Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

billet d'humeur

LE CRÉTIN

Publié le par Cositas de toros

     Comme l’affirme Antoine de Baecque, « le crétin trouve son origine de manière pathologique. Il s’agit d’un dérèglement de la glande thyroïde lié à une carence en iode. »

Bien que son étymologie finale ne soit pas certaine, le terme de « crétin » renverrait, en premier lieu, à une personne victime d’une maladie qui se serait développée dans les régions montagneuses reculées, tout particulièrement dans les Alpes.

C’est véritablement au XIXe siècle que le crétin devient un phénomène si mystérieux qu’il exacerbera le monde de la recherche scientifique et l’imaginaire populaire. Au milieu du XIXe siècle, selon Antoine de Baecque, « il existe en France, environ 20.000 crétins et 100.000 goitreux dans l’ensemble des régions montagneuses », ce qui donne naissance au terme de « crétinisme alpin ».

 

  Céret.

    « On l’a dit, Céret fait honneur à l’aficion par son travail sur le choix des toros. Mais le côté rebelle, imaginatif et original des organisateurs de l’Adac devrait les inciter à présent à éduquer leur public, à lui apprendre qu’aimer les toros par-dessus tout ne signifie pas obligatoirement manquer de respect aux rares hommes qui acceptent de les affronter.

Accessoirement, on pourra aussi transmettre au président que lorsqu’un torero est blessé dans les arènes, la moindre des choses est de prendre de ses nouvelles dans la semaine qui suit. » "Le chauffeur de Juan", Jean-Michel Mariou. Verdier 2019. (Page 167).

Cela me conforte dans mes appréciations, mon jugement (voir les reseñas sur Céret 2019).

 

  Orthez.

    « … les Prieto déçurent, encore une fois sommes-nous contraints d’écrire, par l’état des cornes des six astados. Si le premier se brisa la corne (certes le règlement n’imposait pas le changement mais l’esprit aurait dû prévaloir car quel spectacle affligeant que cette corne pendouillante et saignante), les autres affichèrent des défenses escobillées et explosées dès les premiers coups de cornes donnés dans les tablas. Afeitado ? Votre serviteur a du mal à y croire venant d’un ganadero droit dans ses bottes dans son refus de poser des fundas sur ses toros. Problème de génétique ? La question reste entière mais la vision de ces cornes dégradées fit monter la moutarde au nez de quelques aficionados a los toros qui ne se privèrent pas de faire connaître à voix haute leur courroux et selon nous à fort juste titre. Pour toute réponse, l’un d’entre eux, qui avait payé sa place (ça ne justifie pas tout nous en convenons mais cela se respecte tout de même), eut droit à un vociférant "Ta gueule connard !" hurlé depuis le callejón par le représentant en chef de la commission taurine des lieux. Un grand moment de classe, de délicatesse, de sens de la retenue entendu par deux mille convives. Corrida décastée, con genio, corrida anachronique que le temps présent est incapable de saisir. Le passé a du souci à se faire. » Laurent Larrieu. 29 juillet. Campos y Ruedos.

Ce cochon de payant connu, assis devant nous, deux tendidos plus bas, est souvent un élément perturbateur mais sa colère était justifiée. La réponse est lamentable mais du niveau du lourd individu, genre « rubipède ». Honteux et pitoyable !

A Orthez qui se revendique placita torista où le tercio de piques est roi, le lourd « rubipède » aurait dû se préoccuper du bon déroulement du tercio de varas, au final médiocre. Aucune autorité, le message avait-il été passé au patio de caballos ? … et les piques (certaines) montées à l’envers !

Orthez, cité paisible où en ce dimanche de juillet, vous êtes apostrophés, invectivés par un amas d’anti, de végans au rond point stratégique et ensuite à hauteur des tendidos, injuriés par un hirsute patenté.

 

    Cher M. de Baecque, la preuve en est qu’il existe aussi le crétin des Pyrénées, crétin des Pyrénées Occidentales, crétin des Pyrénées Atlantiques ! Nous l’affirmons, aujourd’hui le crétin n’est plus du tout ni mystérieux ni anonyme, il n’exacerbe plus notre curiosité mais notre patience.

Cette découverte est un grand pas pour la science à défaut d’un pas plus modeste pour le petit monde taurin bien malade et affligé.

Cela reste malgré tout une dégénérescence de l’espèce humaine.

