Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #resenas tag

BAYONNE. 14 AOÛT

Publié le par Cositas de toros

                                                BAYONNE. 14 AOÛT

NSP. 11H. Première demi-finale du concours des novilladas. 1/4 d’arène.

 

    2 erales de La Espera (1 et 4) et 2 erales de Casanueva (2 et 3), tous donnant du jeu, bien présentés, des armures soignées pour ce type de spectacle, nobles.

 

                                                   La Espera 1/ Casanueva 1

 

                                                        Jesús Moreno  

nous livre un bon capoteo avec le premier de La Espera qui chute à plusieurs reprises. Séries des deux mains, flanelle souvent accrochée. Entière en arrière et de côté, descabellos. Silence.

 

                                                 Christian Parejo

hérite du premier Casanueva à la jolie robe, applaudi à la sortie. Bonne attaque à la cape mais un excès de confiance et voltereta à la fin de la série de véroniques. L’eral suit bien le banderillero. La muleta bien menée des tablas au centre. Le Casanueva vif avec un retour rapide est dominateur. Parejo vaillant mais brouillon, souvent bousculé, subit une voltereta sans conséquence. Un tiers de lame, mort longue. L’astado méritait une autre faena avec un jeune plus aguerri. Salut aux tiers.

 

                                                              Tristan

reçoit le second Casanueva de rodillas avec une cape dominatrice. Très à l’aise aux palos, il exécute un bon quiebro. Des passes inversées au centre du rond, sourire aux lèvres, Tristan nous  propose une faena intelligente adaptée à ce cornu un peu faible manquant de transmission. Trasteo varié, entière traversante, oreille et vuelta pour le pupille de Guillaume Bats (à laquelle j’associe le précédent), le novillero invite le ganadero pour un tour de ruedo fêté.

 

                                               Antonio Magaña

conclue la matinée avec le second de La Espera qu’il banderille sans grand art. Brindis à Olivier Baratchart. La muleta est électrique et l’eral fléchit quelque peu. Le garçon jette systématiquement l’animal vers l’extérieur en fin de passe et compte quelques volteretas. Entière efficace, oreille et vuelta au torito avec Jean-François Majesté.

 

Le prix de la meilleure estocade à A. Magaña, meilleure lidia pour Tristan, le prix du courage pour C. Parejo et la meilleure faena pour Tristan.

Voici donc Tristan qualifié pour la finale de septembre.

Matinée agréable.

 

                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT

CORRIDA GOYESQUE. 19H. Daniel Luque unique espada. 1/2 arène. Ciel voilé, le bleu sur le sable.

 

 

    Deux toros de Torrestrella, Fanatico (1) et Pocasperras (4), deux de Pedraza de Yeltes, Joyito (2) et Mironcillo (5), un du Puerto de San Lorenzo, Malvarrosa (3) et un sobrero de La Ventana del Puerto (6 bis), Dulcero.

 

                                                      Et soudain un Pedraza…

 

 

    Daniel Luque collectionne de nombreux souvenirs et de bons moments à Lachepaillet : 11 corridas, 21 oreilles et 7 sorties a hombros.

Cette tarde est une suite majeure pour la collection, à savoir : 4 oreilles et une queue et toute notre sympathie.

Le maestro de Gerena est certainement le torero de Lachepaillet malgré une décevante demi-arène.

Pourtant tout a commencé mollement avec le Torrestrella de 569 kg. Une pique, une chute équestre, des chicuelinas au centre, un tercio de banderilles bien réglé, des séries des deux mains, un toro vidé. Entière ladeada, oreille tout de même.

Le Pedraza qui suit, 522 kg, est mal piqué par trois fois. Trois séries de derechazos, des naturelles moins évidentes mais toujours dans le terrain du bicho. A recibir, un mete y saca dans le flanc, hémorragie, salut.

 Malvarrosa du Puerto, 534 kg, negro, subit deux piques médiocres et un tercio de banderilles guère mieux mais le toro également responsable de ce piètre spectacle se découvre sous la muleta experte et technique de Luque. Les séries s’enchaînent, "templées", la main basse, le Puerto baissant bien le chef ; un bon toro de 3e tiers, une faena allant a mas. Entière en place, oreille. Premier vrai moment d’intérêt.

Peu de détails retenus avec le second Torrestrella né en novembre 2013. Une muleta qui pèse sur le toro, une entière adroite, silence.

