Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT

Publié le par Cositas de toros

               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT

11H. NSP

   Belle assistance. Nuages.

4 erales du Lartet intéressants, supérieurs le 2 et le 3, plus compliqué et plus lourd le dernier, le 1 sans malice.

El RAFI était resté à Nîmes, il passa à côté de ses deux adversaires, pas de sitio, un copier-coller sur le suivant, le Lartet mettait la tête, une épée transperçante. 1 oreille!!!

Manuel MARTIN tire le bras, séries sur les deux bords, pèse sur la bête. Une épée foudroyante. 1 oreille (pourquoi pas deux?). Au dernier, bien reçu de cape, genou ployé, bien croisé sur des naturelles. Une lame au 3/4. Un descabello. Un avis. Vuelta pour le salmantin.

La présidence frileuse n'attribuant pas de second trophée à M.MARTIN. Les oreilles se suivent et n'ont pas le même poids. Dommage pour le jeune espagnol, lésé.

Gilbert LAMARQUE

               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT

18H. NOVILLADA

   6 Marquis d'Albaserreda (Gerena-Seville). Sang J.P. Domecq à dominante Veragua et Tulio Vazquez (sang Pedrajas). Ce mélange des deux sangs à part égale donnant les Albaserrada actuels. Bien faits, au port de tête superbe, bien armés, ils firent illusion à leur sortie. Hélas, ils se dégonflèrent tels des ballons de baudruche. Faibles, manquant de bravoure, ils se défendirent par derrotes et hachazos tout au long de la tarde, les yeux fixés sur les bas roses.

Cristobal REYES, jeune andalou né à Jerez de le Frontera, élève de E.T. La Gallosina du Puerto de Santa Maria, dirigée par José Luis GALLOSO et protégé par le roquefortois Christian LAMOULIE, débutait con caballos dans les arènes riscloises de forme elliptique, ovale donc. L'amour du rugby n'y est ici pour rien, la Jeunesse Sportive Riscloise non plus.

Vous imaginez bien que devant 3/4 d'arènes sous un ciel gris accompagné d'un léger vent, nos trois toreros en herbe ont souffert. Il manquait du métier devant les pupilles à la devise "vert, incarnat et blanc".

David GARZON sans confiance, fut en échec à la mort : 8 coups de fer, 1 avis et silence. Après des piques déplorables, le madrilène ne put que constater la difficulté de subir des hachazos d'un animal sans la moindre charge. Silence.

Juan Carlos BENITEZ (Malaga) écouta deux silences, lui aussi. Un novillo vidé de son peu de jus et le suivant ressortant invalide d'une visite cavalière; il faillit s'écrouler avant le coup de grâce.

Cristobal REYES se montra le plus motivé avec un bicho intéressant aux varas, à la corne droite rivalisant avec un balai de cantonnier. Bajonazo après pinchazo. Avec le colorado qui fermait le défilé quasiment pas piqué, Cristobal nous gratifia de quelques naturelles. 1 entière de côté, 1 descabello.

Nous aimerions le revoir dans un autre contexte plus favorable.

Cuadra de caballos : Alain BONIJOL.

Le ciel toujours gris comme nos âmes.

Et pendant tout ce temps, Fabrice TORRITO, le mayoral mangeait son grand chapeau!

Nous, par contre, sous les tilleuls, nous fîmes honneur au thon-pipérade à la cuisson parfaite. Nous avons réservé pour 2018.

                                                     Gilbert LAMARQUE

               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT
               RISCLE. DIMANCHE 6 AOÛT

Voir les commentaires

HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET

Publié le par Cositas de toros

HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLETHAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET

 

 

CEBADA GAGO?

Temps orageux, 1/2 arène.

L'ombre des Cebada a plané cette après-midi sur le ruedo de la Perle de la Chalosse. Feria du novillo! D'une part, plus qu'une novillada proposée et d'autre part, vu ce qui nous fut offert!!!