                                                             

 Gilbert LAMARQUE

Voir les commentaires

NOVILLADA NOCTURNE MONTOISE

Publié le par Cositas de toros

Le soufflet est retombé…

 

  Nous sommes habitués, en tauromachie, à des « montages » de carteles variés (parfois même a…variés), tels que, solo, duo, quatuor, parfois même octuor, mais cette fois-ci, l’organisation montoise a opté pour un sextuor !

Proposition "innovante" s’il en est.

Reprenons ce cartel dans son ensemble.

Présentation en France d’un élevage franco-andalou avec un lot de novillos de Ave Maria*. Bien… Pour les combattre, l’organisation décide  de confronter ces novillos à six novilleros du Sud-Ouest. Pas forcement très attractif pour l’aficionado, néanmoins, l’on peut saluer la démarche philanthropique qui veut donner une chance à ses novilleros locaux. Donc, même si, en chipotant un peu, on peut toujours trouver à redire, dans l’esprit, ce cartel à un sens.

Encore  que, pour que ce sextuor soit crédible, faut-il qu’il nous raconte une histoire, qu’il ait un fil conducteur. Or, suite à l’arrêt de la carrière du landais et à la démission « inexplicable » du béarnais, nos G.O. montois se tournent vers deux novilleros du Sud-Est El Rafi et Tibo Garcia, « patatras », fin de l’histoire, et, ce cartel perd tout son sens.

N’aurait- il pas été préférable de revoir entièrement la copie ? Autant la présence de quelques novilleros du bas de l’escalafón novilleril pouvait se justifier dans le cadre du montage initial, autant fallait-il les maintenir à l’affiche et les imposer à l’aficionado payeur dans cette histoire qui n’en n’est plus une ?

 

Après avoir relégué la novillada en nocturne, il ne faudrait pas qu’elle devienne taciturne.  Serait-ce une démonstration subliminale du moindre intérêt que porte la commission taurine montoise à ce spectacle ? Je n’ose l’espérer…

 

 

Patrick SOUX

 

*La ganaderia Ave Maria est située sur le village de Villanueva Del Rio y Minas, province de Séville, elle a été rachetée par Robert Margé et Philippe Pagés en 2015 à Javier Molina, elle est de provenance Jandilla via Fuente Ymbro.

 

 

 

 

Voir les commentaires

CAPTIEUX, suite…

Publié le par Cositas de toros

Egoïne ayant servi

Egoïne ayant servi

 

Quelques clichés de Laurent Bernède pour illustrer mes suspicions…

« … Un lot… pauvrement armé, (parfois équivoque)… »

Jugez vous même sur le second El Freixo de Dorian Canton !

                                                         GL

CAPTIEUX, suite…
CAPTIEUX, suite…
CAPTIEUX, suite…
CAPTIEUX, suite…

Voir les commentaires

CES FIGURAS Souvent décriées

Publié le par Cositas de toros

    L’actualité madrilène et le renouvellement du Bombo pour la San Isidro méritent bien ces quelques lignes.

 

    Le Bombo, comme chacun sait, est le fruit de la réflexion de l’empresa et producteur Simon Casas (cocorico) aux commandes de la plus grande arène du monde : La Monumental. Il s’agit en fait de mettre les noms de toreros dans un chapeau, mettre le nom de ganaderias dans un autre et « savamment » orchestrer le tirage au sort. La légitimité de ce tirage au sort est bien entendu conditionnée par les noms qui sont dans les chapeaux et notamment celui des ganaderias. Cette  façon originale de monter les cartels avait vu le jour pour la feria d’automne madrilène 2018, elle est donc reconduite pour la San Isidro 2019.

L’avantage de cette méthode est qu’elle apporte plus de diversité et d’originalité dans les carteles mais aussi beaucoup plus d’intérêt pour les aficionados, le risque étant bien sûr que les vedettes de l’escalafón ne le boudent.

 

    Or, par un communiqué du 11 février 2019, la gran figura del toreo qu’est Sébastien Castella (re-cocorico) a, par communiqué de presse, annoncé sa participation au Bombo Isidril Le défi est lancé et, comme l’on pouvait s’y attendre les choses n’ont pas trainé. Très vite, d’autres figuras ont suivi. A ce jour, le Bombo est complet et le tirage au sort effectué, le résultat est consultable sur tout site taurin. Certains sont donc prêts à faire LE GESTE et c’est tout à leur honneur, car Madrid est Madrid et la présentation des taureaux sera n’en doutons pas dans la lignée madrilène.

