Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

informations

Breves

Publié le par Cositas de toros

MEA CULPA

 

          Suite à l’article "José, Juan… los de Miura", j’ai commis une grosse bévue. En effet, j’ai affirmé que Javier Castaño était après Joselito « le sixième en solitaire de l’histoire ». Il n’en est rien. Il y eut avant lui, le 25 août 2001 à Bilbao, Juan José Padilla. Nombreux étaient ceux qui pensaient, à l’époque, que ce n’était que pure folie, vu son état et les cornadas successives qu’il reçut à cette époque.

     Fidèle à l’Aste Nagusia, je n’étais pas présent ce jour-là. Ceci n’est pas une excuse. J’ai complètement occulté l’évènement.

     Pour sortir la tête haute, je dirai que Javier Castaño a été l’unique torero qui réalisa cet exploit… en France et qu’il est donc le septième !

     Merci à Campos y Ruedos d’avoir bousculé mes certitudes et remis en lumière, hélas, mon amnésie.

 

 

IGNORANCE

 

          Ici, ce n’est pas de l’amnésie, mais de l’ignorance. Je ne savais pas qu’il existait un collectif Landes anti corrida ! Ce collectif avec le Crac Europe, a soutenu la Fondation Brigitte Bardot qui a organisé « une action de sensibilisation du public dans divers quartiers de la ville de Bayonne, à propos de la corrida », samedi 6 mars, entre 12h30 et 16h.

 

Image d'archive. Photo G. Lamarque

     Cette opération intervient deux semaines après la décision du Conseil municipal de Bayonne de proposer la gratuité des corridas aux moins de 8 ans et des novilladas pour les moins de 15 ans. Les manifestants envisageaient de se réunir devant les arènes de Lachepaillet à 15h30. Ils ont eu bien raison car ces 14 pauvres misérables qui faisaient le poireau, ont eu leurs aises, il n’y a pas un chat en cette saison dans ce quartier résidentiel.

     Trop froid pour promener en bord d’océan, la galerie commerciale d’Ametzondo fermée pour cause de pandémie… alors, que faire : une petite manif.

     Pendant ce temps-là, cinq camions transformés en "sound systems" éructaient de la techno à plein volume, partis depuis la place de la République à Saint-Esprit, suivis par des dizaines de grappes de "teufeurs". Ce samedi, ils réveillèrent les quais de bord de Nive et le centre-ville, le bruyant cortège ne passant pas inaperçu. L’Aviron, lui, faisait profil bas devant Lyon à Jean-Dauger pour une nouvelle défaite, peu de moyens, peu de production. Le LOU mangea l’agneau basque.

     Et les anti ? Qui ?

 

                                                       Gilbert Lamarque

 

Voir les commentaires

Perfidie

Publié le par Cositas de toros

 

Relevé dans Midi Libre du 03/03/2021.

 

          L’OABA (Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs) et l’Alliance anti corrida ont lancé une campagne d’affichage dans dix villes de France.

Et les heureuses élues sont : Paris, Bordeaux, Rennes, Lille, Lyon, Toulouse, Marseille, Nice, Montpellier et Nîmes.

 

 

     « Bien-être animal ? La majorité des abattoirs égorge les animaux à vif », peut-on lire sur la photo de l’affiche exposant une vache terrifiée.

     L’abattage rituel halal et casher sont visés. « Alors que la maltraitance est au cœur des débats au Sénat, certains sujets comme l’abattage rituel sont soigneusement écartés. Les animaux de boucherie sont saignés en pleine conscience » et « Il existe des méthodes d’étourdissement dites réversibles compatibles avec les rites religieux. »

     En France, selon les chiffres fournis par les deux associations, 150 des 240 abattoirs agréés par le ministère de l’Agriculture, ont une dérogation au principe d’étourdissement des animaux avant leur saignée.

     « L’exception ne saurait devenir la règle, dit l’irrésistible Nîmoise Claire Starozinski, la présidente de l’Alliance anti corrida. En décembre dernier, la Cour de justice de l’Union européenne a précisé qu’un état membre pouvait imposer l’étourdissement des animaux lors d’abattages rituels. »

 

     Bien, tout ceci nous ne le contestons pas et cela va dans le bon sens. Mais, la perfidie transpire de l’Alliance anti corrida qui vient s’afficher sur cette campagne. Que vient-elle y faire ? Semer le trouble et la confusion ? Cela est déjà fait depuis longtemps.

     Seulement mélanger les genres et faire de la corrida, une boucherie, un abattoir à ciel ouvert où l’on ne tue pas mais où le massacre triomphe après bien des châtiments sous les applaudissements d’abrutis barbares.