Le second vrai et grand moment avec Mironcillo, le Pedraza né lui aussi en novembre 2013, un colorado de 633 kg ! Mais qui les portait bien (haut et long). Un tercio de varas mouvementé, batacazos, le toro s'élançant de l'autre bout de la piste pour la troisième rencontre ; ovation au piquero J. Francisco Peña Serrano. Marco Leal saluant après deux excellentes paires de bâtonnets. Daniel entame de muleta des tablas aux rayas, la main basse. Derechazos relâchés, abandonnés, les naturelles idem. Tout a gusto, torero, toro et le Concerto d’Aranjuez « exécuté » sobrement par le quartet de David Rachet, un moment rare.

Puis vers les tablas du toril, des passes inversées dans un mouchoir, pieds vissés sur le sable bleu (Miró oblige). Luquesinas de terminaison, un bonheur. 3/4 d’acier en place, mort longue mais poignante : 2 oreilles et la queue, vuelta pour Mironcillo, le colorado de Pedraza transpirant de caste mais finissant aux planches.

Dulcero, sobrero de la Ventana del Puerto ne nous fera pas oublier ce grand moment de la tarde. Violent sous le cheval, Juan Contreras salue aux palos. Le toro toujours aussi brutal distribue des coups de tête avec générosité. C’est désordonné mais Daniel ne rompt pas. Entière, silence.

 

Quatorze piques et la cavalerie Heyral à la peine.

Les Pedraza toujours présents au tercio de varas.

Président, Bernard Peytrin du Cercle Taurin Bayonnais.

Sobresalientes : Jérémy Banti et Miguel Angel Sanchez Pascual, ils défilèrent...

Tous, du président aux areneros en habits goyesques (très peu de broderies et aucune paillettes). Seul Daniel Luque brilla, excellent lidiador, poderoso, artiste, technicien.

Pas de bleu à l’âme, mais des bleus en piste inspirés de Miró, des bleus éphémères.

Seul le solo du torero sévillan ancré dans nos rétines pour, si ce n’est pas pour l’éternité, certainement pas pour un instant éphémère.

                                                                     

 Gilbert LAMARQUE

 

                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT
                                                BAYONNE. 14 AOÛT

Voir les commentaires

HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.

Publié le par Cositas de toros

HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.

   

       Feria de la Albahaca. Lleno, vent avec rafales.

 

                       Un air Marín

 

     Six Sánchez Arjona (Domecq) plus un sobrero (1 bis) du même fer, de présentation, de trapío, d’armures et de comportement hétérogènes. Sortirent du lot pour leur meilleure attitude, les 2 et 5.

 

 

Cayetano (silence et silence).

Ginés Marín (salut avec pétition et deux oreilles).

Pablo Aguado ( salut et silence).

Gómez Pascual, banderillero de Cayetano, effectuant un quite à son torero tombé au sol, a reçu une grave cornada dans la cuisse gauche, évacué à l’infirmerie. Pablo Aguado y fit un bref passage pour une légère lésion au coude gauche, l’handicapant quelque peu pour la lidia de son second.

 

                                                     Ginés Marín

est sorti par la grande porte à 21h, ayant coupé les deux oreilles du quinto. Cet échantillon de 566 kg, le plus laid de l’encierro fut aussi le meilleur. L’Extremeño déroule sa faena devant les tendidos de sol acquis à sa cause. Quelques gestes à retenir, dans la profondeur au cours d’un travail superficiel malgré tout et pueblerino, conclu par quelques passes du mépris. Une entière foudroyante en place  fait tomber les deux pavillons. L’arrastre est applaudi. C’est un vent « marin » qui souffla légèrement ; Éole, lui, fut plus violent. Auparavant, Ginés sécha aux aciers perdant certainement le bénéfice d’un trophée après une attaque de muleta de rodillas, terminée par quelques manoletinas. Il est incontestable que Marín eut le bonheur de toucher les meilleurs.

 

                                                            Cayetano

Aucune option avec le sobrero pour Cayetano ne trouvant pas le bon sitio, hésitant, gêné par le vent présent tout au long de la corrida. Il en est de même avec le cuarto, très haut. Le tissu est sans cesse accroché. Il loge une demie ladeada suivie d’un descabello.

 

                                                  Pablo Aguado

pêche par excès de confiance avec le 3 et est victime d’une voltereta à la suite de beaux détails "templés". Il ne s’engage pas à l’épée, demie et deux descabellos. Le vent redouble au dernier toro qui subit une vuelta de campana. Ce Sánchez Arjona est le seul à pousser sous le fer de l’unique puya que prirent chaque astado. Par la suite, sur la défensive, il ne plaît pas au Sévillan supportant péniblement l’avalanche d’hachazos dans une muleta malmenée. Le torero en termine dans un coso bruyant par un revers aux aciers.

 

Marín a hombros.

