Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

resenas

DIX APPRENTIS, UNE PÉPITE

Publié le par Cositas de toros

 

          BOUGUE 26e BOLSIN

 

 

Reportage photos : Frédéric Martinez

 

Manuel Román Alvarez, le matin...

            

... et l'après-midi

 

            Ils étaient dix, ce dimanche 8 mai, à se mesurer afin de remporter le prestigieux Bolsin de Bougue, Bolsin qui vivait sa 26e édition. En 1995, un certain Sébastien Castella, tout frêle, y participa sans triompher. Plus tard, d’autres noms s’illustrèrent ; au hasard, Alejandro Talavante en 2003 ou Marco Leal en 2005.

     Cette opportunité, les Espagnols font des pieds et des mains pour y être présents. Six représentaient leur pays aux côtés des quatre Français.

     Le tentadero matinal débutant à 9h40, véritable marathon, a donc vu dix vaches de Camino de Santiago "tientées" par chacun des aspirants : l’apprenti sort de premier sur une vache et de second sur une autre.

     Les vaches de Jean-Louis Darré eurent des comportements différents, certaines peu ou mal piquées par Alain Bonijol, lequel, homme orchestre, fournit les chevaux du paseo, les jeunes chevaux de pique, eux aussi à l’apprentissage, et le train d’arrastre !

    Les cornues se comportèrent favorablement pour la moitié d’entre-elles environ, pour permettre aux jeunes de s’exprimer. Le sort comme de coutume en favorisa certains.

 

     Pedro Montaldo Corella (ET Guadalaraja) eut quelques difficultés avec la première, compliquée. Ce fut mieux avec la seconde.

 

     Fabien Castellani ne fut guère aidé par les deux vaches qui recherchaient plutôt la querencia des tablas.

 

     Bien sûr, Guillermo San José (Fondation El Juli) éprouva les mêmes difficultés avec la précédente. Par contre, il put négocier quelques séries "templées", montrant, avec quelques bagages, sa qualité de lidiador.

     Rafael Ponce de Leon (CFT Nîmes) multiplia les passes mais ses deux faenas restèrent heurtées.

 

     Miriam Cabas (ET Campo de Gibraltar) "apodérée" en France par Serge Almeras, montra beaucoup de volonté, s’appliquant lors de la mise en suerte. Face à la cinquième qui laissait des possibilités, sa faena ne décolla pas véritablement.

     Lenny Martin (ET Béziers), plus brouillon, fut plutôt discret.

     Iker Fernández Aliagas (ET Salamanque), plus froid, plus technique aussi fut malchanceux avec la mansa septième.

     Vache dont hérita Juanito (ET Adour Aficion)… me décevant avec la huitième où le jeune béarnais, emprunté, resta très en-dessous.

 

     Tristan Barroso (ET Badajoz), attendu par son fan club, toréa la huitième aux planches et se montra dominateur avec la suivante, une beccera au sacré caractère.

 

     Manuel Román Alvarez, un petit bout venu de l’ET de Cordoue, prit très vite l’ascendant. Il s’imposa sur le champ (et sur le sable) avec un naturel, une allure torera et templada. La faena de la dixième fut un régal, nous mettant l’eau à la bouche. Olé chiquito ! Il était plus de 13h…

     Sont qualifiés pour l’après-midi : G. San José, T. Barroso et M. Román Alvarez.

      17h. Cinq erales de Camino de Santiago, bien présentés, le lot armé en pointes, nobles, le premier montrant une certaine faiblesse.

 

 

     G. San José devant un eral de peu de charge qui multipliait les hachazos ne put imposer sa faena qui se délita bien vite.

     Le martyre vint aux aciers où le gamin écouta les trois avis… la bête mal "puntillée" depuis le burladero, un moment pénible qui peut donner du grain à moudre à nos "contradicteurs"… 

     T. Barroso accueille son Camino par un bon capote. Quite classieux du petit Manuel auquel répond Tristan.

     Le cornu est un peu retord, de charges courtes et la faena s’en ressent, saccadée mais toutefois bien menée. Entière contraire et en arrière… deux oreilles (!)

