Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

informations

Contre-attaque

Publié le par Cositas de toros

 

                      Il y a une suite à Parentis (voir Cositas des 04 et 19/02).

 

     L’ADA de Parentis-en-Born a publié sur son compte Facebook :

 

     « L’ADA Feria a décidé de saisir le Tribunal Administratif de Pau. Compte tenu des circonstances et de la manière dont s’est comportée la Municipalité de Parentis en Born à l’égard de l’ensemble des membres de l’ADA Feria et de tous les bénévoles qui ont œuvré durant plus de 15 ans à l’organisation des novilladas, notre Association a décidé de saisir le Tribunal Administratif de Pau pour trancher le litige qui l’oppose à la ville de Parentis en Born suite à la décision de la commune de rompre la convention de mise à disposition des Arènes pour l’organisation des bolsins, novilladas et corridas.

Bien entendu, nous ne manquerons pas d’informer nos amis aficionados des suites données à ce dossier. » 

 

   

      Suit une autre publication, une plaisante diatribe qui établit « que notre éviction était soigneusement préparée depuis déjà pas mal de temps. » Où il est question de la « versatilité politique des élus » et de « la soi-disant "démocratie participative" » et autres manœuvres.

La convention liant l’ADA à la municipalité courait jusqu’en 2025.

Le feuilleton n’est donc pas terminé, l’ADA est passée à l’offensive.

 

 

Betizu, encore.

 

Eltzaurdia Auzoa (Ibardin). 19/02/2021. Photo G. Lamarque

 

     Les incendies du samedi 20 février sur le massif de la Rhune attisés par de fortes rafales de vent de sud ont eu pour conséquence de ravager 2 000 hectares en Labourd et Navarre. Les rafales ont été tellement fortes – 100 km/h à Socoa – que certains animaux n’ont pas eu le temps de trouver refuge ailleurs. De nombreux pottock et betizu ont été brûlés vifs.

Les betizu encore frappés par la main de l’homme. Après la découverte des cadavres dépecés en janvier sur le massif du Mondarrain, les derniers brûlés sont les victimes de feux volontaires. « On ne peut pas parler d’écobuage non maîtrisé, c’est un acte criminel. »

 

                                                                   Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Crac Boum !

Publié le par Cositas de toros

 

          LES ÉTRENNES DE SIMON, suite du feuilleton du 6 et du 11/01.

 

 

     Ça y est ! Le Crac Europe a déposé un recours contre la délibération du Conseil municipal de Nîmes qui attribue une subvention de 201 587 € à la société de Simon Casas, S.C. Production. Cette aide est attaquée ainsi que l’exonération de 66 % des redevances pour l’année 2020 (41 820 € au lieu de 123 000 €).

     Pour les radicaux anti corrida « ces aides ne respectent pas les règles en matière de contrat public », et par la même occasion, le Crac Europe ambitionne de faire le procès de la tauromachie et demande au tribunal « de se prononcer sur le lien anachronique entre service et tauromachie. »

    Ils argumentent : « Les délégations de service public ont une spécificité : le risque doit reposer exclusivement sur l’exploitant et non sur la ville. L’exploitant doit vivre des recettes de son activité et s’acquitter de redevances à la ville. (…) Il n’est par principe pas possible de revenir sur ce contrat. Il existe toutefois une exception légale en cas de circonstances imprévisibles. Des aides peuvent être accordées mais elles doivent être précisément limitées au déficit engendré par ces circonstances (…). Or la délibération attaquée (…) ne justifie pas, par un déficit qui serait précisément lié à la fermeture des arènes, la base de calcul des 201 587 € donnés à la S.C.P. ni le choix du taux de 66 % de l’exonération des redevances (alors que la loi permettait déjà de les suspendre de droit le temps de la fermeture). Le Crac Europe soupçonne que l’aide vise en réalité à compenser le déficit structurel de la société de Simon Casas.

 

     En 2020 ; la Feria de Pentecôte n’avait pas eu lieu et celle des Vendanges, réduite, s’était déroulée devant 5 000 spectateurs pour chaque spectacle.