Un public peu aficionado au comportement curieux s'est fait leurrer tout au long de la tarde.

6 novillos légers (les 4, 5 et 6 plus "lourds"), aux têtes aimables. Le 2, le meilleur con casta et le 5, à un degré moindre, noble.

Jesus Enrique COLOMBO reçoit bien de cape son Cebada qui prend une petite ration carioquée. A l'aise aux banderilles. Brindée au public, cette faena ne s'envolera pas, le bicho faible, de peu de charge. Entière de côté au 2e essai. Silence.

Au 4e qui prend deux piques, plus une piquette de voyou, COLOMBO se montre performant aux palos et débute de muleta de rodillas. Le bicho balance des hachazos et réduit sa charge ; terminaison par manoletinas. Une demie foudroyante, une oreille se faisant désirer.

Leo VALADEZ réalise une bonne mise en suerte au cheval, deux piques bien portées, le novillo sort seul. Le Cebada con casta permet un bon début de faena mais le mexicain tarde à trouver le bon sitio. Dommage, d'une bonne noblesse, le novillo démarre sans toque, cité de loin. Celui-ci serre à droite et termine en derrotant. Une demi-lame pour conclure, un peu en avant. Faible pétition d'oreille de la part d'un public un brin, refroidi. Vuelta, arrastre applaudi.

Le quinto, burraco est fort bien cité et piqué lors de deux rencontres : palmas. Zapopinas fleurant les Amériques. Brindis aux tendidos. De belles séries sur la corne droite à un novillo noble mais à la charge courte. Jamais croisé, VALADEZ nous fait ingurgiter passe sur passe, des mexicaineries dignes d'un pueblo aztèque. Une entière légèrement contraire, concluante libère un trophée. Palmas à l'arrastre.

Andy YOUNES hérite d'un animal difficile à fixer. Une seule pique et une belle paire de palos de M. de los REYES . Quelques muletazos, quelques gestes, mais aucun poids sur le bicho. Il enfume le conclave qui demande la musique. Une entière en place, efficace, oreille.

Le dernier Cebada quasiment nullissime prend un petit coup de seringue et trois banderilles... Une faena ennuyeuse avec un opposant absent. Une nouvelle entière d'effet rapide. Andy est un tueur à la gueule d'ange.

Leo VALADEZ reçoit le prix de la meilleure faena et le ridicule ne tuant point, le mayoral est invité à saluer car (annoncé au micro) il avait amené  quatre bons novillos!

Cavalerie BONIJOL.

                                                 Gilbert LAMARQUE

HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET
HAGETMAU. DIMANCHE 30 JUILLET

Voir les commentaires

MADELEINE, cru 2017

Publié le par Cositas de toros

 

Le moment est venu, après quelques jours nécessaires à la réflexion, de faire une synthèse de cette Madeleine taurine cru 2017.

Mercredi 19 juillet 18h : Faut avouer qu’en sortant de la feria cérétane, pour ce qui nous a été proposé ce jour, la différence n’est pas un fossé  mais la faille de San Andréas !!! En effet ont défilé sur le sable du Plumaçon, six cabritas de JPD sans race, sans bravoure, sans moteur, en fait, sans rien…Enfin, je dis six, mais je ne parle pas des deux derniers que je n’ai pas vus, parti  au 4ème refusant de me mouiller pour une telle daube. A retenir la bonne faena de Thomas DUFAU sur un toro au statut collaborateur. Il tue bien, deux oreilles.

 Jeudi 20 juillet 11h : Novillada non piquée de Casanueva avec deux bons érales dont un très bon le troisième. Dorian CANTON, opposé au quatrième sera le "triomphateur" en coupant les deux oreilles, la prime au local ?

Jeudi 20 juillet 18h : Même topo que la veille (niveau toros) les hommes ont changés, le résultat, non. PONCE, le chouchou "plumaçonesque" a assuré le spectacle. TALAVANTE itou et Gines MARIN touchant le meilleur dernier a fait preuve de plus d’envie que ses ainés et coupe le seul trophée de la tarde.

