Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #resenas tag

ARNEDO. XLIV ème ZAPATO DE ORO (ép-2)

Publié le par Cositas de toros

DU MERCREDI 27 SEPTEMBRE AU DIMANCHE 1er OCTOBRE

ARNEDO. XLIV ème ZAPATO DE ORO (ép-2)

  Samedi 30. 4e de feria. Un franchute dans le vacarme.

17h30. 1/3 d’arène, le dôme est fermé.

6 José Escolar (Lanzahita – Avila) à la présentation irréprochable, encastés, exigeants, au jeu varié mais aux cornes courtoises. Le 6e, Pajarito reçut le mouchoir bleu.

El ADOUREÑO remplaçant Tibo GARCIA fut le plus en vue, perdant les trophées faute de réussite aux aciers (rare lorsqu’on lit les résultats) pour Juan MIGUEL : silence et vuelta, M.A. PACHECO : salut avec avis et silence et Yanis El ADOUREÑO : vuelta et vuelta.

J. MIGUEL se laissa vite déborder, recula et ramassa la muleta sur le sable. Entière, descabello. La faena uniquement droitière. Commotionné après une voltereta, nous avons eu droit à la tauromachie d’un désespéré, sin zapatillas (ça ira beaucoup mieux!). Musique, désarmé, un avis et entière concluante. Ce garçon a débuté en piquée le 15 Août 2011. Il transpira aujourd’hui avec le lot le plus difficile.

PACHECO remplaçait Adrien SALENC, il hérita d’un lot moyen. Après un bon capoteo, une pique et des séries déterminées des deux bords, il pincha avant une entière tendida. Avec son second, cardeno bragado qui prit deux vilaines piques, il visita le ruedo. Epée en place, descabello.

Après brindis à J. ESCOLAR et El FUNDI (comme ses collègues) Yanis servit une faena sur un bon novillo qui se laissa toréer sur les deux cornes, écoutant les premiers  « OLE »  de la tarde. Il sut en profiter avec temple. Une épée contraire après un raté. La présidence de marbre ne cédant pas devant une forte pétition, put savourer une belle bronca malgré le vacarme ambiant. L’ultime, Pajarito né en avril 2014 est brave et encasté. Il prendra une grosse et unique pique bien administrée par Laurent LANGLOIS (ovation). Brindis au public. Derechazos chaudement applaudis. Il cite de plus loin le cornu qui déboule mais Yanis est court devant la classe du bicho qui dirigea les débats. Le français ne fut qu’un élève appliqué et Pajarito lui permit la vuelta après un nouvel échec aux aciers : deux pinchazos, une bonne demie.

Le « Petit Oiseau » ne permit pas l’envol de Yanis qui sut par contre ne pas allonger la faena.

Cancion de cuna : « Pajarito chino de color añil, canta que mi niña no quiere dormir. Pajarito chino de color punzo, calla que mi niña ya se duermio ».

Non pas de berceuse dans l’Arena ! Impossible. Heureux les sourds et les mal entendants !

 

Le XLIVe Zapato de Oro est revenu à Yanis El ADOUREÑO sans couper un trophée. Il a laissé une bonne impression. Quant à moi, il m’a laissé sur ma faim. A revoir certes, en France assurément. Sympa et bouillant, il communique bien.

Prix du meilleur piquero, Laurent LANGLOIS qui piquait donc en second pour Yanis, l’Escolar au doux nom de Pajarito. Vuelta al ruedo en associant  les cinq autres.

Le prix à la ganaderia la plus complète à Escolar Gil, et Pajarito celui du novillo le plus bravo (qui succède à Bastonito de Baltasar Ibàn). L’année dernière, le 30 Septembre, les deux premiers Escolar étaient rentrés vivant aux corrales !

Meilleure estocade à J.E. COLOMBO.

Meilleure paire de banderilles : Raul CERVANTES.

Meilleur toreo de cape : J.E. COLOMBO.

Meilleure série de naturelles : Carlos OCHOA.

El ADOUREÑO succède à Leo VALADEZ et il peut remercier CARALEGRE (3e) et Pajarito (6e).