 

     … Et voila que certains anonymes pour la plupart, glissent la corrida dans le rayon où l’on trouve l’excision, le mariage forcé, … – mais dans quel continent vivent-ils ? –, et que le pro corrida est une personne dangereuse car dénuée d’empathie ! Prions pour nos âmes. L’éternelle noria qui verse son venin et ses boniments d’une crasse inouïe.

 

     Entre la Flac à Lyon, le Crac à Nimes, souhaitons que tout ces pétards mouillés fassent Flop !

 

                                                                  Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Double baptême au Cap de Gascogne

Publié le par Cositas de toros

     

          La 36e semaine taurine et culturelle de la Peña Jeune Aficion prendra fin le dimanche 10 octobre par une novillada piquée, véritable évènement dans les arènes Henri-Capdeville de Saint-Sever.

Les organisateurs persistent et signent. Ils reconduiront les deux ganaderias landaises annoncées précédemment en non piquée pour octobre 2020 puis pour le dimanche 9 mars de cette année.

C’est à souligner. Dans ce petit monde taurin où souvent les paroles, les promesses s’envolent, où les accords se rompent, la Peña Jeune Aficion renouvelle sa confiance aux fers de Casanueva à Montsoué et d’Alma Serena à Cauna. José et Guillaume Bats d’une part et Philippe Bats d’autre part vont faire leur premiers pas en novillada piquée. Les becerros prévus en 2020 seront novillos et profitent de leur sursis. En ces temps incertains et difficiles, voilà une belle opportunité et une preuve de respect aux ganaderos du cru. L’ancien canton de Saint-Sever – qui n’est plus d’actualité depuis la réforme territoriale de 2014* – comprenait 14 communes dont Montsoué et Cauna d’où sont issus les 4 (2+2) novillos. C’est donc – prenant un ton badin – un inter-villages au sein du canton !

Pour être allé, le 5 février, m’aérer chez Casanueva, j’ai pu juger de l’évolution, du développement des novillos : trapío, cornes, robe. Je ne doute pas de la qualité des produits de Philippe Bats, sûrement impeccables en présentation.

Un Bats en sortira vainqueur. Pourquoi pas les deux ? Là, n’est pas le plus important. Le plus attractif sera de mesurer l’évolution de ces deux ganaderias qui se respectent.

Les noms des heureux novilleros élus seront connus plus tard.

 

     Bravo donc à la Peña Jeune Aficion unissant deux fers landais que, sur le site de Morlanne, les aficionados dégusteront sans modération pour cette première face aux hommes au castoreño.

Mais en attendant, allez taper dans vos piles de Bonne Soirée ou de La Veillée des Chaumières – certains ont encore le catalogue de Manufrance –, le temps sera long, très long.

 

*Depuis 2015, le nouveau canton Chalosse Tursan a eu la peau du "vieux"canton de Saint-Sever. Ce nouveau canton regroupe 50 communes dont Hagetmau est le bureau centralisateur.

 

                                                                      Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Et vive la liberté ! (suite)

Publié le par Cositas de toros

                    À Lugdunum, on se divise sur la moralité, la légitimité des jeux du cirque.

 

Sandrine Runel et Grégory Doucet. Photo Le Progrès

 

      La mise à mort d’un taureau par un énergumène en habit à paillettes et verroterie, n’est certainement pas la tasse de thé du maire écologiste de Lyon. Grégory Doucet a même signé, vendredi (19/02), le manifeste de la Fédération des luttes pour l’abolition des corridas, la sinistre Flac, demandant l’interdiction de l’accès aux arènes pour les moins de 16 ans. « Comment tolérer la présence d’enfants assistant aux massacres d’animaux à l’arme blanche pour le plaisir ? » interroge le « manifeste contre la cruauté des corridas ». « Des psychiatres de renom et des psychologues de plus en plus nombreux attestent des effets traumatiques sur leur psychisme », est-il également inscrit.

La triste Flac demande également l’abolition de cette pratique, pointant que « pour tous les autres animaux, une mise à mort pour le plaisir constitue une infraction pénale ».