   

      M. Román Alvarez, d’un calme olympien, éclabousse le sable de sa classe. Et c’est parti avec de superbes véroniques.

     Avec la flanelle, les séries de muletazos s’enchaînent avec naturel, temple, élégance. Un travail riche, pas un mot, pas un cri, tout au poignet, superbe ! Il termine par des naturelles de face. Un pinchazo, une épée au 3/4 efficace. Deux mouchoirs apparaissent au palco, normal après les largesses au précédent.

     Tristan et Manuel face à face pour la grande finale avec un très bon bétail.

 

     Tristan livre une copie se montrant un peu distant, jouant avec le pico et force le trait. De bons derechazos s’enchaînent, le sitio pas véritablement trouvé, naturelles avant les bernadinas finales. Lame en place, entière positive. Deux oreilles, encore !

 

Le 5

     Le petit cordouan nous régale à la cape, véroniques et la demie, jambes ployées. Un bon Camino, le plus complet, un bon torero.

     Toujours pas un cri, calme, serein et la faena qui s’envole, templada, main basse, la graine de torero relâché, pas un geste de mauvais goût. Une demie basse au second envoi et les deux oreilles malgré ce, dans la logique de la présidence.

 

Non, Jean-Louis, tête haute !

     Les deux a hombros, Jean-Louis Darré saluera à l’issue de la tarde.

     Manuel Román Alvarez vainqueur de ce 26e Bolsin, à l’applaudimètre aussi lors de la remise des récompenses. Il truste tous les prix partageant seulement celui de l’ACOSO avec Tristan. Le troisième de l’étape recevra une muleta.

     Beau succès pour cette journée ensoleillée de printemps, journée aussi de printemps taurin avec ces jeunes pousses et cette révélation, cette découverte, cette pépite, Manuel Román Alvarez, 16 ans. Retenez son nom. Vous pourrez l’accompagner dans sa conquête du Sud-Ouest à Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne et Plaisance-du-Gers… sachant que le second, Tristan, sera aussi à n’en pas douter, bien présent dans les plazas de notre région. Un beau duel à venir.

     Après Lagartijo, Guerrita, Machaquito, Manolete et El Cordobés, Manuel Román Alvarez, le futur sixième calife de Cordoue ?

                                                    Gilbert Lamarque

 

 

Voir les commentaires

MÉDIOCRE...

Publié le par Cositas de toros

 

                … autant s’embarquer sur le Titanic !

 

           1er mai, XXXIVe fête des Arsouillos, novillada.

 

Reportage photos : Laurent Bernède

 

            Hoyo, hoyo, braves gens, passez votre chemin ; au fond du trou la gitane !

 

Isaac Fonseca, une prière, en vain...

     Exceptionnellement, les absents ont eu raison. Nous attendions le TGV Hoyo de la Gitana, ce fut un tortillard !

     La locomotive, "Cabrero", le 4e, le plus lourd, prit trois piques, plus violent que brave ; les cinq wagons, "Distinguido", le 1er, d’armure courtoise, léger et faiblot ; "Guarimbero", le 2e, un clone du précédent ; "Parajito II", 3e, un peu plus remplumé ; le 5e, "Guarrero", le beau gosse, faible lui aussi et "Hospiciano", le wagon de queue, pas de force, pas de fond… rien.

 

"Guarrero", le beau gosse à son entrée...

   

... plus tard, renversant !

     

     Dur d’enflammer la tarde avec de telles allumettes !

Les trois garçons volontaires.

 

     José Rojo, lie de vin, torée le premier de la voix, tue mal.

Au quatrième, une série de derechazos puis de bonnes naturelles sur une corne gauche plus collaboratrice. Il termine mal mais a sorti le public de sa torpeur. Vuelta et arrastre applaudi, le seul.