 

   

    Il est un fait que ces figuras n’ont plus rien à prouver (ils ne sont pas tous nés avec une cuillère d’argent dans la bouche, ne sont pas tous fils de… ou ne sont pas tous des Mozart de la tauromachie), et que dans ce cadre, ils ont plus de coups à prendre que de lauriers à récolter. Combien de personnes ayant commencé en bas de l’échelle et terminant leur carrière dans le fauteuil du PDG seraient prêtes à remettre leur bleu de chauffe et retourner, pour quelques jours, au rang de balayeur ?

Ces figuras sont souvent décriées (y compris par votre serviteur) dans des comptes rendus de prestations données il est vrai trop souvent avec des oppositions « choisies », par eux, leur permettant de maintenir leur train de sénateur, prenant en passant la monnaie adéquate. Faut-il leur en vouloir ? Tant qu’il y aura des organisateurs pour les inclure dans ces conditions et des aficionados prêts à payer pour aller les voir ils n’ont pas de raisons objectives pour cesser. Cependant, dans ce cas précis, ils ont accepté de remettre leur bleu de travail et pour le moins, cette décision mérite tout notre respect.

Ils ont bien entendu toute l’expérience, le professionnalisme, la connaissance du taureau et des terrains pour mener à bien ce défi qu’ils se sont lancé. Il n’empêche que le risque est toujours présent et que l’effort se doit d’être salué.

 

    Ces figuras souvent décriées, ont gardé au plus profond de leur être le gusanillo et le pundonor qui font d’eux… des figuras.

    Suerte à eux

 

Patrick SOUX

     

Voir les commentaires

LES PLEUTRES CHEVALIERS DU NET

Publié le par Cositas de toros

 

Il est incontestable qu’aujourd’hui nous sommes confrontés à la communication et à l’information grande vitesse, aidés en cela par la fabuleuse industrie du net et son réseau de messageries diverses très aisément accessible au plus grand nombre.

 

Accessibilité pour tous...

 

Un débat se déroulant sur un de ces réseaux digital nous en a amené une nouvelle preuve cette semaine, où, un organisateur de spectacles taurins a répondu vertement à l’éditorial paru dans une revue hebdomadaire taurine. S’est-il cru mis en cause ? Peu importe, il n’empêche que sa publication  a généré une suite de post, pas toujours de bons goûts, où bien sûr, chacun campant sur ses positions, le débat fut totalement stérile.

L’édito mis en cause m’a paru assez censé, n’impliquant personne en particulier même si on comprend où ce journaliste veut en venir, contrairement à la réaction épidermique qu’il a engendrée. Dans l’absolu, l’idéal est toujours au milieu. Le débat du taureau trop grand dans une petite arène face à des obscurs est réel, à la condition que l’on puisse également débattre sur le petit taureau dans les grandes arènes face aux vedettes de l’escalafón. Il est un fait que l’organisateur doit en conscience réfléchir aux risques qu’il fait prendre à un novillero "trop vert" face à de tels animaux au même titre qu’il doit réfléchir à ce que mettre des animaux "invalides" face à des vedettes dans des grandes arènes ne puisse pas être un facteur d’évolution de la fiesta brava.

Si les organisateurs prenaient de temps en temps la plume et que les journalistes s’impliquaient de temps en temps dans l’organisation des spectacles taurins, il serait sûrement possible d’arriver à une concorde.

En tout état de cause, il aurait été plus judicieux que les personnes se rencontrent pour en débattre et au lieu de poster une publication dématérialisée, que l’on prenne un papier et un crayon afin de s’adresser à la personne intéressée…

L’écrit amène le temps de la réflexion, une réponse personnalisée, mûrie et donc moins épidermique que la messagerie. Les effets secondaires de la digitalisation de l’information sont semblables à ceux de l’alcool (la gueule de bois du lendemain en moins, encore que…) : L’inhibition.

L’inhibition du respect, de la politesse, de la courtoisie, voire même de l’intelligence et de l’orthographe. Seul, coupé du monde extérieur, invulnérable derrière son clavier, l’internaute se permet tout. Pas d’engagement, aucune responsabilité, contrairement à l’écrit qui lui, étant signé, engage son auteur.

L’on dit que ce qui différencie l’homme de l’animal, est que l’homme est un héritier et non un simple descendant.

Prions Saint Isidore de Séville* afin qu’il nous reste quelque chose à léguer.

 

Saint Isidore de Séville

 

 

Patrick SOUX.

 

*Saint Isidore de Séville  a été choisi officiellement en 2002 saint patron d'internet par le Vatican (sources Chrétiens d'aujourd'hui.com)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>