Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

COHABITATION

Publié le par Cositas de toros

Par Gilbert LAMARQUE

 

 

Ours, lynx, loups, taureaux, chiens, couvées...

                             

                                   

                                          

 

 

  

       L'homme d'un côté, le reste du monde, de l'autre.

La nature propose, l'homme dispose. Suivant son bon plaisir et (ou) ses intérêts, il fait le beau temps et plus souvent la  pluie.

Le XXIe siècle sera celui de l'animalité ou ne sera pas.

Longtemps étayé par le droit selon lequel l'animal n'est rien de plus qu'un bien meuble, il faut attendre 2015 pour que le Parlement reconnaisse les bêtes comme des "êtres vivants doués de sensibilité". Le Code civil a suivi. Mais ceci, nous le savions déjà.

Le sujet s'impose pour la première fois comme un véritable enjeu sociétal dans le débat public. La souffrance animale est prise au sérieux, la lutte contre les discriminations et la défense des minorités opprimées passent à la vitesse supérieure.

L'heure est aux excès avec comme exemple, l'extrémisme végan qui sème la terreur sur les réseaux sociaux. La légion de la cause animale, radicale et sectaire ne la sert pas, trop de caricatures. Tant mieux.

Nous traitons le chien comme un membre de la famille, nos animaux de compagnie comme des êtres à part entière parce que nous les aimons.

La souffrance de ceux qui sont élevés en batterie ne nous touche pas, ou si peu, faute de lien émotionnel avec eux. Nous occultons tous les faits qui nous dérangent.

Allez expliquer que nous aimons le taureau de corrida et que nous nous réunissons telle une secte pour le voir combattre et mourir !

Deux ourses sont programmées cet automne par le ministère de Nicolas Hulot pour venir sauver la race dans les Pyrénées occidentales (annonce du 26 mars). Aye ! Branle-bas de combat, députés et autres élus locaux montent aux créneaux, les bergers menacent. Aucun effort de la part de ceux-ci pour protéger leurs troupeaux, et pleuvent les intimidations. Quant à ces pauvres politiciens de pacotilles, ils sont à la pêche de quelques minables bulletins électoraux.

L'homme doit négocier avec la nature, cohabiter avec l'ours, le lynx, le loup... le renard et la belette (air connu). En fait, on élimine tout ce qui nous dérange sans se poser les questions essentielles sur la déforestation, l'intensification de l'agriculture. Tout pour ma gueule !

Laissons à l'animal des territoires, engageons des hommes, adoptons des chiens (les patous), regroupons les brebis la nuit, etc. Les politiques du cas par cas, de la nuance doivent triompher.

Quant au taureau, n'est-il pas le plus heureux, choyé dans un campo immense ?

Sachant qui plus est, que Manu, le Président de certains Français, lui, défend la corrida ! Notre Jupiter, tonnerre de Zeus !

Mais si Messie.

 

 

 

                                                                         Gilbert LAMARQUE

Voir les commentaires

Madeleine fait dans lard.

Publié le par Cositas de toros

      

Par Gilbert LAMARQUE

 

Commençons par l'affiche cru 2018, ambassadrice de notre feria.

       Botero. Torero, 2016 : rotondité, corpulence, embonpoint...

 

Je ne vous ferai pas l'affront comme nos édiles et responsables des hautes instances tauromachiques - samedi 7 avril, 11 h, arènes du Plumaçon - de vous préciser qui est Botero.

Personnellement, je trouve le sujet sympa, bien en phase avec la Madeleine.

Un toro ou un picador aurait été du plus mauvais effet !

Sachez tout de même, pour les distraits que Botero n'a pas créé cette œuvre spécialement pour la feria montoise.

Ensuite, il nous fut désagréable à nombre d'entre nous de voir s'égréner la fin de matinée au Plumaçon dans un tel contexte.

Entre les péroraisons de l'un (le seul, l'unique) et les platitudes des autres (la majorité), tout ce petit monde manifestement heureux de se retrouver, semblait ignorer parfois qu'il y avait un public sinon respectueux, au moins respectable. Affligeant.

Et tout ces babillements (c'est mignon), pour nous dévoiler des cartels à demi- périmés.                                                                                                               

     

Résumons : il y aura trois contrats dont seront privés de valeureux et méritants toreros. La faute aux deux mano a mano des 4 cavaliers de l'apocalypse, (des 4 sénateurs dans ce contexte, serait plus approprié), et la répétition de Juan Bautista.