 

     Manuel Diosleguarde, vert bouteille, est élégant, toréant finement mais ici, il fallait "rentrer dedans", avancer la jambe, provoquer la charge… Bref, il échoue aux aciers avec "Guarimbero".

     Avec son second, on retiendra quelques naturelles bien dessinées, une belle épée décisive, oreille.

 

     Isaac Fonseca, bleu lavande délavée, manquait de matériaux pour embraser les arènes. Que faire avec de tels pétards mouillés ? "Parajito II", les ailes brisées, s’affale dès les premiers muletazos après avoir effectué deux visites de courtoisie à "Daïda", le cheval de la cuadra Bonijol. Échec aux aciers.

     Avec le dernier, "Hospiciano", negro entrepelado bragado meano corrido axiblanco coletero – ça en jette sur le CV ! – , Isaac allume une mèche avec une série de cambiadas puis s’arrime provoquant des charges parcimonieuses, mais le cocktail est douceâtre, le public restant sur sa soif. Pétition après une entière muy delantera (pescuecera?). Oreille.

 

     « Où sont les femmes ? » chantait Patrick Juvet. Mais où étaient donc, la caste, la bravoure, la force ? Le cartel était des plus attractifs, immense déception. Le public avait boudé les arènes Maurice-Lauche, une demi-arène en comptant les bandas. Même le paso-doble "Iván Fandiño" joué après la mort du 3e novillo en hommage au torero d’Orduña, m’a semblé long.

     Pas de prix au meilleur tercio de varas, bien sûr, et merci aux bandas pour avoir répandu un peu d’alegría sur les tendidos. Les organisateurs pas récompensés de leur beau cartel.

 

     Le Mexicain, le bon élève de l’école taurine de Colmenar Viejo, faisait sa seconde apparition en France et dans le Sud-Ouest après Garlin. Cela aurait été un joli tremplin que cette novillada aturine de Hoyo de la Gitana pour la suite de sa temporada qui passera, toujours en ce joli mois de mai, par Valence, Séville et Madrid. Isaac y rencontrera un tout autre public pour de sérieuses confrontations avant le sacre au cœur de l’été dacquois. En ce jour du 11 août, il sera promu docteur en tauromachie des mains de José María Manzanares. Le bouillant petit aztèque, issu d’un milieu modeste, est à l’opposé de son indolent futur parrain, une plastique plus ingrate mais un toreo plus de proximité que celui saupoudré par le fils de . , consommateur d’une muleta démesurée.

 

     Le vainqueur du Bolsín de Bougue en 2017, Manuel Diosleguarde, a débuté en piquée en juin 2018 à Ledesma et cela semble une éternité, effet pandémie sans doute. À quand l’alternative pour le Salmantino débordant de classe ?

 

     José Rojo, fortement secoué par son second Sánchez Herrero, le 3 avril à Las Ventas, a débuté avec chevaux en septembre 2017. Excellent lidiador, lui aussi est aux portes de la consécration. Il sera à Vic pour défier les novillos de Raso de Portillo, ses compagnons du jour ayant décliné l’invitation.

                                                             Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

ARLES FERIA PASCALE

Publié le par Cositas de toros


             ANDRÈS ROCA REY
 

Des toreros trop discrets
             

      Évacuons tout de suite la problématique Luque. D’abord, sans l’indulto dont nous reparlerons plus tard, il n’aurait jamais coupé la queue. La faena fut jolie, sans plus, et pas réellement dominatrice. Devant son premier, d’Alcurrucén, il resta profilé et coupa une oreille de pueblo après entière au second envoi. Son second, de Carmen Lorenzo était quasi invalide et Daniel écouta le silence…

 