Vendredi 21 juillet 18h : La corrida de la feria. Des toros de la Quinta qui ont fait preuve de plus de noblesse que de bravoure. Mis à part la grosse émotion ressentie au cours du vibrant hommage rendu à Ivan FANDIÑO, il faut retenir la grande faena de Juan BAUTISTA qui a été énorme ce jour à Mont de Marsan. Il a inventé un toro qui n’existait pas. C’est pourquoi si la queue est discutable, la vuelta n’est vraiment pas méritée, en d’autres mains ce toro se serait éteint après la deuxième série. Par contre le meilleur à été le cinquième (David MORA) qui lui, prend trois vraies piques et qui a eu une noblesse piquante à la muleta. Hélas MORA ne tue pas.

Samedi 22 juillet 18h et 22h  et Dimanche 23 juillet 2017: Si vous suivez le blog, vous avez les infos, je ne reviendrai donc pas dessus.

En conclusion sur cette féria, 5 corridas, 1 novillada piquée et 1 NSP, soit 40 animaux 16 cabritas, 8 toros, 6 tueurs, 6 novillos inintéressants et trois bons érales (sur quatre). Pour ce qui est des piétons, je soulignerai la bonne faena de Tomas DUFAU, la technicité, la variété et l’art de Juan BAUTISTA, le courage des trois guerriers dominicaux et l’envie des novilleros.

Vous me direz, c’est peu ! Effectivement, c’est peu, cette Madeleine a été grise, triste, froide et humide…Comme le temps.

El Orense

Voir les commentaires

MADELEINE. DERNIERE DE FERIA

Publié le par cositas de toros

   Lleno. Le soleil enfin revenu, léger vent.

 

        T’AS L’BONJOUR D’ADOLPHE

Corrida bien présentée, compliquée, entretenue, têtes armées « haut et fin ».

Nés entre avril 2012 et janvier 2013, les Adolfo Martin se nommaient Carpintero (sur la défensive), Madrileño (muy astifino), Baratero, Repollito (le moins difficile), Sombrerillo (amputé d’une oreille à l’issue de son combat) et Cobardonito (reçu sur « La jota a los toros », aux bois entre le « camargue » et le cerf !) . Tous imbuvables.

             TROIS HEROS – UN ZERO

A retenir :

La vuelta d’Alberto AGUILAR, très fêtée au 1er. Voltereta, une entière, un descabello.

La faena d’Alberto LAMELAS au 3e subissant une cogida.

La faena , volant des passes et l’estoconazo d’Emilio de JUSTO au 5e permettant l’attribution de l’unique oreille.

La vuelta chaleureuse d’Alberto LAMELAS au terme, après un long séjour à l’infirmerie. Ce garçon très aimé du Plumaçon (souvenir 2016).

Alberto I, Alberto II et Emilio, trois frères de sueur pouvant dramatiquement devenir frères de sang.

6 bouches de moins à nourrir pour le tonton flingueur. Son seul profit en ce dimanche, hormis la chère facture.

Les 6 mansos ne partant que de quelques mètres au canasson, ne mettant pas les reins, faisant simplement sonner les étriers à coups de tête. Nulissimes peleas, aucune bravoure.

 De l’émotion sur les gradins, certes, de l’agressivité, de la dureté posant problèmes aux gladiateurs souvent souhaités par les aficionados mais à ce point, aucun intérêt.

Deux oreilles et la queue à la banda Los Faïences de Samadet (le « cloup »du spectacle) qui mit le grappin sur les partitions, le chef de l’Orchestre Montois rongeant sa baguette dans l’ombre.

Nos valientes comptant à eux trois une trentaine d’années d’alternative et qu’une vingtaine de courses en cette temporada.

Bravo et respect pour votre pundonor le long de vos parcours difficiles et semés d’embûches.

