Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

informations

¿Cuánto cobra un torero?

Publié le par Cositas de toros

                              COMBIEN COÛTE UN TORERO ?

 

            La question que chacun se pose sans en avoir véritablement la réponse car on entend tout et son contraire.

Le salaire d’un torero dépendra de son cachet, du pays dans lequel il exerce, du lieu, du bétail et du groupe auquel il appartient.

     Ce qui suit ne résulte ni de bruits saisis entre deux burladeros ni de conversations délirantes flairées au bar de l’Hôtel du Commerce et des Voyageurs. Non, la lecture suivante est pêchée dans les pages web du quotidien ABC, rubrique Toros accompagnée quelques considérations personnelles.

 

     Le monde de la culture a subi une grande attaque en raison de la situation épidémiologique et, bien sûr, la tauromachie en a pâti. Ainsi, l’année passée, les matadors et subalternes ont pris l’engagement de réduire leurs honoraires de 25 % dans les postes de troisième et quatrième catégories jusqu’à la fin de l’année 2020. Quid des arènes de première et deuxième catégories où toréent les figuras ? – bien que certains comme Ponce avant son arrêt inattendu, squattaient les ruedos de troisième !

 

     Le salaire des toreros a été mis sur la table par le communiqué de Toño Matilla. En effet, l’homme d’affaires, éleveur et avocat de Salamanque a déclaré qu’il avait décidé de « mettre fin à la relation professionnelle avec Alejandro Talavante – que je considère comme un grand torero – à Grenade le 1er juin (2018. ndlr) après avoir demandé une augmentation de 15 000 euros sur ses cachets pour chaque représentation comme cela a été publié et que ses émoluments soient augmentés jusqu’à ce qu’il facture "plus que plus", arguant qu’il était "le meilleur, le numéro un" »…*

 

     Mais tous les toreros facturent-ils la même chose ? De quoi dépend le salaire d’un torero ?

     La vérité est que le salaire reçu par un torero varie en fonction de différents facteurs. Il faut aussi noter qu’ils ne sont pas nombreux à empocher de grosses sommes d’argent, puisque la grande majorité des travailleurs du secteur ne peuvent pas vivre exclusivement de la tauromachie. Voyez par exemple, le chauffeur de taxi Alberto Lamelas.

 

Le cachet du torero

 

     L’un des facteurs les plus importants qui déterminent le salaire d’un torero est son cachet. Ainsi, selon la notoriété et la popularité du torero, il peut demander un salaire plus ou moins élevé.

Pour donner un exemple, selon l’accord de la mairie de Roquetas de Mar, à la feria 2018, les acteurs des deux affiches ont empoché plus de 320 000 euros : El Juli en a remporté 90 700 ; Manzanares un total de 60 000 euros ; Roca Rey, 50 000 ; Enrique Ponce, 45 000 euros ; El Fandi 40 000 et M. Á. Perera, 36 000.

 

Les groupes

 

     Dans le monde de la tauromachie, il existe des groupes dans lesquels les toreros sont classés en fonction des performances qu’ils ont eues la saison précédente. Le salaire d’un torero dépendra aussi de ceux-ci.

     - Groupe A : il comprend les matadors qui, au cours de la temporada précédente, ont réalisé au moins 37 représentations en corrida comprenant celles qui se sont déroulées en Espagne, en France et au Portugal. Font également partie de ce groupe, ceux qui, au cours de la saison, atteignent 37 représentations.

     - Groupe B : il comprend les toreros qui, la saison précédente, ont réalisé un minimum de 13 et un maximum de 36 performances dans des corridas de ces trois pays. Les matadors qui atteignent 13 contrats au cours de la saison, appartiennent également à ce groupe.

     - Groupe C : tous les autres toreros appartiennent à ce groupe.

 

Le salaire des toreros

 

     Cependant, il existe des salaires de base, qui sont inscrits dans la résolution du 10 janvier 2020 de la Direction générale du travail, par laquelle la révision des salaires et les tableaux des salaires pour l’année 2020 de l’Accord national taurin sont enregistrés et publiés. Ceux-ci dépendent du nombre de toros, de la catégorie de l’arène et du groupe auquel appartient le torero.