Au 1er Octobre, il est 8e de l’escalafon avec 18 novilladas, 35 novillos tués, 32 oreilles, 2 queues car le lendemain à Mojados (Valladolid) il a coupé 2 oreilles (1+1).

 

                                                                                                Gilbert LAMARQUE

 

P.S: Pour le plein écran, cliquez sur le A.

Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.

Les photos sont de Fred Martinez.

Voir les commentaires

ARNEDO. XLIV ème ZAPATO DE ORO

Publié le par Cositas de toros

DU MERCREDI 27 SEPTEMBRE AU DIMANCHE 1er OCTOBRE

                                    ARNEDO. XLIV ème ZAPATO DE ORO

Vendredi 29. 3e de feria. Les 37 ans d’Ivàn.

17h30. 1/3 d’arène, le dôme est ouvert. Quelques instants de silence (les seuls) pour Ivàn FANDIÑO qui aurait fêté son anniversaire.

6 novillos de Los Ronceles (Vilches – Jaèn) aux multiples origines Domecq, au jeu souvent fade, homogènes en trapio et armures pour le leader de l’escalafon, J.E. COLOMBO : silence et oreille avec avis, D. CARRETERO : vuelta avec pétition et silence avec avis et A. GARDEL : oreille et silence

 

Le vénézuelien passa sin pena y gloria avec le 1er. COLOMBO hérita de Flamenco tout comme gigot / haricots ou ABELLAN / Pacharan pour la rime. Le colorado prend une grosse puya et met le feu aux banderilles (à ne pas confondre avec banderilles de feu!). Jesus torée un peu trop avec le pico. Retenons une estocade hasta la bola qui décrocha un pavillon. Il domina malgré tout Flamenco.

D. CARRETERO plus discret fit la vuelta au 2e après entière delantera. Il avait su baisser la main. Il n’avait aucune option avec le 5e.

A. GARDEL, le madrilène torea de verdad son premier opposant sans toutefois le dominer vraiment. Le banderillero Raul CERVANTES salua. Une oreille lâchée difficilement par le palco après entière concluante au second envoi. Avec le dernier, il n’a pas su résoudre les problèmes du compliqué Salado, un magnifique negro mulato, le plus beau du lot. 3/4 d’acier. Mais Alejandro est plein d’allant et bien sympatique.

A noter, deux batacazos !!! Les courants d’air certainement

Gilbert LAMARQUE

P.S: Pour le diaporama plein écran, cliquez sur le coin de ciel.

 

 

Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.
Les photos sont de Fred Martinez.

Les photos sont de Fred Martinez.

Voir les commentaires

VICTORINADE SAINT SEVERINE

Publié le par Cositas de toros

VICTORINADE SAINT SEVERINE

Arènes du Plumaçon de Mont de Marsan samedi 30 septembre 17h. Il fait un temps à ne pas mettre un aficionado sur les gradins (frais et humide) mais bon, les Victorino et le retour de Mathieu ont fait que la course s’est déroulée devant une petite moitié d’arène.

Victorino Martin a envoyé un lot de toros homogène, bien dans le type de la maison, correctement présentés et bien armés, astifinos pour la plupart et bizco le troisième. Bon comportement dans l’ensemble avec un premier exigeant, un dernier qui demandait les papiers avec qui il ne fallait pas perdre la tête, les 2 et 5 permettaient plus à condition de s’imposer, le troisième était soso et le quatrième faible. Tous ont fini le combat boca serrada, sont allés au cheval sans trop de bravoure, le dernier manso ne poussant pas et sortant seul. Le quatrième  a été mis en suerte quatre fois au cheval, les deux premières quelconques, puis il s’allume à la troisième partant de loin avec alegria. Mis en place pour une quatrième, apparaît la pique de tienta (mon amie) ! Le toro ne part pas, le piquero ne prend pas le terrain et le président demande le changement au moment où le toro démarre… cacophonie ! Le lot à pris dix huit piques. Le nombre est non significatif, à mon sens les troisièmes n’étaient là que pour justifier le titre de ce spectacle, à savoir : "corrida intégrale"

Les piétons ont été pour la plupart à  la hauteur de la situation.

