Boni". Il débuta sa carrière aux côtés d’El Andaluz, Alain Bonijol, Lauri Monzon, Richard Milian.

 

Naissance.

     La Peña La Muleta voit le jour en décembre 2008 et prend le relais du Comité des Fêtes en prenant en charge l’organisation et les risques inhérents.

     … Puis c’est l’incendie des arènes qui devaient, c’était en pourparlers, être classées au Patrimoine européen…

 

 

 

 

 

 

     Ces arènes construites en 1953, de forme rectangulaire, en bois et aux gradins couverts pour 1 700 spectateurs, a donné sa dernière novillada le 31 août 2008. Les derniers novillos qui foulèrent le ruedo étaient de Bucaré pour Mario Aguilar, Javier Cortés et Santiago Naranjo. Ces arènes en bois comme celles de Roquefort, Bascons, Saint-Yaguen mais aussi Brocas ou Morcenx, sont une partie du patrimoine landais taurin tristement disparue.

La suite est connue, le Plumaçon héberge la novillada de La Muleta et les frais d’une plaza de 1ère catégorie ne sont plus ceux d’une modeste 3!

Vous en connaissez les prolongements : des cartels montés avec soin sans la garantie du résultat, bien sûr, avec de sérieuses novilladas-concours.

     Cette triste année 2020 empêcha l’organisation de la novillada et la venue du fer de Pincha (Lodosa, Navarre) qui gagna le concours en 2017 et 2019 avec – voir programme – "Rascatripas" (2017) et "Somnanbulo" (2019). D’autres succès retentissants, entre autres : "Ofuscado" honoré de la vuelta al ruedo aux Sanfermines 2019 !

 

   

      Donc, en toute logique, 6 novillos de Pincha évolueront sur le sable du Plumaçon avec pour novilleros, una terna puntera.

La présentation de l’Arlésien Adam Samira en piquée dans le Sud-Ouest qui n’a pu défiler à Tarascon le 7 août, la faute aux violentes averses.

Le n° 1 de la discipline, Manuel Perera au courage sans bornes, "apodéré" par J.J. Padilla et Christian Parejo, triomphateur des non piquées en 2019.

Cartel identique que celui d’Istres du 21 juin, les bichos étaient, par contre de Pagés-Mailhan. Adam Samira fut blessé par son second novillo. Christian Parejo, oreille et lui aussi blessé par son premier. Quant à Manuel Perera, il sortit triomphateur avec oreille sur chacun de ses adversaires et deux oreilles sur le 6e. Il avait été très grièvement blessé à Vista Alegre le 17 mai par un novillo d’El Freixo. Opéré, l’Extremeño « devait observer une longue période de repos avant de pouvoir prendre les trastos »… le 12 juin à Cazorla (Jaén), il coupait les deux oreilles de son second novillo. Triomphateur en juillet à Garlin, en août au Puerto de Santa María, 3 oreilles, « démonstratif et vaillant ». Une valeur sûre.

 

 

     Et si les Pincha sortent avec l’excellence et la saveur du piquillo de Lodosa !!

 

     Enhorabuena a todos, acteurs et organisateurs y suerte !

 

                                                        Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Week-end landais santacolomeño

Publié le par Cositas de toros

            Le week-end landais fut marqué par le sang Santa Coloma.

     La veille à Dax, les 6 adultes du fer de La Quinta, braves, donnèrent du jeu. Le 5e eut droit à une vuelta controversée sous la présidence « chaotique » d’une présidente.

     Le matin du 15 août, dans la "Monumental des Pins", sous une regrettable faible affluence, s’ébrouèrent 4 erales : 2 de Manu Turquay (1 et 2) et 2 de La Quinta (3 et 4), tous d’origine Santa Coloma, aux trastos, Victor Barroso et Marco Linares. Les Turquay déçurent receleurs de tant de faiblesse ; les La Quinta au rendez-vous de Roquefort, le 3e supérieur fut honoré de la vuelta al ruedo.

     L’après-midi, devant un nombreux public, et c’est heureux, défilèrent 6 novillos de La Quinta, le 3e, lui aussi eut droit à la vuelta.

     Résultat ganadero de La Quinta : une vuelta al ruedo à l’occasion de chaque course, 16 cornus "lidiés" lors de ce week-end landais du 15 août, 16 Santa Coloma : La Quinta, 2 Turquay.

     Pour ce jour de l’Assomption, les bichos n’ont pas été des "enfants de Marie" !

 

Photos Frédéric Martinez sauf mentions contraires (Laurent Bernède).

 

Roquefort 15 août. Novillada non piquée. 11h.

 

     Certains spectateurs furent surpris de voir Victor Barroso et non Tristan. Il faut bien lire les affiches ! Victor, lui, a été formé à l’école de tauromachie "La Gallosina" del Puerto de Santa María.

     Le premier Turquay sort en piste fin comme la pointe de ses cornes. Le tercio de banderilles est calamiteux. Le bicho montre quelques signes de faiblesse. Quelques séries de Victor Barroso données du centre, la dernière main basse et suivent les naturelles. Peu de transmission et de liaison, la faute au quadrupède. Entière, puntilla, le novillo se relève, descabello, palmas.

 

 

  Le second Turquay est plus enveloppé pour Marco Linares, mais plus faible que le précédent. Muleta à mi-hauteur, naturelles sans liaison, la charge se raccourcissant. Une demi-lame, descabello, applaudissements pour Victor.