 

 

Les tableaux des honoraires à percevoir depuis le 1er janvier 2020

Plazas de toros d’Espagne, France et Portugal

 

Suivent les différents groupes pour un, pour deux, pour trois et pour six toros, groupes les plus usités.

Les tableaux pour quatre et pour cinq toros ne sont pas ici représentés.

Pour terminer, le tableau des sobresalientes, une et deux espadas.

 

* Le prochain article : Voici pourquoi Talavante a quitté l'arène.

                                                             

                                                              Gilbert Lamarque
 

 

 

 

Categoría de plaza

Cuadrilla

Gastos generales

Honorarios

Total mínimos

MATADORES DE TOROS EN CORRIDAS DE TOROS - 1 RES

GRUPO A

1.ª

5 990

4 830

4 268

15 088

2.ª

5 740

4 642

3 469

13 852

3.ª

5 539

4 642

2 501

12 682

4.ª

5 347

4 642

1 898

11 887

GRUPO B

1.ª

4 697

2 677

3 951

11 325

2.ª

4 254

2 677

3 212

10 143

3.ª

3 684

2 602

2 315

8 601

4.ª

3 306

2 602

1 758

7 666

GRUPO C

1.ª

4 698

2 628

2 810

10 136

2.ª

4 256

2 616

2 282

9 154

3.ª

3 683

2 570

1 464

7 717

4.ª

3 307

2 570

1 162

7 040
 

 

 

 

 

Categoría de plaza

Cuadrilla

Gastos generales

Honorarios

Total mínimos

MATADORES DE TOROS EN CORRIDAS DE TOROS - 2 RESES

GRUPO A

1.ª

8 978

6 440

5 690

21 107

2.ª

8 580

6 190

4 625

19 395

3.ª

8 265

6 190

3 335

17 790

4.ª

7 954

6 190

2 529

16 673

GRUPO B

1.ª

7 037

3 570

5 267

15 873

2.ª

6 404

3 570

4 284

14 258

3.ª

5 457

3 468

3 087

12 012

4.ª

4 892

3 468

2 345

10 705

GRUPO C

1.ª

7 037

3 503

3 746

14 286

2.ª

6 404

3 488

3 042

12 934

3.ª

5 457

3 427

1 951

10 834

4.ª

4 892

3 427

1 550

 986

 

 

 

 

Categoría de plaza

Cuadrilla

Gastos generales

Honorarios

Total mínimos

MATADORES DE TOROS EN CORRIDAS DE TOROS - 3 RESES

GRUPO A

1.ª

12 303

8 051

8 533

2 887

2.ª

11 736

7 738

6 939

26 412

3.ª

11 283

7 738

5 001

24 022

4.ª

10 845

7 738

3 796

22 379

GRUPO B

1.ª

9 578

4 462

7 901

21 940

2.ª

8 691

4 462

6 426

19 578

3.ª

7 406

4 336

4 630

16 372

4.ª

6 559

4 336

3 515

14 411

GRUPO C

1.ª

9 578

4 378

5 620

19 576

2.ª

8 691

4 360

4 565

17 616

3.ª

7 372

4 284

2 927

14 583

4.ª

6 559

4 284

2 324

13 167

 

 

 

 

 

 

 

Categoría de plaza

Cuadrilla

Gastos generales

Honorarios

Total mínimos

MATADORES DE TOROS EN CORRIDAS DE TOROS - 6 RESES

GRUPO A

1.ª

26 223

16 101

17 068

59,392

2.ª

25 026

15 473

13 877

54 377

3.ª

24 068

15 473

10 004

49 545

4.ª

23 140

15 473

7 590

46 204

GRUPO B

1.ª

20 489

8 923

15 799

45 211

2.ª

18 627

8 923

12 851

40 401

3.ª

15 803

8 671

9 261

33 736

4.ª

14 109

8 671

7 033

29 813

GRUPO C

1.ª

20 489

8 756

11 239

40 484

2.ª

18 627

8 721

9 127

36 475

3.ª

15 803

8 569

5 855

30 227

4.ª

14 109

8 569

4 650

27 328

 