Mano a mano au Moun, à Saint-Sever, celui de Villeneuve - celui du 1er mai à Aire, tout à fait compréhensif par le choix de trois élevages - d'autres mano a mano en préparation et (ou) oubliés par ma mémoire sélective, et enfin le solo de Dax. Ceci dans l'air vicié du temps présent.

Nos 4 sénateurs n'allant pas "se tirer la bourre". Ils se feront des politesses, des courbettes, en riant sous cape, bien entendu, profitant de la naïveté de certains et de la médiocrité de nos instances. Bien sûr, il y a les fans, honorables ; ça ne se discute pas sur cet angle. On adule X ou Y. Il y a des aficionados aux toreros comme il y a des aficionados a los toros

Pour ces derniers, les enfants perdus, ils se consoleront avec gourmandise admirant les lots de La Quinta avec Bautista, évidemment, et de Dolores Aguirre pour la tarde dominicale.

Pour ce dernier jour, Octavio Chacon (Ocatvio Chacon imprimé sur le flayer, on relit !) et Juan Leal (récompensé de sa brillante tarde de Bilbao, l'année passée, du moins je le présume), accompagneront le "choix des abonnés" dont je n'ai pas saisi le procédé de mise en œuvre. Enfumage ?

 

Sans oublier bien entendu, l'incontournable despedida de J.J.Padilla face à des toros agréés de Jandilla. La ganaderia à l'étoile à 6 branches a vu s'effectuer cet hiver, à sa tête, le passage de témoin du père, Borja Domecq Solis vers le fils, Borja Domecq Noguera.

Où sont les jeunes espoirs de la toreria d'aujourd'hui et de demain ? Sont-ils condamnés à demeurer sur le pas de la porte en attendant que les nantis franchissent le seuil de l'ehpad ?

C'est tout à fait en osmose avec le milieu ambiant.

La société française s'est durcie, l'égoïsme des riches flamboyants devient plus arrogant. On les célèbre dans les médias comme des rock stars au lieu d'évoquer ceux qu'on a laissés au bord du chemin et dont on a confisqué, ou même disqualifié la parole.

Vous ne trouvez pas une similitude ?

Toute cette pauvreté accompagnée de la novillada non piquée du jeudi matin ainsi que la novillada piquée en nocturne le samedi dont l'heure de programmation fait toujours polémique. Et ceci bâclé à la vitesse de la lumière.

De toutes les façons, ces deux spectacles "mineurs" ne sont plus en odeur de sainteté parmi les instances.

J'ai été le témoin oral de propos jetés par un responsable montois. Ces deux sous produits pouvant être mis au rebut des futures affiches. Pas rentables ! Mais qui parlent de rentabilité ? N'y aurait-il pas de profits, les aimables mano a mano ne vont ils laisser que des peaux de châtaignes ?

Dormez tranquilles, les caisses se rempliront en supposant un embonpoint relatif des recettes, impliquant par ce fait l'engraissement du prestataire.

Nous y voila, retour à l'affiche. Est-ce un signe subliminal ?

 

Et une arène de Première ne doit elle pas promouvoir ces manifestations ?

Il est vrai que vous ne voyez jamais ces personnes à Plaisance, Castelnau ou en matinée des NSP de Roquefort et autres villages aficionados. C'est tellement plus valorisant de se retrouver à Bayonne, Dax, Nîmes (bien sûr), Bilbao, Madrid !...

Voilà, Mont-de-Marsan-sur-Misère est bien l'antichambre de Nîmes (voir les cartels de Pentecôte) et ces Messieurs-Dames vont se faire les ambassadeurs de la Madeleine à Madrid, à Paris. Les conquérants des capitales !

Je terminerai afin de rester fortement grincheux et atrabilaire par l'incivilité d'une majorité du public qui se dirigea avant la fin des présentations vers l'abreuvoir en passant vers le patio, jetant un œil (j'ose l'espérer) vers l'azulejo dédié à Ivan Fandiño, offert par les peñas montoises.

Certes, la présentation était fort longue, mais nous étions avertis, les horaires avaient été inscrits dans les médias.

La faute aussi à tous ces bavardages sans réel intérêt, qui bien souvent se sont dilués sur le sable et les tendidos désertés. La faute à tous ces égos qui souhaitaient briller le temps d'un flash, celui d'une photo.