     Andrès Roca Rey fut le grand vainqueur de cette Feria pascale tant sa classe a éclaboussé ces trois jours. Devant deux La Quinta médiocres et de peu de caste, il a inventé deux faenas d’une grande élégance sans rien lâcher du dominio indispensable car si le 3 était noble, le 6 s’avéra avisé. Deux estocades concluantes d’effet rapide et les quatre oreilles tombèrent sans discussion.
     Ses collègues ne connurent guère de bonne fortune surtout par la faute de toros indigents. On notera les deux oreilles bienveillantes du local Juan Leal, les progrès du nîmois El Rafi et le minimum syndical de Joselito Adame. Ferrera fut décevant. Quant à El Juli et José Mari Manzanares, rien à dire.
     Du côté des novilleros, nous étions venus pour Raquel Martín mais nous n’avons pas vu grand-chose. Desservie au sorteo, son premier de Gallon était manso et de peu de forces et Raquel tua mal. Le dernier, de Talavante ne valait pas tripette mais la Salmantina s’est arrimée, oreille.

 


     La surprise est venue de Tristan Espigue d’Arles à qui échut le meilleur toro de la matinée, des frères Gallon. Le garçon a démontré une belle palette technique, un bon dominio pour une faena des deux côtés et méritera d’être revu.
     Yon Lamothe coupe l’oreille de ses deux toros mais sans réellement convaincre. Il laisse l’impression d’un travail inabouti, restant souvent loin des cornes. Bon tueur.
     Dans la novillada non piquée, aucun garçon n’a passé la rampe. On continue à mélanger quantité et qualité. On a l’impression qu’ils ignorent tout de la science des terrains…
 
Des toros indignes d’une arène de première. 
     Empresa et ganaderos pourront toujours se refiler la patate chaude. Mais la qualité des toros a été absente de cette édition. D’abord, 8 toros sur 18 avaient 5 ans et plus.
     À l’évidence, on liquide encore les camadas du Covid. Trois fois deux toros pour le mano a mano, ça fait un peu beaucoup ; évidemment, le prix d’achat n’est pas le même. Mais c’est la qualité qui a vraiment laissé à désirer. 9 toros sur 18 vraiment faibles.

 


     "Aldeano", le toro gracié de Victoriano Del Rio, est un bon toro, brave en deux rencontres, de bonne caste mais sans plus, pas trop costaud puisqu’il chute deux fois. Daniel Luque l’entreprend sur le passage et comme le toro colle un peu, le torero se croise un petit peu et là, le toro fait preuve d’une noblesse confondante qui flirte avec la sosería ; comme il s’est refait la cerise et qu’on ne le contraint pas, il passe et repasse. C’est donc un bon toro pour le torero qui torée le public pour la suite que l’on sait. Toro ordinaire qui a bénéficié des sorties précédentes de toros sans caste, sans force, sans bravoure, ramassis de desecho de tienta malgré le prestige des noms comme Alcurrucén ou Carmen Lorenzo. J’ai ressenti une grande tristesse. Le président a tenté mais n’a pas réussi à éviter le mouchoir orange, poussé par un public dont certains éléments ont développé une forme d’hystérie avinée qui m’a saisi. Mon voisin du dessus était de ceux-là, enragé devant la résistance du président. Et dire que l’empresa y a mis son grain de sel. Lamentable.
     Cet indulto a fait oublier le reste de la course…
     Le lot de La Quinta fut décevant, faible, fade, manso. Deux vueltas injustifiées accordées aux deux toros inventés par Roca Rey.
     Les Jandilla sont sortis faibles et furent très peu piqués en deux rencontres. Leur noblesse molle a permis aux toreros de travailler mais sans plus. Peu de répondant et pas de transmission.
     À noter la sortie honorable des becerros de Tardieu, dont deux furent dotés de vueltas posthumes étranges pour du bétail non piqué.
     Trois Gallon en novillada piquée dont un bon et trois Talavante de peu de qualité.
 