SOBRESALIENTES EN CORRIDAS DE TOROS

2 ESPADAS

1.ª

320

290

1 851

2 461

2.ª

320

290

1 361

1 971

3.ª

291

265

1 021

1 578

4.ª

291

265

822

1 378

1 ESPADA

1.ª

320

290

3 333

3 943

2.ª

320

290

2 838

3 448

3.ª

291

266

1 904

2 461

4.ª

291

266

1 412

1 969

 

 

 

Voir les commentaires

Roquefort, suite (1) - Bilbao, suite et fin (2)

Publié le par Cositas de toros

                ROQUEFORT, SUITE

           

            C’est officiel, l’alternative de Cristóbal Reyes à Sanlúcar de Barrameda avec des toros de Miura… ceux qui avaient été choisis pour Pampelune !

Le samedi 21 août dans le coso del Pino, Cristóbal sera adoubé par Rafaelillo avec Octavio Chacón comme témoin.

Le Gaditano ne sera qu’à 30 minutes de sa ville natale de Jerez par l’autoroute 480 ; nombreux seront ses supporters.

Dernière novillada de C. Reyes à Roquefort, le 15 août. Une raison supplémentaire pour prendre d’assaut les tendidos de la "Monumental des Pins".

 

           

   

 

 

 

 

 

 

 

Photos Roquefort 2019 : Frédéric Martinez

 

 

 BILBAO, SUITE ET FIN

© G. Lamarque

 

             Bilbao renonce à ses festivités de l’Aste Nagusia qui se seraient déroulées du 21 au 29 août.

La décision a été prise entre la société BMF-Baillerès-Martínez Flamarique (Chopera) et l’administration des arènes de Vista Alegre. La décision "encouragée" par le décret du gouvernement basque de Biscaye du 7 juillet dernier. La pandémie ne tolère que 20 % de la jauge maximale, les arènes comptent près de 15 000 places, donc moins de 3 000 billets auraient pu être vendus par corrida !

Après Pampelune, Saint-Sébastien et Huesca, aucune feria ne se déroulera dans le Nord de la Péninsule. Dernier espoir, Saragosse en octobre…

 

                                                                Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Retour sur la Madeleine

Publié le par Cositas de toros

 

               Trophées de la Peña A Los Toros de la Feria de la Madeleine 2021

 

            Le Prix Paul Dorian, le XVe, récompensant le meilleur toro de la Madeleine selon les critères précis de bravoure a été attribué à "Sombrilla", n° 19, colorado, né en septembre 2015, de la ganaderia de Pedraza de Yeltes (Salamanca).

© Fred Martinez

Il a été "lidié" en 5e position par Alberto Lamelas, le dimanche 25 juillet. De présentation irréprochable, il reçut 3 piques, magnifique la dernière.

 

     Le Prix Avenirs Taurins (200 €) au meilleur becerrista de la Madeleine, créé par la Peña A Los Toros en 2005, a lui, été attribué au Montois Tristan Barroso. Élève de l’E. T. de Badajoz (Extremadura), il marqua la matinée du dimanche 25 juillet de sa torería (eral de Camino de Santiago).

© Fred Martinez
© Fred Martinez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour mémoire :

 

     Quelques Prix Avenirs Taurins : le premier en 2005, Julien Dusseing "El Santo" ; 2013, Joaquin Galdos ; 2014, Daniel García Navarrete ; 2015, Adrien Salenc ; 2018, Solal Calmet "Solalito".

 

     Concernant le Prix Paul Dorian, le premier en 1981 a été attribué à "Engañoso" n° 72, de Joaquin Murteira Grave, "lidié" par Dámaso Gonzlez, le lundi 20 juillet.

En 2012 , bien sûr, "Jazmin" n° 193 de Fuente Ymbro, "lidié" et "indulté" par Matias Tejela, le vendredi 20 juillet.

En 2015, "Dormillon" n° 47, des Hros de José Cebada Gago, "lidié" par Javier Castaño, le samedi 25 juillet… C’était le dernier.

 

     Le Prix Paul Dorian a été créé en 1981. Il rend hommage à Paul Dorian, industriel et maire de Mont-de-Marsan jusqu’en juillet 1895.