Emilio de JUSTO a une fois de plus confirmé son rang. Il a su dominer son premier très exigeant sur les deux rives grâce à sa technique, les trois essais à l’épée le priveront d’un trophée. Avec son dernier, juste de force, il a inventé un toro en lui apprenant à charger et à répéter. Il finira par deux séries de naturelles extraordinaires d’engagement, de temple de dominio et de relâchement, un modèle du genre. Malgré une nouvelle déconvenue aux aciers, il coupera une oreille.

 

El MONTEÑO, dont c’était le retour dans le ruedo du Plumaçon après son alternative manquée, était nerveux et cela c’est vu. Pas très en confiance sur son premier, il ne s’engage pas, recule dans les passes, il se reprend un peu en milieu de faena. Pour finir, les vieux démons  le poursuivent  et sa mise à mort est très laborieuse. Il entendra un avis et quelques applaudissements d’encouragement. A son second, l’entame est du même tonneau, il banderille avec aisance (à son premier, il avait partagé les palos avec Manolo de los Reyes). Sa faena de muleta connait un début approximatif. Il n’allonge pas assez la charge et retire la muleta du museau sans lui donner la sortie. Son manque d’assurance et de technique ont fait qu’il est resté en dessous des possibilités qu’offrait cet animal. Une bonne épée entière et concluante ne lui permettra pas de couper l’oreille demandée par une petite partie du public, et devra se contenter de saluer aux tablas.

 

Manolo VANEGAS, jeune torero d’alternative a surpris beaucoup de monde par sa maturité, sa vista, sa technique et son courage. Son premier est faible et tardo. Manolo essaye de raccourcir les distances  mais la faena va très vite a menos. Il en termine laborieusement avec l’estoc et salue aux barrières. Son second, après trois piques prises en manso arrive à la muleta, dangereux et avisé. Manolo se fera bousculer sans gravité à deux reprises, mais il accepte le combat et arrive à s’imposer par sa technique.Il termine par trois séries superbes en contrôlant la charge. Faena courte, mais intense. Il conclue son trasteo avec une entière légèrement tombée portée avec sincérité et un gros engagement. La grosse pétition qui suit lui permet de récolter un trophée largement mérité.

En conclusion, je reprendrai la remarque d’un ami à qui je "textotais" le compte rendu :

 "En gros, de JUSTO et VANEGAS confirment leur niveau, El MONTEÑO…aussi".

Cada uno en su sitio

 

Prix au triomphateur : Emilio de JUSTO

Prix à la meilleure faena : Emilio de JUSTO

Prix au meilleur piquero : SANGÜESA (cuadrilla de Mathieu Guillon pour son intervention au 5ème)

Président : Philippe LALANNE

Ciel chargé, plafond bas, humidité ambiante, température automnale. Vivement que l’on retrouve el sol y las moscas.

 

El Orense

PS: Pour le diap plein écran, cliquez sur le A.

VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE
VICTORINADE SAINT SEVERINE

Voir les commentaires

DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)

Publié le par Cositas de toros

. TOROS Y SALSA

 (À l’aigre douce)

DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)

Dimanche 10 : 17h30

Arènes de DAX (toujours) ciel bleu, soleil de retour, température fraiche, quasi lleno (9/10).

Président : Jean Charles BOUE

Faut avouer que l’affiche était alléchante. Imaginez un peu un mano a mano Enrique PONCE et Andres ROCA REY, Le Roi face au Prince consort. Nous allions voir si le rocher royal allez devenir le méchant petit caillou dans la zapatilla de son Altesse Enrique 1er.

L’enjeu était là, le défi était lancé et, bizarrement, cette affiche n’a pas rempli les arènes du parc Théodore DENIS, «comme y disent chez nous à Dax, la Maestranza française.

Je dois vous avouer que je sature un peu et je vais donc vous la faire courte. En ce jour, les absents ont eu raison. Face à ces monstres de la tauromachie, 6 ersatz de toros.

2 Domingo  Hernandez (1 et 6) le 1 vite éteint et le 6 manso.

2 Nuñez Del Cuvillo (4 et 5), le 4 sort seul des piques, doloroso aux banderilles arrive en meuglant à la muleta et terminera en marchant. Le 5 manque d’alegria, vite arrété, banderilles stoppées à 2 paires.