Alors, pour ceux qui avaient glissé vers les extérieurs, mais surtout pour les absents, sachez que l'on présenta les futurs spectacles de l'Agglo, le bolsin de Bougue, la novillada concours de Saint-Perdon et ses 6 élevages, tout cela conclue avec la corrida des victorinos, le 22 septembre et la présence au cartel de Juan Leal en attendant que les noms des deux autres maestros soient dévoilés ultérieurement.

Je rassure quelques inquiets, les auges de la Tumade ont bien été vidées !

... Une remontrance pour les futures présentations. C'est bien de vouloir innover mais c'est bien aussi d'y réfléchir véritablement.

Heureux les satisfaits, l'aficionado séduit et comblé !

Navrant vous ai-je dit, mais que ceci ne devienne pas désespérant.

 

                                                              Gilbert LAMARQUE

 

Ce billet d'humeur a volontairement été publié le vendredi 13 à 13h13 ...

... probablement pour combattre le

   Pensez également à vous munir d'un

          Non, ce n'est pas un boomerang, car il pourrait se retourner contre vous !      

                      

Voir les commentaires

GARLIN-LES-BAINS

Publié le par Cositas de toros

Nous vous le disions en titre: Garlin-les-Bains...

Nous vous le disions en titre: Garlin-les-Bains...

           Dimanche 8 avril. Des toros et des hommes

    Les tendidos garnis copieusement sous le couvert des arènes de la Porte du Béarn.

Pluie le matin, pluie l'après-midi, les bénévoles sur le pont pour écoper sans cesse, un froid sibérien.

Certains ont vu un couple d'ours blanc roder autour des cuisines, alléché par les effluves des garbures. D'autres avaient pu les observer remontant les eaux tumultueuses du Bahus !

Enfin, notre rendez-vous avec Pedraza de Yeltes en ce dimanche hivernal, nous a permis de nous réconcilier avec la devise blanche et verte qui nous avait fâchés ici-même, l'an passé.

Par ordre d'entrée en scène, merci à : Campeador, Medicito, Tontillo, Pomposito, Huracan et Fantacioso, à Angel JIMENEZ, Antonio GRANDE et Dorian CANTON.

Tous furent les acteurs précieux de cette tarde entretenue.

Un lot de cornus bien présenté, armé, brocho parfois, astifino souvent et certains aux belles défenses astiblancas.* Ces astados nous ont offert de beaux tercios de varas, aux galops souvent pleins d'alegria. Mais rares furent les piqueros dignes de leur fonction, valeureux par contre les jeunes toreros, muleta au poignet.

Angel JIMENEZ, le vainqueur désigné par le public de la fiesta campera matinale, se montra à son avantage par un travail tout en finesse et intelligence. Cependant, il eut à subir quelques difficultés devant le premier, la faena se terminant a menos. Il tue d'une entière en prenant le boulevard extérieur. Une oreille.

Pomposito, son second opposant, faiblira après les deux piques. La piste est plus imprégnée qu'en matinée, malgré les soins, mais ceci n'explique pas tout. Avec ce noble castaño, la faena s'avérera trop longue mais enrichie de belles séries, notamment une en derechazos. JIMENEZ tue d'une demie d'effet rapide, chanceuse (?). Le novillero s'engageant fort peu sur ses deux mises à mort. Une oreille.

Le Pedraza sorti en second n'est pas des plus beaux, il subit un tercio de piques en deux rencontres déplorables. Antonio GRANDE nous offre une kyrielle de naturelles souvent tutoyées. Il fut, préalablement, désarmé, bousculé. Certes, Medicito n'est pas des plus coopérateurs et le salmantin s'accroche ardemment. L'aboutissement est confus. Une épée foudroyante, un avis, l'oreille.

Huracan prendra trois piques avec alegria. Un peu faible mais noble, GRANDE sécha (comment fit-il sous ce ciel !), ne trouvant pas le sitio, peu conseillé par le peonage qui ne sut qu'éructer des " bieennn !" Il hérita du lot le plus quelconque.

Il pâtit des nombreux hachazos et sa muleta en fut chahutée. Il saluera au tiers après une entière basse.

Le colorado Tontillo s'offre à la cape de Dorian CANTON, à genoux. A la belle première pique effectuée par Laurent LANGLOIS, suivirent deux plus quelconques alternant avec une rencontre "à vide". Toujours vaillant et consciencieux, Dorian libéra quelques séries des deux mains, cambiadas... et voltereta. Il sut se reprendre par la suite avec ce Pedraza encasté. Manoletinas finales, échec à la mort, un avis. Tontillo avait du potentiel mal exploité.