Mais qui sont ces « psychiatres de renom » et ces « psychologues de plus en plus nombreux » et où trouver les écrits, les études attestant de ces « effets traumatiques » ?

Toujours le même air lancinant de crécelle insupportable.

Mr. le maire, laissez donc les parents seuls juges, laissez les éduquer leur progéniture. Chacun en su sitio.

Sandrine Runel (42 ans), l’adjointe socialiste aux solidarités et à l’inclusion sociale, aux origines nîmoises, ne semble guère traumatisée. Elle précisait dernièrement que la corrida était « une passion familiale ».

La majorité municipale EELV et socialiste se fissure dans l’arène sur ce sujet si controversé. L’adjointe confiait avoir « eu l’occasion d’échanges avec certains camarades animalistes et il n’y a pas de tabou la-dessus. »

Mais voilà que le maire de Lyon prend désormais officiellement ses distances … des élections n’approcheraient-elles pas ? Nous sommes pourtant loin des lieux immondes des ces massacres.

Ah ! cette politique se nourrissant d’hypocrisie et de fourberie.

La discrimination par l'assiette.

     Il n'y aura pas de gardiane dans les cantines lyonnaises... seul restera le riz.

C'est nouveau depuis ce matin. L'instauration d'un menu unique sans viande dans les cantines décrétée par cette municipalité écologiste n'est pas au goût de tout le monde et notamment des éleveurs du Rhône qui manifestent ce lundi devant l'Hôtel de ville. Instauration d'un menu unique dans le cadre du nouveau protocole sanitaire (!!) et pour quelle durée ?

L'école laïque discriminatoire par le bon vouloir d'un édile souhaitant affirmer ses positions idéologiques, accélérant son agenda végétarien, prenant en otage les écoliers lyonnais et leurs parents, ... certes,  un bon nombre avait voté pour Grégory Doucet. Alors, c'était donner le bâton pour se faire battre, ni plus ni moins.

Avoir de si longues dents pour ne croquer que des légumes ! ¡Que lástima!

Viande au barbecue

     Sous l'empereur Marc Aurèle, en juillet 177, Sainte Blandine, la jeune esclave chrétienne fut martyrisée, passée sur le gril et livrée à un taureau puis  aux lions avec une quarantaine de compagnons d'infortune, le premier groupe de chrétiens connu en Gaule. Blandine, aujourd'hui patronne de l'ancienne Lugdunum, est souvent accompagnée dans son iconographie d'un filet, un taureau (tiens !), un gril, un lion et un ours. On la représente souvent attachée à un pilier avec un lion et un ours à ses pieds.

... Que le nouvel empereur lyonnais ne supplicie pas sa 9e adjointe !

 

                                                                      Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

Communiqué Parentis

Publié le par Cositas de toros

  PARENTIS : (suite)

 