     C’est le passe-temps favori des ces militants fourbes et insidieux. L’estampille de l’Alliance anti corrida semble bien saugrenue voire grotesque sur les panneaux exposés dans les villes de Paris, Rennes, Lille ou Lyon notamment.

     Quant à l’OABA, elle est, en premier lieu, une association qui protège les animaux de ferme… comme le toro de lidia !

 

     840 panneaux ont été déployés depuis le 23 février jusqu’au 2 mars. À Nîmes, cette campagne est visible sur 34 panneaux. Elle sera prolongée pour vingt d’entre eux jusqu’au 10 mars. C’est peu de temps mais toujours trop long.

_________________

Sujet n’ayant rien à voir avec la tauromachie, quoique…

 

     Merci la crise !

 

Je me suis enrichi… d’un mot, et quel mot !

 

          Durant le "Covidé", le 5 avril 2020, le journal Le Parisien a publié un sondage sur un sujet – n’importe lequel aurait fait l’affaire – où personne ne connaissait la réponse, pendant que les chercheurs cherchaient… 59 % ont répondu oui, 20 % non et 21 % je ne sais pas. Donc, 79 % savaient !

     Les gens parlent avec une assurance proportionnelle à leur incompétence, voir les réseaux sociaux débordant d’imbécilités.

     Donc, j’ai appris par l’entremise de la pandémie – tout n’étant pas négatif – un mot nouveau : l’ultracrépidarianisme – ça en jette – qui désigne la tendance de certaines personnes à s’exprimer sur des sujets qu’elles ne connaissent pas. On l’utilise aussi bien en référence à des personnes lamda qui donnent leur avis, notamment – je l’écrivais précédemment – sur les réseaux dits sociaux – suivez mon regard – qu’en référence à des experts qui donnent publiquement leur opinion sur un domaine qui n’est pas de leur compétence – suivez mon autre regard.

     Voici un mot d’origine latine qui veut dire littéralement « cordonnier, pas plus haut que la chaussure. »

     Ce proverbe latin vient d’une anecdote racontée par Pline l’Ancien : un cordonnier était rentré dans l’atelier d’un peintre pour lui remettre une commande. Il en profita pour admirer les œuvres du peintre et lui signala une erreur dans la représentation d’une sandale. Le peintre la corrigea. Mais quand le cordonnier commença à émettre d’autres critiques, le peintre lui répondit ne supra crepidam sutor iudicaret : « un cordonnier ne devrait pas donner son avis au-delà de la chaussure. »

     Vous voyez, l’ultacrépidarianisme est universel et n’a pas d’âge, seulement aujourd’hui, il vous saute à la figure par médias et réseaux interposés. Heureux ancêtres, s’ils savaient !

 

                                                                       Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

Héritage

Publié le par Cositas de toros

 

               Le 23 mars à Herencia (Ciudad Real), le linarense Curro Díaz sera accompagné des toreros de la tierra, Andrés Palacios et Fernando Tendero. Ils affronteront des toros de l’élevage d’origine Murube, Castillo de Huebra.

Cette corrida a toutes les autorisations des administrations locales et régionales de Castilla-La Mancha. Elle se tiendra dans le strict respect des mesures établies par le ministère de la Santé avec une capacité ramenée à 500 spectateurs.

     

     De notre côté pyrénéen, nous sommes toujours privés de spectacles taurins et ce qui se passe côté Sud, est vrai dans une localité, faux dans une autre, vrai dans une province, faux dans une autre, vrai dans une communauté, faux dans telle autre. Aujourd’hui, il est plutôt facile de n’être sûr de rien ! Frustrés nous sommes – comme ceux si chers à Claire Bretécher –, frustrés nous resterons.

 

     Herencia, héritage, patrimoine en français… comme un clin d’œil ou un pied de nez. Si nous pouvions, chers aficionados, hériter d’une temporada charnue, ayant du corps, gouleyante à souhait afin de sauvegarder notre patrimoine taurin et culturel !

 

     "Herencia", c’est aussi un court-métrage que certains d’entre vous ont vu, court-métrage consacré au fer de Concha y Sierra, réalisé par Ismael Sánchez Carrasco. Il avait été présenté, le 23 avril 2019, dans les salons des arènes de Saragosse quelques heures avant la corrida-concours où Concha y Sierra faisait son retour. Sont intervenus à cette occasion outre le réalisateur, Jean-Luc Couturier, propriétaire de l’élevage, son collaborateur Julien Aubert, informaticien généticien passionné par les encastes du toro de lidia et Francis Fabre, directeur de la revue Toros.