     La première feria importante française est toujours instructive.
     D’abord, Emilio de Justo blessé à Madrid fut très regretté car à l’évidence, la relève n’était pas à Arles. Il ne faudra pas se précipiter pour la composition des cartels et attendre les résultats des grandes ferias espagnoles, notamment Madrid ; peut-être dénicherons-nous quelques perles. Andrès Roca Rey n’est pas prêt à être détrôné.
     Côté choix des toros, le nom des élevages ne suffira pas et les commissions taurines devront être attentives aux âges et aux conditions d’élevage. Il y a eu de la sécheresse et le bétail a maigri pendant l’hiver. Les bourrer de pienso trois semaines avant la course rend les toros lourds et mous. 
     Enfin les empresas doivent tenir compte de la désaffection du public. Le Covid est passé par là mais aussi le manque d’argent. A l’ignorer, la tauromachie est en péril.
Mais il est vrai que ce n’est pas d’hier
                                          Dominique Madera

Voir les commentaires

Mécompte Pascal

Publié le par Cositas de toros

                 MUGRON PÂQUES TAURINES

 

            Guère besoin de la machine à calculer qu’inventa un auvergnat, un certain Blaise… Pascal. Il faut être auvergnat pour une telle invention ! L’heure des comptes et mécomptes est arrivée et le bilan est maigre sur le plan ganadero. Le résultat est bien inférieur aux espérances et à 2021 avec ce même fer.

 

     Le "belvédère de la Chalosse" du haut de ses 90 mètres accueillit l’aficionado sous un ciel inhospitalier chargé de lourds et sombres nuages. Mauvais présage.

 

     Lundi 18 avril

Reportage photos : Frédéric Martínez, sauf mention spéciale

NSP matinale.

    Trois erales d’Alma Serena, nobles, légers les deux premiers, mieux nourri le troisième. Vuelta al ruedo qui ne s’imposait pas pour le premier. Pourquoi pas, alors, au deuxième, braillard ? Les arènes de Condrette garnies aux 2/3.

 

     Tristan Barroso a de l’allure, parfois il en rajoute. Il reçoit "Tabiolo" dans un élégant capote suivi d’un quite d’Andoni Verdejo. Lors du tercio de banderilles, je m’interroge, médisant, sur la retraite à 65 ans envisagée par le candidat-président et l’état de certains peones : quel calvaire, et l’aficionado de souffrir sur les tendidos ! La faena s’éternise, l’eral est faible des antérieurs et malgré cela Tristan a du mal à endiguer la fougue de l’animal : désarmés et accrochages. Une entière concluante, deux oreilles et vuelta pour "Tabiolo" ! En voici encore un qui confond Noël avec Pâques ! c’est un peu agaçant. Tristan quoiqu'un peu distant avec la muleta est au top de sa préparation.

 

     Andoni Verdejo est presque inédit, il débutait vêtu de lumières, l’an passé, ici, le 20 juin, les organisateurs mugronais ayant fêté les Pâques Taurines le 20 juin. Il s’entend bien avec "Nocturno" à la cape qui se montre douillet aux palitroques. L’élève d’Adour Aficion est appliqué, sobre, aux antipodes de son compañero. Le novillo est plus violent et distribue quelques coups de tête. Le garçon, sincère, se laisse parfois déborder d’où quelques séries droitières brouillonnes mais certaines "templées". Andoni termine promené vers les tablas. Demie pasada, l’oreille tombe du palco. Andoni, calme et serein, et avec un peu plus de métier, nous pouvons attendre de belles choses.

     Tristan est élu pour toréer le troisième, "Airoso" – que l’on peut traduire par gracieux – le plus baraqué. Il se blessera au sortir d’un capotazo et la faena n’eut guère d’intérêt. Sur l’air de "Aire tun txikitun", Tristan à genoux voltigera sans mal. Échec aux aciers et vuelta, décidément…

     Tristan, vainqueur et Andoni reçurent la récompense de l’ACOSO.

