Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BILBAO ASTE NAGUSIA 2

Publié le par Cositas de toros

BILBAO ASTE NAGUSIA  2

VISTA ALEGRE

 

Vendredi 24. 7e de Corridas Generales. 1/2 arène, soit 7500 personnes (14725 places). Temps gris, le sirimiri nous chatouille.

 

     4 Victoriano del Rio, 2e bis de Encinagrande et 2 (1er et 4e ) Toros de Cortes, mansos et d’une présentation indigne de Bilbao.

Sébastien Castella : salut après avis et silence.

José Garrido : palmas et salut.

Andrés Roca Rey : salut après avis et 2 oreilles.

 

 

                                                        EL REY ROCA

 

      Condor, negro axiblanco fuit le canasson. S. Castella déroule quelques derechazos au centre du rond. Les naturelles sont heurtées, doblones. Mort au second essai. "El Condor pasa".

      Rafael Viotti salue aux bâtonnets. Sébastien et Jaboleño jouent au chat et à la souris. La souris (imposante pour un rongeur) se barre illico vers les planches. Épée, le jeu a assez duré. Entière. Pitos à l’arrastre.

 

      José Garrido remplaçait Cayetano, lesionado. Pas de chance, Almirante se blesse sur la portagayola, changé par un Encinagrande (souche J.D. Domecq y Diez), Trigueño, negro listón, insipide.

Manuel Larios salue aux palos. Brindis au public. Statuaires, toro fuyard, Garrido l’ennuie. Le moral noir comme sa robe, la caste grise comme le ciel. Entière caída, arrastre sifflé.

      Avec Manisero, negro mulato gargantillo, 569 kg sur la romaine, le petit José rencontra des difficultés. Le Victoriano relève la frimousse en fin de passe. Le natif de Badajoz lui arrachant les muletazos, laborieux. Desplante pueblerino. 3/4 de côté, un avis.

 

      Vint el Rey.

      Au premier, Entonado reçu par un joli capote suivi d’un bon trasteo : passes inversées du centre, derechazos main basse. Le toro fatigue rapidement, légers hachazos. Andrés allonge l’espace et le temps, redonne confiance, redondos. Belle demie aux tablas.

      Au manso fermant la tarde, Despreciado, Roca Rey profite de ses belles charges. Agréable jeu de cape, le manso part aux barrières par la suite malgré la volonté du Péruvien de le retenir. Magnifique série main gauche veloutée, la faena va a mas, les séries s’enchaînant au plus près. Terminaison par bernardinas. "Bon" pinchazo, car porté avec sincérité et estoconazo : 2 oreilles délivrées sans tergiverser par Matías malgré l’avis et le pinchazo. Palmas à l’arrastre du Victoriano del Rey.

 

     Nous quittons nos tendidos, apaisés. Demain, j’attends beaucoup des Alcurrucén et du "rare" Diego Urdiales toujours au rendez-vous de Vista Alegre.

 

                                                                                            Gilbert LAMARQUE

BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2
BILBAO ASTE NAGUSIA  2

Commenter cet article