Anecdote : le train d’arrastre ne put avancer, problème d’un cheval, sembla-t’il. Dix minutes passèrent. Ô miracle ! My Toyota is fantastic ! (voir photos). Deux autres chevaux prirent la suite.

La jeunesse oscense* bruyante des tendidos de sol se tint bien pendant la lidia.

 

Oscense : Habitant de Huesca.

 

La cathédrale vue du coso oscense.

                                                                                      

Gilbert LAMARQUE

 

 

HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.
HUESCA. 12 AOÛT. 18H30. TERCERA DE ABONO.

Voir les commentaires

DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2

Publié le par Cositas de toros

DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2

Pèlerinage de la Sent Bertomiu, suite.

 

      Toujours aussi long est le chemin, peut être un peu moins poussiéreux, mais c’est avec un esprit de revanche que nous le refaisons ce jour.

Pour célébrer leur centenaire, l’organisation nous propose une novillada concours avec des ganaderias ayant déjà foulé le sable des arènes Roland-Portalier avec bonheur.

Juan Carlos Carballo affronte un Raso de Portillo (Santa Coloma) et un Pablo Mayoral (Santa Coloma), José Cabrera, un Prieto de la Cal (Veragua) et un Los Maños (Santa Coloma) et enfin Cristóbal Reyes, un Valdellan (Santa Coloma) et un Raso de Portillo en substitution du Pio Tabernero prévu et blessé au débarquement.

 

Et revanche il y eut…

Nous avons assisté à une novillada entretenue, un bon moment taurin. Les novillos tous bien dans le type de leur encaste ont été présents (meilleurs les 1,2 et5) et ont trouvé face à eux des novilleros motivés et techniques.

                                            Juan Carlos Carballo

 

reçoit le Raso de Portillo avec un carré de véroniques de bonne facture. Après un premier tiers où le novillo ne brille pas, un passage aux banderilles d’un bon niveau, il essaye de mettre son adversaire en valeur en le citant de loin, en lui laissant du temps entre deux séries. Il lie quelques séries de bon niveau de la dextre, à senestre c’est plus délicat et ça se complique. Difficultés à cadrer l’animal, entière en place, avis et descabello. Une petite pétition monte et l’oreille tombe.

 

Le Pablo Mayoral, un manso, fait une sortie réservée, c’est un cérébral, il réfléchit. Inexistant et gratteur aux piques en deux rencontres. A la muleta, il garde la tête haute et JCC ne lui baissera jamais la flanelle. Quelques attitudes pueblerinas en final de trasteo où il aura visité le ruedo parentissois. Entière contraire et tombée, comme le silence qui s’en suit sur les gradins.

 

                                                      José Cabrera

 

tombe en premier sur un Prieto de la Cal trotteur, mal piqué, le novillo met les reins sur les deux rencontres prises avec alegria. José prend en charge les bâtonnets qu’il pose avec aisance. A la muleta, sa grosse envie et son investissement ne seront pas suffisant. Il alterne les deux bords sans succès. Entière au deuxième essai et quelques descabellos. Palmas.

 

Son second, "Segoviano" n°14 né en févier 2016, novillo de Los Maños, sera le novillo de l’après-midi voire peut être même celui de la temporada. Il a été complet dans tous les secteurs, depuis la sortie jusqu’à la mise à mort et a trouvé en face de lui un novillero qui n’est pas passé à côté faisant preuve d’envie et d’intelligence en raccourcissant le combat au moment où le fallait. Les trois entrées a matar le privent sûrement de deux pavillons qu’il aurait mérités. Vuelta au toro et vuelta au torero qu’il partage avec la fille du ganadero.

 

                                                   Cristóbal Reyes

 

arrive à maîtriser la sortie vive de son Valdellan et lui pose quelques véroniques en gagnant les terrains du centre. Après un mauvais tercio de piques durant lequel le novillo ne se livre pas, Cristóbal pose les banderilles plutôt bien. Le troisième tiers est entamé à genoux jusqu’à la bousculade. L’animal rentre très vite en querencia aux portes du paseo et, c’est dans ce terrain que le torero sera contraint de lui servir quelques séries méritoires. Entière engagée pour en terminer, avis, descabellos et salut aux tablas.

 

Dernier de l’envoi, le sobrero de Raso de Portillo fait une sortie « tristounette » sans se livrer au capote. Mal piqué, il est "banderillé" par la cuadrilla. Début du travail de muleta (à l’ancienne, montera vissée sur la tête) par le bas vers le centre. De bonnes séries à droite mais les charges se raccourcissent très vite. A gauche Cristóbal se croise et finit par lui tirer quelques naturelles une par une avant qu’il ne s’arrête. Nouvelle épée entière efficace avec un très gros engagement, petite pétition et oreille octroyée par le palco.