     La veille du 14 juillet 1895, Guerrita est bloqué à la frontière par un refus de visa. Au pied levé, il est remplacé pour les deux courses par le Sévillan Antonio Jimenez "Reverte". Le 14 juillet, ce dernier fait l’objet d’une mesure d’expulsion après avoir tué trois toros. Paul Dorian joua son mandat et donna le premier signal de la fronde. Il s’empresse de cacher Reverte à son domicile. Le préfet le fera arrêter et l’expulsera dès le lendemain.

Le mardi 16, Fabrilo combat et tue six toros… Il sera expulsé à son tour. Les deux toreros seront aussi condamnés à 5 francs d’amende pour chaque toro mis à mort.

Ce dernier rebondissement provoquera la démission de l’élu.

En effet, au soir de la clôture des fêtes de 1895, le maire Paul Dorian et ses adjoints signent cette lettre ouverte :

            « Puisque sous la Troisième République soi-disant régime de liberté mais à coup sûr régime point libéral que l’Empire, nous sommes privés de nos libertés communales, puisque la force publique semble n’avoir d’autre mission que de traquer de malheureux étrangers qui ont commis le délit d’infraction à la loi Grammont alors que de gros voleurs peuvent impunément circuler sous notre beau ciel de France, il ne nous est pas permis de rester plus longtemps à la tête de la municipalité. »

Quatre conseillers imitent la démission du maire et de ses adjoints, suivis par les onze autres, le 14 août.

Paul Dorian devient le défenseur héroïque des libertés locales dont la presse nationale ainsi que les journaux espagnols comme La Lidia, se feront largement l’écho.

Paul Dorian était devenu le 22e maire de la cité montoise élu le 30 avril 1893… jusqu’en juillet 1895 !

 

                                                                        Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Pourquoi faut-il aller à Roquefort ?

Publié le par 7

            La cité roquefortoise en pays de Marsan est l’héritière d’une longue tradition taurine et la programmation de novilladas aux confins de l’Albret et de l’Armagnac y a laissé, pour certaines d’entre elles, des parfums et des souvenirs impérissables aux fidèles aficionados. Car nous sommes de fidèles partisans et nous nous y croisons à chaque temporada sachant ce que nous sommes venus y goûter.

 

 

      "La Monumental des Pins" fut inaugurée le 12 août 1951, le Cercle Taurin Roquefortois en août 1963 où se succédèrent dès 1980, Jean-Louis Gayan relayé en 1982 par Pierre Nogues, toujours actif et également président de la Commission taurine.

     Le 15 août est une date que l’on retient aisément mais la feria de Dax fait manifestement de l’ombre… même si les publics peuvent présenter quelques discordances tauromachiques ! Au fil des temporadas, ont défilé dans le village baignée par la Douze, bon nombre d’aficionados "branchés" toristas. En fait, on ne fait pas dans le sensationnel, on y fait dans le novillo "encasté", dans les fers historiques : Isaias y Tulio Vázquez, Salvador Guardiola Fantoni, Saltillo, les Coquillas de Sánchez Arjona en 2010 avec au cartel, Gómez del Pilar, Esaù Fernandez et A. López Simon ainsi que les fers français d’Hubert Yonnet et celui des frères Gallon… et La Quinta.

   

      Paco Camino y fit le paseo en 1959, coupant deux oreilles, son fils, Rafael, suivant les zapatillas paternelles en 1985. Antonio José Galán, lui, coupa la seule queue dans l’histoire des arènes. Le 15 août 1969 défilait Curro Vázquez avec des novillos de Don Juan Guardiola Soto, … le lendemain Sacha Distel faisait son show.

     Ce 15 août 2021, la ganaderia de La Quinta foulera le ruedo roquefortois pour la 8e fois. Ceci n’est pas un hasard tant la ganaderia s’est illustrée par le passé et cette magnifique novillada 2019 où le lot frôla le prix attribué par l’UCTF, section Sud-Ouest, battu sur le fil par la prestation de Blohorn à Soustons.

     Les jeunes toreros seront :

   

      Cristóbal Reyes, el chaval de Jerez de la Frontera, chef de lidia, à son avantage en 2019, mal payé de ses efforts, le protégé du bienveillant Roquefortois Christian Lamoulie et de Lolo de Camas. Il s’est bien entraîné cet hiver chez Saltillo, Raso de Portillo, Santiago Domecq avant de continuer sa préparation durant deux mois au Mexique.