 

                                                                          Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

On ouvre...

Publié le par Cositas de toros

            en Andalousie.

 

P. Aguago et R. Serna. Image d'archive, Raúl Doblado

 

         Pablo Aguado et Rafa Serna, les toreros sévillans, s’affronteront le 13 mars dans la petite ville d’Ubrique (Cadix) sur la route des villages blancs. C’est dans cette cité que se tiendront les deux célébrations de la "Tournée de reconstruction" qui n’avaient pu avoir lieu et reportées en raison des conditions sanitaires.

Ils combattront le samedi 13 mars, les toros du fer de Jandilla. Le dimanche 14, Diego Urdiales et David de Miranda affronteront l’élevage de Nuñez del Cuvillo.

Ces deux corridas auraient dû se dérouler les 31 octobre et 1er novembre 2020.

 

   

     Avec ces deux dernières courses, le monde taurin achèvera donc, sa première "Tournée de reconstruction". Une tournée composée de 21 festivités diffusées en direct et exclusivement sur la chaîne Movistar+Toros, dont l’objectif est de créer un fonds économique destiné à récupérer les festivités dans les arènes de troisième et quatrième catégories et à promouvoir les novilladas.

     Dans cette ville de la Sierra de Cadix, véritable capitale de la maroquinerie vouée aux maisons de luxe – Cartier, Chanel, Dior, etc – les toreros présents sauront-ils tannés la peau de leurs adversaires, leur faire la peau honorablement en bons artisans qu’ils sont ?

Et n’allez pas croire qu’à Ubrique, on y traite les peaux de toros, non, c’est plus exotique. La réputation de l’artisanat de la petite cité s’est construite grâce aux peaux comme l’autruche, le crocodile, le python et même les raies, le saumon ou le requin.

     Nous nous sommes éloignés des belles robes, capas blancas, coloradas, tostadas, negras, castañas, salineras, berrendas, sardas… et toutes leurs variantes, ensabanado, jabonero, melocotón, azabache, … et leurs particularités, alunarado, chorreado, salpicado… riche vocabulaire pour autant de robes.

 

Colorado
Salpicado

 

                                                           Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

La note baisse

Publié le par Cositas de toros

 

        Les étrennes de Simon, encore. (suite du feuilleton, Cositas des 6, 11 janvier et du 25 février).

 

            Par communiqué, le conseiller municipal communiste d’opposition Vincent Bouget, pour le groupe Nîmes citoyenne à gauche, se félicite que les indemnités versées par la ville de Nîmes à la société de Simon Casas en raison de l’annulation des spectacles en 2020 liée au coronavirus, dans le cadre de la délégation des spectacles taurins dans les arènes nîmoises, soient revues à la baisse.

 

     « Lors du conseil municipal du 19 décembre 2020, une délibération portant sur les conséquences financières consécutives à la crise sanitaire a été soumise au vote de notre assemblée concernant la délégation de service public "tauromachie". Notre groupe a voté contre cette délibération en raison de l’absence de communication des justificatifs pour un montant de 201 587, 54 correspondant selon l’énoncé de la délibération à la prise en charge des frais fixes supportés par le délégataire pour la période du 1er janvier au 30 juin 2020, la Feria de Pentecôte ayant été annulée », entame le communiqué de l’élu communiste.

 

     « Attentifs à l’utilisation de l’argent public, nous avions demandé avant la réunion du conseil municipal, toute la transparence sur le montant de cette indemnité et ses justificatifs. Notre demande est restée sans réponse. Nous avons réitéré ce besoin d’informations en séance du conseil municipal lors de l’intervention formulée par Sylvette Fayet. Après insistance, il nous a été proposé par la voix de l’adjoint délégué de consulter les documents justificatifs fournis par le délégataire », explique Vincent Bouget.

 

     Après consultation et remarques et interrogations sur les justificatifs, le groupe Nîmes citoyenne à gauche fait savoir que la ville de Nîmes a réajusté le montant de l’indemnisation. « Il est maintenant de 123 980, 13 € », dixit la mairie dans un courrier adressé à Sylvette Fayet. « Nous restons vigilants sur l’utilisation des deniers publics et des suites qui seront données à cette affaire entendant jouer pleinement notre rôle dans l’intérêt collectif. »

 

77 607 €, une paille.

     Après la lame du Crac Europe « soupçonnant que l’aide vise, en réalité, à compenser le déficit structurel de la société SCP », une deuxième lame est essuyée par Simon Casas de la part du groupe communiste de la municipalité nîmoise. À quand la troisième ? On rase gratis… enfin, pas pour tous.

 

                                                          Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>