2 Puerto de San Lorenzo (2 et 3), le 2 faible se met à genoux devant le groupe équestre et tombe à la deuxième pique. Le 3 sort faible, après une 1ère pique un peu chahutée et fermée, il tombe deux fois avant la seconde ! Encore un qui ne durera pas à la muleta.

Enrique PONCE, nous a fait du PONCE mais ne m’a paru très investi, il nous a offert la version Poncif de son toreo. Un petit effort sur son dernier (Nuñez del Cuvillo) ne lui permettra pas de recevoir plus que quelques applaudissements polis (Quand sa Majesté bosse, la moindre des choses est que le peuple apprécie).

Andrés ROCA REY m’a paru plus motivé que son ainé. Le fait qu’il réussi à faire durer son 2ème opposant dans sa muleta (Puerto de San Lorenzo) lui vaudra de couper le seul pavillon de la soirée.

En fait vous l’aurez compris, nous nous sommes ennuyés grave sur les étagères dacquoises. Cette corrida de clôture aura été du même tonneau que la feria en général, morose, et même disons le, remplie de grand moments d’ennui. Il faut toute fois souligner quelques éclaircies au milieu de cette grisaille taurine : Juan BAUTISTA, Gines MARIN, Sébastien CASTELLA et même à un degré moindre TALAVANTE durant la feria mais surtout à retenir l’actuaciòn de Emilio DE JUSTO pendant Toros y Salsa.

Ainsi s’achève la temporada dacquoise et si Dieu le veut à l’année prochaine.

El Orense

P.S: Pour le diap plein écran, cliquez sur le toro.

 

DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-3)

Voir les commentaires

DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)

Publié le par Cositas de toros

DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)

TOROS Y SALSA

 (À l’aigre douce)

Dimanche 10 au matin :

Une nouvelle fois : Arènes de Dax 11h, temps incertain avec paseo retardé de 30 minutes, soleil qui pointe son nez à 11h15, débâchage terminé à 11h28, paseo débute  11h30. Un peu de pluie au 3ème, je crois (m’en fout un peu, j’étais couvert moi…). Pas à dire, ils sont fort ces dacquois, en tous cas  mieux que la sortie bayonnaise…

A l’affiche de la matinale, 6 novillos de Jose CRUZ, faibles pour au moins quatre d’entre eux, vite éteints, quasi inexistant au 1er tiers, pour un cartel international :

Jesus Enrique COLOMBO : Salut aux medios après avis et 2 oreilles (!!!) après avis,

Diego CARRETERO : Silence après avis, 1 oreille (re !!!),

Tibo GARCIA : 1 oreille et silence.

Vous l’aurez compris, la faiblesse des pensionnaires de « Cabezal Viejo » à ENCINAS n’aura pas permis aux aspirants toreros d’exprimer la totalité de leur talent.

J.E. COLOMBO nous gratifia de sa toreria fleurie sud-américaine, artiste mais superficiel, pas grave, ça plait. Son 2ème opposant doté de plus de force lui permettra de couper 2 oreilles (généreuses)

Diego CARRETERO lui est sur la suite logique de ce qu’il nous a montré il y a une 15aine à Saint-Perdon, pas  beaucoup d’entrega, pas beaucoup croisé, pas beaucoup de variété en fait pas beaucoup de grand-chose. Sa grosse épée au 2ème lui permettra de couper 1 pavillon tombé d’on ne sais où.

Tibo GARCIA a hérité avec son premier adversaire du meilleur novillo de cette matinale pas beaucoup piqué voire quasiment pas ! Il fera une faena appliquée variée, dominatrice et templée surtout à gauche, tuera plutôt bien : grosse entière au 2ème essai et coupera 1 belle oreille. Son second trop faible ne lui offrira aucune possibilité.

Arènes de Dax, alternance de gris, de pluie pour finir sous un beau soleil. Entrée très confidentielle (1/4 peut être moins)

Présidence (généreuse) : Franck LANATTI

El Orense

P.S: Aujourd'hui pour le diap plein écran, il vous faudra cliquer sur la jupette de la dame.

DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)
DAX . TOROS Y SALSA (ép-2)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>