     À l’issue du paseo, Tristan avait recueilli le prix des Critiques Taurins du Sud-Ouest et celui de l'Union des Clubs Taurins de France pour sa temporada passée.

 

Novillada piquée.

     En ce lundi de Pâques, certaines âmes alourdies par les agapes se sont perdues vers l’abbaye bénédictine de Maylis, allant chercher la plante "miraculeuse" drainante et détoxifiante, la "Plante de Maylis", le Lépidium latifolium. C’est donc tout frais et alerte, débarrassé de quelques congestions digestive, biliaire et rénale, que l’aficionado prit place, l’organisme reposé sur les tendidos de la coquette arène de Condrette. Remarquons que tous n’avaient pas pris la même tisane ! N’allez pas croire non plus que les bons moines produisent la Bénédictine pourtant aux valeurs digestives reconnues !

     Les arènes remplies aux 3/4. Le soleil, aficionado, s’invitant au meilleur de la tarde.

Finito, le 1er

   

L'autre Finito, le 2e © Laurent Bernède

 

Morisqueto, le 3e

 

Rabanito, le 5e

     Six novillos de José Cruz bien présentés, accusant une certaine faiblesse, discret au cheval, nobles mais transmettant peu, excellent le 6e.

 

 

      Yon Lamothe était attendu sur ses terres voisines et il (me) déçut. Auréolé de ses deux trophées arlésiens de la veille, il retomba dans ses travers. "Finito", negro, fut mal mis en suerte, s’avérant faible par la suite. Le Landais toréa à mi-hauteur. Il ne s’arrima pas vraiment et conduisit un travail majoritairement droitier qui ira a menos. Entière delantera, maigre pétition et oreillette (avis).

     "Alcoholito"… tituba légèrement après le tercio de varas, une pique prise avec générosité, une autre mal exécutée, clôturé par une vuelta de campana. Il n’en fallait pas plus à ce joli exemplaire pour s’éteindre avant l’heure.

     Manolo de los Reyes allumant quelques mèches au deuxième tiers. Il n’y aura donc pas de faena et Lamothe se montrera piètre tueur. Silence.

 

     Le Murciano Jorge Martínez, cinquième du dernier escalafón, a connu une excellente temporada 2021. Il pèsera certainement cette saison même s’il démontra cette après-midi un visage brouillon puis beaucoup plus subtil empreint de personnalité.

     L’autre "Finito", un castaño, ne prendra qu’une pique discrète. Le novillo, noble, sera conduit dès l’entame de la main gauche puis par derechazos, certain avec temple. Le final sera plus réussi et Martínez saluera après avoir failli à l’estoc.

© Laurent Bernède

     "Rabanito" est faible et noble. Jorge est à l’aise à la cape. Les banderilleros José Ruiz et Juan Rojaz sont invités à saluer. Le José Cruz marchera plus qu’il ne chargera collé à l’étoffe. Le Murciano fit sauter le sparadrap, toréant sur un autre rythme à mi-hauteur, alignant de bonnes séries avec le geste et le sitio, de la suavité dans les passes. De là à écrire que la faena s’envola… ! Le soufflé retomba malgré l’épée entière dans la croix, deux avis sonnèrent et les coups de cruceta s’enchaînèrent. Vuelta malgré tout, le novillero ne cachant pas sa peine.

 

     Solal Calmet  "alla au charbon" dès la cape, l’imposant "Morisqueto", le cadet de l’envoi (02/19) déborde de fougue. Il ne prendra qu’une pique adroite et fera lui aussi une vuelta de campana prouvant que les cloches sont bien revenues de leur périple. Encore un bicho qui ne transmet pas, le Nîmois enfilant des séries des deux mains dont quelques naturelles templadas. Pinchazo, entière caída, trois descabellos, palmitas.