 

     Le 3e, premier La Quinta est léger mais dans le type. De bonnes séries de la droite "templées". À gauche, plus heurté mais l’ensemble passe bien avec un novillo con casta, très noble.

     Barroso est relâché, confiant. Entière contraire, deux oreilles, vuelta avec le mayoral après celle méritée du bicho.

 

     Le dernier La Quinta n’a pas les qualités de son congénère mais il permet. Marco Linares très appliqué malgré tout dominé.

     Pinchazo, entière et une oreille. Ce jeune novillero a remporté le VIIe Alfarero de Plata de Villaseca de la Sagra en juillet dernier.

 

     Sortie a hombros de Victor Barroso.

 

 

Novillada piquée. 17h.

 

   

      Le lot brave, 15 piques, 2 batacazos contre les planches signés par le 5e, du bon jeu dans l’ensemble, vuelta al ruedo pour le 3e, "Revoltoso".

Mathieu Guillon "El Monteño". © Laurent Bernède

     Saluts des banderilleros Julien Merenciano et Mathieu Guillon "El Monteño", une habitude chez ce dernier.

     À l’issue du paseo, remise par l’ADAC de Céret, d’un azulejo, prix "Souvenir Jean-Louis Fourquet" à la meilleure novillada "lidiée" en France au cours de la temporada 2019… les La Quinta de Roquefort.

 

     Cristóbal Reyes avait déjà posé ses valises en terre andalouse en vue de son alternative du samedi 21 août à Sanlúcar de Barrameda. "Garabato" lui grignote déjà la percale avant d’être mal piqué à deux reprises. La faena démarre fort bien par des séries des deux mains puis le bicho raccourcit la charge et délivre quelques scuds. Gros échec à l’estoc, deux avis sonnent. Silence pour l’un, palmas pour l’autre.

     "Jinete", negro entrepelado, applaudi dès son entrée en piste, armé haut et fin va défier le Jerezano tout au cours de la lidia. "Brindis" à son mentor, le Roquefortois Christian Lamoulie. Le novillo prend deux rations sans pousser avant quelques passes de castigo. Rien n’y fera, "Jinete" gardera la tête haute et les séries des deux bords n’en viendront pas à bout. La conclusion sera une nouvelle fois un fiasco, l’épée caída au second essai. Silence.

 

     Avec Carlos Olsina, un large sourire est garanti tout au long de la tarde sans augmentation de tarif. "Buenvino", un peu léger est très mal piqué après un joli capote. La faena débuta au centre par des séries de derechazos, le tout bien conduit. Dès la prise de la main gauche, le tout ira a menos. Second coup d’épée caídita, la bête allant mourir à l’entrée du toril après un descabello. Un avis, silence et l’arrastre est applaudi.

Rompecapa

     Une belle ovation accueille "Rompecapa", negro, un magnifique prototype con hechuras y trapío. Il partira à quatre reprises sur le groupe équestre, auteur de deux chutes, le cheval poussé contre les planches. Plus spectaculaire que brave, il le soulèvera à la troisième rencontre en sortant seul et remis en suerte pour une ultime vara et non al regatón. Ce fut long et cette dernière affecta le bicho qui transmettait et après une belle et longue série de derechazos, la suite alla a menos avec des naturelles non liées, la muleta accrochée. Carlos porte une entière de côté, les pétitions s’élèvent pour l’oreille et la vuelta al ruedo. Bernard Sicet ne bronche pas, c’est mieux ainsi. Vuelta pour le piéton, le quadrupède ovationné et le président sifflé, ceci dans la tradition.

 

Revoltoso. © Laurent Bernède

     Yon Lamothe se révèle au cours d’une temporada famélique, vu à son avantage en tienta et le matin du 5 août au Plumaçon où lui avait été offert la lidia de deux des trois Bañuelos sobreros rescapés de la Madeleine en présence du ganadero. À Roquefort, le Landais a confirmé et le public a pu découvrir un garçon entreprenant, confiant, intelligent, poderoso.

     Le beau "Revoltoso", cárdeno et Alberto Sandoval nous ont conviés à un superbe tercio de varas. Le La Quinta partant par trois fois et de plus en plus loin, bien mis en suerte par Lamothe. Les piques administrées avec soin, en place et dosées, un pur bonheur. Belle ovation et le piquero salue. Les premières séries s’enchaînent patiemment en laissant la distance. Mais après quelques erreurs de placement, Yon est averti et dominé par la suite malgré de belles naturelles de face. Le novillo en avait encore sous les sabots. Entière caídita après un échec, l’oreille est coupée et novillero et piquero entame la vuelta après celle du bon "Revoltoso".

Jaquetón

     Le Landais aborde avec sérénité "Jaquetón" de noir vêtu et bien en "pointes". Après deux piques quelconques et un bon tercio de banderilles, il "brinde" à François Capdeville une faena bien construite, l’animal s’avérant noble, et réitère les bonnes actions de son premier combat.

     Séries templadas, respiration, terrain, le duo ne fait plus qu’un et le trasteo se termine sur une note plus encimista, le poignet sûr, l’ensemble maîtrisé.

© Laurent Bernède

     Un estoconazo en la cruz fait jaillir les deux mouchoirs, chavirer la « Monumental des Pins » et le vieux bois craque sous les vivas.

Yon et le mayoral sortent a hombros.

   

      Après 2019 et 2021, un autre succès à Roquefort pour La Quinta à l’occasion de la prochaine temporada et attester le « jamais deux sans trois » ?

 

                                                           Gilbert Lamarque

Voir les commentaires