 

Arènes Roland-Portalier, remplies aux 4/5.

Paseo retardé de dix minutes (!!!), temps couvert, température un peu fraîche.

Juan Carlos Carballo : Avis avant oreille et silence.

José Cabrera : Palmas et vuelta.

Cristóbal Reyes : Avis avant salut, oreille.

Présidence : Bernard Sicet.

 

Patrick SOUX

 

DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2
DIMANCHE 11 AOÛT, PARENTIS 2

Voir les commentaires

SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1

Publié le par Cositas de toros

SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1

Pèlerinage de la Sent Bertomiu

 

    Pour l’aficionado a los toros, long, monotone et poussiéreux est le chemin qui le mène vers cette arène du nord des Landes où un groupe d’irréductibles mettent tout en œuvre pour perpétuer la tradition du toro de combat, le vrai.

En ce premier jour de feria, la ganaderia sévillane Aguadulce (origine Carlos Nuñez) a été normalement reconduite après son succès de l’an passé. Elle est opposée à deux novilleros andalous, Aquilino Girón et Emilio Silvera et au mexicain Héctor Gutiérrez.

 

Reconduite, mais pas du même tonneau. Cet après-midi, il n’y avait que l’eau qui était douce… Le lot de novillos était bien présenté mais hétérogène. Ils ont tous manqué de race, de caste et de mobilité, qualités qui ont participé à la novillada très entretenue l’an dernier. Ils ont tous montré des signes de faiblesse, ont été tardos dans les deux premières séries et ont fini parados. Il est difficile de composer un trasteo qui tienne la route avec pareille opposition. Mis à part le cinquième qui avait un peu plus d’allant et le sixième qui a semé la terreur dans le ruedo, le reste de la novillada fut ennuyeux.

Quelques constantes tout de même. Des lidias faites en dépit du bon sens, les cuadrillas (pour la plupart) ont participé à ce fiasco par des bregas de mauvaises qualités, des tercios de piques déplorables avec des mises en suerte approximatives voire inexistantes. Quand on connaît l’investissement des organisateurs de l’ADA pour mettre le toro en valeur, ils devaient être bien tristes ce soir à la sortie de ce spectacle…

 

                                                 Aquilino Girón,

son premier, assassiné à la pique ne tient pas la distance. Il arrive juste à lui tirer quelques passes soignées. Belle entière légèrement sur le côté suivie d’un descabello, silence. Son second "remate" très fort aux planches, sa cuadrilla lui donne une bonne brega dans un tercio de banderilles bien mené. Il entame sa faena de muleta au centre par de courtes séries et l’on se met à espérer. Malheureusement, il abuse du pico sur ce novillo qui raccourci très vite sa charge. Déroute aux aciers, pas aidé par le novillo qui n’a plus d’arrancada. Il tombera au moment où sonne le deuxième avis. Silence.

 

                                                   Emilio Silvera,

son premier opposant fuit les capotes, il arrive malgré tout à lui poser quatre véroniques avec revolera au centre. Ce novillo sort du premier tiers après trois rencontres avec la cavalerie en trois picotazos. A la muleta, il est tardo et très vite parado se défendant sur place. Une demie et deux descabellos viendront à bout de l’animal. Silence. Son second a été le moins mauvais du lot et nous a fait espérer. Après un tercio de piques d’où il sort seul de la deuxième rencontre, il arrive à lui poser deux séries de derechazos. A gauche ce n’est guère mieux. 2/3 de lame sur le côté, quatre descabellos et le novillo tombe à la sonnerie du deuxième avis. Silence.

 

                                                    Héctor Gutiérrez ,

ne gagne pas le terrain nécessaire au capote en restant aux tablas. Tercio de piques sans aucune mise en suerte, il arrive à la muleta sans être réellement piqué et avertit le torero deux fois à droite. Héctor prend la gauche et, même punition. Il n’insiste pas plus et arrive à le coucher après une entière tombée sans engagement. Silence. Avec son second, j’ai assisté à une déroute monumentale du torero et de toute sa cuadrilla. D’entrée le novillo est sorti fier, tête haute, cornes vers le ciel se fixant au milieu du ruedo. Je ne vous relate pas le tercio de piques (scandaleux) ni celui des banderilles (en faisant vite en se cachant). La suite de la faena se résume à trois coups de torchons en reculant très vite. Au bout de deux minutes, il change d’épée et le calvaire monte en puissance. Aquilino Girón en bon chef de lidia reviendra dans le ruedo pour l’assister et le conseiller mais malgré ça, il entendra deux avis et la bronca irrespectueuse d’un public enragé.