     Solalito aborde son second avec la détermination du revanchard et toujours plein d’alegria. Face à "Alocado", il fit rugir les gradins lors d’un superbe tercio de banderilles terminant aux planches par un quiebro d’école. Débutant sa faena à genoux par largas, il sert de belles séries "templées" et son plaisir se grandit tout comme son travail, additionnant pour terminer plusieurs naturelles de belle facture. Les oreilles d’"Alocado" tomberont mais c’est sans compter sur cette maudite demie bien placée non concluante qui appellera une quinte de descabellos, la quinte – l’autre – pour le Nîmois. L’arrastre est applaudi, Solal effectuant la vuelta.

 

Jorge et surtout Solal sortiront sous une chaleureuse ovation.

Les José Cruz de l’édition 2022 en-dessous de celle de l’an passé.

 

Nous rentrâmes avant la nuit pour accomplir nos dernières prières, les complies.

 

"Allez en paix mes frères". © Laurent Bernède

                                                  Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

PAS SI CLOCHE...

Publié le par Cositas de toros

          AIGNAN PÂQUES  2022

 

 

      Dimanche 17 avril, corrida pascale.

Reportage photos : Frédéric Martinez

     Excessif, l’aficionado préférant sacrifier le toro plutôt que l’agneau ? Curieux, cet acte païen : tuer le Dieu Toro pour fêter la lumière, la renaissance de la nature. Si nous vivons ce jour, en marge de la Passion du Christ, Aignan fête les toros et lance la saison taurine en terre d’Astarac.

     Les toros de Pagès-Mailhan sont venus au sacrifice depuis les Jasses de Bouchaud sur la route des Saintes-Maries. Les sangs des origines ont été peu à peu éliminés, aujourd’hui remplacés par la sève – printemps oblige – émanant de la ganaderia charra de Julio García Hernández, du pur Fuente Ymbro (vaches et étalons).

 

     Belle chambrée (3/4 d’arènes), temps chaud et venteux, puis sur la fin, frais et venteux.

 

Uron 09 04 2018

   

Bocadito 23 03 2018

     

     Amené par Pascal Mailhan, un joli lot homogène de cuatreños – seul le dernier, cinqueño – capta notre attention tout au long de la tarde. Bien armés, exception faite du 6e, bien bâtis – seul le 3e plus léger, plus fin mais aussi très compliqué – avec une mention spéciale pour le 4e que Javier Castaño sut mettre en valeur lors du tercio de varas : une belle course partant toujours de plus loin jusqu’à plus de vingt mètres pour le dernier et troisième galop, sans freiner des quatre sabots devant la pièce montée. Remis en suerte pour un regatón, ne s’élançant pas, le torero coupa court. Ovation à "Becadito", n° 896, negro bragado, né en mars 2018. Le moment de l’après-midi.

     À l’issue de la course, le ganadero affichait humblement sa satisfaction. Cela ne fait que six ans pour cette nouvelle aventure avec le sang Fuente Ymbro et la conclusion de ce dimanche est encourageante.

 

     

     Javier Castaño, à 42 ans, n’est plus un perdreau de l’année ou, pour être dans l’actualité, un agneau de lait : vingt ans d’alternative, la vie et les toros ne l’ayant pas épargné. L’un des spécialistes du toro "dur" qui, loin des Miura, Escolar Gil ou Victorino qui furent son quotidien, affrontait à Aignan du Fuente Ymbro. On se rappelle de Javier et de sa cuadrilla de rêve. Il y a chez le Castillan, un petit air de Luis Francisco Espla dans son exécution de la lidia, mettant en valeur picadors, banderilleros et toros et, lors du dernier tercio, ce détail, souvent coiffé de sa montera, autre clin d’œil à Espla. Bon chef de lidia, un plaisir de le revoir.

     "Canalla", negro, ouvre le bal. Après deux piques bien exécutées mais discrètes et un quite de Thomas Dufau, le tercio de banderilles est sans accroc en un minimum de capotes, trois paires réglées en quelques secondes. Le toro "cité" de loin, répond, cabeceando sur une première série de derechazos. Musique, main plus basse. La faena est courte, une demie suffisante. Oreille, arrastre applaudi.