  1. AGUILAR : vuelta et silence.

E. de JUSTO : silence et oreille après avis.

  1. LAMELAS : ovation après avis et vuelta.

Présidence de Philippe LALANNE qui sut attendre que la banda termine sa partition afin de lâcher chaque fauve. Le public adhérant à fond musicalement.

Pendant ce temps, DUFAU tuait un canard, indultait un renard à Château  « roux » comme un renard, tout ceci passant en boucles sur les tendidos.

A Orthez, les « Curé » de la tarde n’étaient pas les enfants de chœur de la matinale.

Notre calvaire montois (exceptés la NSP et La Quinta) se concluant par cette course de tueurs en série, plutôt une série de tueurs.

Ah, sacré Adolphe, c’est à vous décourager. Heureux les fans d’Enrique, Julian , Morante et consorts ces derniers dans leur flanelle douillette !

 

                                            Gilbert LAMARQUE 

 

 

Voir les commentaires

SAINTE MADELEINE priez pour nous….

Publié le par El Orense

En cette journée de Sainte Madeleine, c’est le cœur plein d’espoir que nous nous rendons au Plumaçon pour cette journée taurine complète.

18h, spectacle mixte avec trois novillos et trois toros de Torealta, tous frères c’est sûr, sorties tranquilles sans remater, fuyard pour la plupart, difficiles à fixer pour beaucoup. Seul le dernier est sorti du lot avec plus de force et de chispa.

Juan BAUTISTAvenu en remplacement de Roca Rey se retrouvait de fait chef de lidia et, comme la veille mais un ton en dessous, nous a par sa technique inventé un taureau qui n’existait pas. Nouveau recibir "intelligent"au centre et une oreille.

Sebastien CASTELLA a passé l’après-midi, tour de France oblige, avec les mains en haut du guidon. Minimum syndical et basta.

Jose GARRIDO, honnête sur son premier, a été bien sur son second (le meilleur du lot) lui laissant de l’espace et du temps. En fin de faena il raccourci les distances et garde la maitrise. Un très grand estoconazo efficace et engagé viendra conclure sa prestation. Une oreille demandée et obtenue, et moi, je reste presque déçu que le public n’ai pas insisté pour une seconde qui n’aurait pas été scandaleuse.

22h, 6 novillos de l’élevage français de « las dos hermanas », mieux présentés que le trois premiers toros de l’après-midi.

Quoi retenir ?

                -Que l’alguacila a attendu que la clé du toril tombe et telle sœur Anne ne voyant rien venir elle est repartie retrouver sa copine en faisant la pose syndicale devant le toril.

               -Qu’il est des toros de premier tiers, d’autres de troisième tiers et ce soir, nous avions des novillos d’avant premier tiers. Ils sortent tous avec alegria, avec du moteur ça remate, ça prend le capote des deux côtés, en fait beaucoup d’espoir et, après la pique tout s’arrête… 

             -L’accident spectaculaire et grave de Gabin Rehabi en piquant le quatrième novillo, le palo casse, Gabin tombe devant le toro et le cheval lui tombe dessus. Evacué inconscient vers l’infirmerie, il sera transporté à l’hôpital pour des examens complémentaires.

               -L’intervention surprenante mais néanmoins autoritaire du président de la commission taurine montoise auprès de la présidence de la course à la fin du deuxième, leur intiment l’ordre de mettre de l’alegria dans cette course morose en envoyant la musique !!! Peut être que la télé…. Quien sabe ? Dans tous les cas, les toros n’étaient pas mélomanes, dès que la musique commence le toro s’arrete !

Le reste de ce qui c’est passé dans cette course restera au stade de l’anecdote, même si on notera l’envie de bien faire de Tibo GARCIA, "l’art" d’Adrien SALENC qui se déboitera l’épaule droite et le manque de métier de Baptiste CISSE.

El Orense

 

Voir les commentaires