 

L'ADA a un gros travail d’information et d’éducation à faire avec son public. Des novillos applaudis à l’arrastre (!!!), des piqueros applaudis après avoir assassiné le novillo et pour finir la bronca exagérée à Héctor Gutiérrez. N’oublions pas que ce ne sont que des novilleros, qu’ils apprennent encore leur métier et qu’ils sont comme tout humain, faillibles. Ce gamin était vert de peur, à deux doigts de la syncope. J’ai trouvé le comportement du public irrespectueux envers ce gamin.

Pour le moins, ils méritent notre respect.

 

Arènes Roland-Portalier remplies aux deux tiers, temps couvert, température agréable.

Aquilino Girón : Silence et silence après deux avis.

Emilio Silvera : Silence et silence après deux avis.

Héctor Gutiérrez : Silence et grosse bronca après deux avis.

Présidence : Bernard Sicet.

Patrick SOUX

 

 

SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1
SAMEDI 10 AOÛT, PARENTIS 1

Voir les commentaires

SOUSTONS. 04 AOÛT

Publié le par Cositas de toros

 

          Novillada des Fêtes. 18 h. « Noblesse oblige ».

 

  

    La coquette placita Henri-Canelas abritait à peine une demi-arène d’un public autochtone peu aficionado. Durant 2h30, les flonflons de la fête foraine, en stéréo, dominaient les débats. Éreintant.

 

 

Six novillos de Bruno Blohorn du mas du Carrelet à Arles d’origine Jandilla, correctement présentés  (quelques cornes légèrement abîmées, des trapíos divergents), nobles et "encastés" pour le Franco-mexicain El Galo, El Rafi sorti par la grande porte de Valencia en juillet et le Tarusate Yon Lamothe proche de ses terres, ici en Marensin.

Quand vous croisez la caste et la noblesse, le triomphe est à portée de main. C’est le cas pour El Rafi ; El Galo accroché, Yon Lamothe à la peine.

 

                                                            El Galo

(vuelta, avis et salut) a du mal à trouver le sitio. Le novillo noble est entrepris à droite mais sans peser. Andrés est dominé, quelques détails. Une entière légèrement tendida et une timide pétition sans effet, volette des tendidos « ombre ».

Le quatrième, un beau sujet, vient taper avec violence le burladero. Cabriole du Blohorn qui reprend sa course et au contact du peto, perd sa corne droite, sectionnée, qui gît sur le sable. Le sobrero de la même maison est plus fin, il ne prendra qu’une pique sans classe avant que El Galo n’invite son peon, Medhi Savalli, aux banderilles. Un peu faible, noble mais fade, sans cesse en mouvement, tout ceci ne présente que peu d’intérêt. Entière légèrement contraire après un pinchazo.

 

                                                         El Rafi

déroule un joli capote avec une élégance naturelle. Le novillo rencontre le cheval pour deux rencontres dont un picotazo. Toujours cette noblesse mais aussi une pointe de faiblesse. La faena n’est pas transcendante, quelques naturelles avant une lame passable et deux descabellos. Oreille généreuse.

Le quinto visite le callejón que quelques secondes, le temps de faire sentir à chacun que la compétition est terminée pour eux, les barrières sont trop hautes pour les franchir. Sauve qui peut !

Revenu en piste, le piquero l’attend d’étrier ferme pour un puyazo qui, parti de la raya se termine au centre. Voilà un bel "encasté" dont le Nîmois sait profiter à bonne distance, le bicho étalant sa classe, sa noblesse, excellent sur les deux cornes. Les séries s’enchaînent. Parfait. Sa tentative a recibir se transforme al encuentro. 3/4 de lame, deux descabellos, avis. Oreille du triomphe, arrastre applaudi.

 

                                                    Yon Lamothe

hérite d’un novillo plus léger qui prend deux piques. Il est bien banderillé par Mathieu Guillon et Manolito de los Reyes. Le Landais ne jugule pas la charge anarchique du Blohorn. Il subit une voltereta spectaculaire en équilibre instable sur le frontal. Rideau. Entière basse, salut aux tiers.

Le 6 pas très « figure de mode » est noble, baissant bien la tête. Mais Yon, lui, baisse les bras et n’exploite pas cette bonne charge. Des gestes de dépit, 3/4 d’acier, silence.

Garçon, il faut se ressaisir !

 

 El Rafi a hombros.

Cavalerie Heyral et présidence de Jacques Grué.

                                                                                                    

 

 Gilbert LAMARQUE

 

Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez
Reportage photos, Fred Martinez

Reportage photos, Fred Martinez

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>