     Puis vint le tour de "Becadito" et ces beaux instants à la pique. Javier montra envie et application, multipliant les séries des deux mains. Le Pagès-Mailhan, con poder, présent tout du long de la faena, resta bouche cousue jusqu’au coup de rapière, le manso con casta un ton au-dessus du maestro. Lame entière contraire, bon descabello. Mouchoir bleu, pétition des tendidos et le mouchoir blanc longtemps caché libéra l’oreille.

     

     Thomas Dufau, 31 ans, avait débuté en piquée ici en 2009. Onze ans déjà d’alternative, c’était à Mont-de-Marsan le 15 juillet 2011. À Aignan, il passa totalement à côté de ses toros. Autant avec "Uron" qu’avec "Jitanillo" les mises en suerte au canasson furent des plus approximatives, Mathieu Guillon terminant le travail avec le second. Sans confiance, il ne sut pas intéresser "Uron" qui n’avait qu’une envie, rompre et se cavaler. Il fallait lui laisser l’étoffe sous le mufle. Séries de redondos, entière hasta la bola, le bicho, gueule fermée, ne tombe pas. Le Landais commet l’erreur d’attendre faisant le nécessaire pour oublier le descabello. Deux avis sonnent et deux descabellos se succèdent. Salut aux tiers.

     Cela empira avec "Jitanillo" plus compliqué. Usant du pico à l’excès ainsi que du petit pas en arrière, il cria plus qu’il ne toréa. Avis, échec aux aciers, silence. Était-il déjà à Madrid où un rendez-vous plus important l’attend, hors San Isidro ? Il sera confronté le 24 avril aux doux fers de Los Maños et de Saltillo : rien de rassurant.

 

     David Galvan, lui aussi a débuté avec picadors à Mugron en 2010. Dix ans d’alternative, le trentenaire torée peu ayant connu de grands moments comme novillero. La suite fut plus compliquée mais le Gaditan a gardé toute son envie malgré les onze coups de corne reçus en peu de temps dans sa carrière.

     Le n° 894 (?), le bel inconnu que nous n’avions pas sur notre sorteo (suite à des problèmes lors de l’embarquement, était le plus léger de l’envoi, bien armé. David se coltina le pire (le moins bon) de l’après-midi qui l’avertit bien vite. Le torero trouva un second ennemi avec le vent soufflant par rafales. Le bicho n’"humiliait" pas et décochait des coups de tête désordonnés. Entière, oreille (?!), le président confondant Noël avec Pâques.

     Avec "Codillo", n° 777, le negro cinqueño (avril 2017), rentra avec la corne gauche en pinceau, David se montra à son avantage : relâché, main basse, les muletazos s’enchaînèrent avec élégance, les plus beaux de la tarde. L’entière qui suivit fit tomber le pavillon, mérité celui-ci.

   

      Sortie a hombros pour Javier et David.

     Une après-midi attractive, des tendidos bien garnis, un président, Arnaud Imatte, long à la détente, un lot sérieux sans beaucoup de transmission, certes. Aignan, village d’environ 700 habitants a réussi ses Pâques 2022. Quelques aficionados supplémentaires auraient comblé les organisateurs d’Aignan y Toros.

 

     

     En matinée, devant 1/3 d’arènes, 4 erales sérieux de l’Astarac – le quatrième aurait eu 3 ans dans un mois – causèrent quelques soucis à Juanito et Miriam Cabas de l’école taurine "Campo de Gibraltar". La jeune novillera entendit les trois avis avec le sévère second. La torera était quelque peu abattue. Juanito, après l’oreille du premier, transpira malgré la fraîcheur matinale avec le troisième poseur de problèmes.

                                                            Gilbert Lamarque

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>