     Le jeune Biterrois Charles Pasquier, Carlos Olsina, 25 ans, l’un des espoirs de la tauromachie française qui eut les honneurs du magazine Causeur sous la plume de Yannis Ezziadi, le 8 juin dernier. Deux vueltas à Las Ventas, le 11 août 2019, novillos de La Guadamilla, avant d’être gravement blessé à la fémorale, le 31 août en terres espagnoles. Son objectif 2021 : entrer dans le circuit des grandes arènes et Roquefort en est un tremplin. Il sera la veille à Béziers devant des novillos de Cuillé.

     Complétant l’affiche, le Landais de Tartas Yon Lamothe qui fit sa présentation en piquée pour les Pâques taurines de Mugron 2019, récolta une oreille de chacun de ses Baltasar Iban. Le torerito continue son apprentissage ayant peu d’opportunités dans un contexte difficile (pour tous).

 

     En matinée, la non piquée mettra aux prises pour un duel santacolomeño, deux erales de La Quinta et deux erales de Manu Turquay, ganaderia située à Eyguières en plein cœur de la Crau, les deux élevages restant sur de bonnes tardes dans la placita. Ils seront combattus par Victor Barroso, natif du Puerto de Santa María, élève de E. T. La Gallosina dirigée par José Luis Galloso et José Manuel Bercial, et Marcos Linares né à Linares (Jaen), vainqueur en 2020 du XXVIe Cycle des Novilladas des Écoles Taurines d’Andalousie.

   

      Aujourd’hui, la bastide ne se protège plus derrière ses murailles et vous convie à venir égayer les charmantes arènes inscrites aux Monuments Historiques. Venez vibrer pour le 70e anniversaire de la "Monumental" sous le fer Santa Coloma et encourager ces cinq jeunes en devenir.

 

     PS. Je vous recommande la lecture dans la revue Toros n° 2149 du 30 juillet 2021, des trois pages consacrées à "La Monumental des Pins" par l’ami Miguel Darrieumerlou.

 

---------

     Pour compléter cette page roquefortoise, je me permets d’attirer votre attention sur le dernier ouvrage de Bernard Carrère, enfant de Roquefort, Les Élevages de taureaux braves, genèse et évolution aux Éditions Passiflore où l’auteur actualise ses anciennes publications de 2001 et 2007. Il est aussi l’auteur de Histoire et évolution de la tauromachie à Roquefort-des-Landes publiée en 1980 par l’UBTF.

     Un point commun réunit M. Darrieumerlou, B. Carrère et le signataire de cet article : nous sommes tous les trois collègues à la revue Toros.

     Vive Roquefort et vive Toros !

 

                                                                        Gilbert Lamarque

 

 

Voir les commentaires

Pas de toros à Illumbe

Publié le par Cositas de toros

 

 

           Toreo Arte y Cultura, la société qui gère les festivités taurines à Illumbe (Saint Sébastien) a annoncé hier mercredi, l’annulation de la Semana Grande. Le gestionnaire argumente sa décision sur la situation sanitaire que traverse le Pays Basque et les mesures prises par le gouvernement basque dans le nouveau plan Bizi Berri* qui restreint la capacité des lieux dans plus de 5 000 villes en fonction du taux d’incidence. La capacité maximale est de 20 %, ce qui rend l’organisation de la feria d’août irréalisable.

Bâtiment polyvalent depuis son inauguration en 1998, Illumbe est le principal centre de vaccination de Gipuzkoa (voir Cositas du 27/02/21). L’urgence de la vaccination est prioritaire. Le gestionnaire assure aux aficionados qu’il y aura à nouveau une feria en 2022.

Le coronavirus, lui seul en décidera.

Après Pampelune hier, Saint Sébastien aujourd’hui, qu’en sera-t’il à Bilbao ?

Après la Navarre et le Gipuzkoa, qu’en sera-t’il en Biscaye ?

 

* Bizi Berri : cadre d’action déclenché par le gouvernement de Gipuzkoa afin de faire face à la pandémie. Nouveau plan Bezi Berri IV mis en place de juillet à octobre.

 

                                                           Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>