        LA MUNICIPALITÉ REPREND L’ORGANISATION DES NOVILLADAS


         «  La municipalité de Parentis-en-Born souhaite désormais procéder à l'organisation des manifestations taurines en régie directe, et ne plus recourir à un tiers. En effet, la municipalité poursuit un double objectif :
 - Élargir le public d’aficionados sans exclure les non avertis.
 - Garantir la tradition taurine de la ville : ne pas oublier ni renier les caractéristiques de notre place taurine ni ses traditions.
Le conseil municipal du 28 janvier 2021 a acté à l’unanimité cette nouvelle organisation et l’annulation de la convention avec l’ADA Feria et salue l'association pour avoir organisé pendant une quinzaine d'années les novilladas de Parentis. Selon le règlement de l'UVTF dont la ville de Parentis est adhérente, un comité consultatif taurin a également été créé. Ce Comité́ Consultatif Taurin est composé d'élus et de membres désignés par le Conseil Municipal pour leur compétence ou leur appartenance à des associations taurines de la ville. Il est représenté par :
• Madame Marie-Françoise NADAU, Maire et Présidente,
• Madame Véronique GAZEILLES,
• Monsieur Hervé BRUNE,
• Monsieur Jean Luc BUREAU DU COLOMBIER,
• Monsieur Adrien FERE,
• Madame Marine BARRAGUE,
• Monsieur Titouan DAUDIGNON, Vice-Président,
• 1 représentant de l’Association ADA,
• 1 représentant du Comité des Fêtes
Et de 5 personnalités qualifiées :
• Monsieur Christian ERNANDORENA,
• Monsieur Denis PAUILLAC,
• Monsieur Alain CRABOS,
• Monsieur Pierre GORRY,
• Monsieur Laurent DAUDIGNON.
Ce comité est accompagné par un mandataire taurin professionnel pour toutes les questions administratives avec l'Espagne et la France. Suite à une consultation, un marché de gré à gré a été conclu avec M. Alain LARTIGUES (sic) de la société TOMEFRA. Alain LARTIGUES (sic) assurera un travail de prestataire dans la continuité de son expérience et de sa connaissance de la place de Parentis depuis plus de 30 ans. Il travaille également pour les arènes de Bayonne, Mont-de-Marsan, Vic-Fezensac et Arles.
Ce comité consultatif taurin a acté l’organisation de 2 novilladas, les 7 et 8 août 2021, durant la Sen Bertomiu 2021 (du 6 au 10 Août). En cas d’impossibilité sanitaire en Août, les novilladas seraient reportées les 2 et 3 octobre 2021 (la couverture des arènes sécurisera leur tenue quelle que soit la météo).
“Nous respecterons l’identité taurine de Parentis, vieille de 40 ans, tout en ne s’interdisant aucune option afin de combler un maximum d’aficionados : ceux déjà présents et ceux qui ne venaient plus” ont déclaré les membres du Conseil Consultatif Taurin.
Rendez-vous au printemps pour l’annonce des cartels. »

    Alain Lartigue se multiplie, à l’évidence, avec Bayonne, Mont-de Marsan, Vic-Fezensac, Arles et aujourd’hui Parentis-en-Born mais son patronyme s’écrit toujours au singulier. Cela fait désordre, sur un communiqué officiel émanant de la municipalité et de son comité consultatif taurin tout fraîchement  constitué, d’égratigner le nom de son mandataire !

                                                                  
         

      ALLÉLUIA !

 

 

NÎMES MÉTROPOLE

        L’Agglo nîmoise va débloquer une aide exceptionnelle de 1 000 € pour les éleveurs de toros bravos installés sur son territoire. Trois ganaderias sont concernées. Se partageront la maigre pitance de 3 000 €, Marie Sara, Los Galos, Nimes, et à Saint-Gilles, le Scamandre et la Paluna Fare.

La mesure sera officiellement votée le 29 mars lors du prochain Conseil communautaire. En décembre, Nîmes métropole avait attribué une aide de 1 000 € pour dix manadiers et deux éleveurs de chevaux de race Camargue. «  Cette aide exceptionnelle s’inscrivait dans le cadre d’une convention que nous avons passée avec le Conseil régional pour soutenir ce secteur », commente l’élu délégué aux Traditions taurines et maire de Sernhac, Gaël Dupret. En raison de la crise sanitaire, bon nombre de fêtes votives ont été annulées… Un manque à gagner qui menace parfois la survie des manades.

A la suite de cette annonce, les éleveurs de toros de combat sont montés au créneau. Dès le départ, l’aide mise en place par le Conseil régional, n’a pas pris en compte les ganaderias. En cause : des raisons essentiellement politiques, la présidente socialiste Carole Delga devant composer avec ses alliés écologistes, farouchement opposés à la corrida. « Nous avons regardé juridiquement… Nous allons pouvoir verser une aide de 3 000 € à l’Association des «éleveurs de toros de combat qui les reversera ensuite à nos éleveurs de toros. »

La politique encore, les alliances aléatoires et fragiles, surtout ne pas froisser les "amis", les garder bien au chaud sous le manteau car les élections régionales approchent. Alors la question des toros…

Une aumône plutôt que la réparation d’une injustice.

 

                                                      Gilbert Lamarque

                                               

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>