Et voici Fantacioso, negro bociclaro (mai 2014), un novillo / toro. Il fut victime de deux piques dont la première interminable, le piquero ne relevant à aucun instant la vara.

Il en faut du courage pour provoquer ce Pedraza. Dorian semble dominateur, le public est bouillant (cela réchauffe). De bons derechazos, mais le jeune diestro est discret avec la main gauche.

Le volontaire béarnais jette sans cesse un regard vers son mentor, figeant son geste. Le professeur est omniprésent, trop parfois. Dorian doit s'exprimer, ça bouillonne sous le traje. Tant pis pour les erreurs, on apprend de ses échecs. Par contre, le précieux maestro faisant le tour du ruedo, fit changer de terrain son élève, vers celui des piques. Ceci permit de libérer Dorian et la faena se termina par de belles séries avec un animal collaborant, les deux acteurs plus confiants. Le triomphe éclata après une entière au deuxième envol suivie d'un descabello. Un avis, deux mouchoirs apparurent au balcon d'une présidence hésitante.

 

Vuelta au troisième, Tontillo. J'aurai trouvé plus judicieux, la vuelta au dernier, Fantacioso plus complet, et récompensant la caste de l'ensemble du lot.

Cavalerie Bonijol.

Saluts de MIGUELITO et Marco LEAL au premier, d'A. ECHANIZ CAMPOS au sixième.

Salut au final de Curro SANCHEZ mayoral-piquero.

Prix au meilleur novillero à D. CANTON. Et A. JIMENEZ ?

Le prix de la meilleure pique a été partagé entre L. LANGLOIS et, ridicule, avec C. SANCHEZ.

Présidence Franck LANATI.

Musique : l'Harmonie Garlinoise.

Un Béarnais conquérant sur les terres du Vic-Bilh. Mais attention, sans être un vieux grincheux, ces deux sorties a hombros successives ne doivent en rien faire baisser la garde du vaillant novillero !

Quant à nous, modestement, nous avons élu la garbure béarnaise ; la gersoise et la landaise ne déméritant pas. Il était dit que seuls les Béarnais sortiraient vainqueurs sur leurs sols.

 

                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS

 

 

 

En matinée, la fiesta campera débuta à 11h 35, la pluie incessante nous resta fidèle tout au long de la journée.

Angel JIMENEZ gagna le droit de prendre les trastos l'après-midi, choisi par les aficionados présents.

Rafael GONZALEZ sortit tête haute mais fut plus laborieux.

La maison URANGA put se défaire de deux exemplaires brocho pour l'un, bizco pour l'autre, invendables sinon. Compréhensible.

 

*Astiblanco : les cornes sont de couleur blanche jusqu'au début du piton, pour terminer sur une couleur noire intense.

                    

                                                                                 Gilbert LAMARQUE

                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS
                           GARLIN-LES-BAINS

Voir les commentaires

Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...

Publié le par Cositas de toros

Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...

          Manqués pour Pincha et Yannis,

          Réussi pour Dorian.

Nous avons traversé l'Adour, ce matin-là, les eaux du fleuve étant bien troubles : mauvais présage.

17 H. Très belle affluence aux arènes de Condrette sous un ciel couvert accompagné d'un léger vent.

La tarde débuta tristement par la mise hors course du premier bicho "Verdolago" qui se fracassa contre un burladero. Triste fin et moment pénible, le novillo achevé à la puntilla.

Déception : un lot disparate qui présentait des armures et des trapios divers, un comportement où la caste ne brillait pas particulièrement. Plutôt mansos, pas véritablement nobles, seul un Normand pouvait vous répondre.

Des tercios de varas déplorables, des mises en suerte, itou. Seule la cuadrilla de Dorian put sortir tête haute.

Les cuadrillas qui, certainement avaient abusé du chocolat (on peut se shooter à la poudre de cacao !). Et pas une seule fois un péon ne raccompagna la cavalerie lors de la sortie !

El ADOUREÑO fut à côté de ses zapatillas, à tel point qu'il s'en débarrassa lors de la lidia de son second opposant, "Legionario". Celui-ci ayant laissé sa caste à Lodosa, Yannis passa son temps à se faire bousculer, jeter au sol, toréant à contre- courant. Mais le jeune novillero était déjà fort perturbé dès l'entrée de "Picador" avec lequel il "sécha", le manso ne lui facilitant guère la tâche.

Echec aux aciers. Echec tout simplement, après Arles, la veille, la confiance a fondu comme le chocolat au soleil. Pourtant à 19 h, l'astre vint faire un clin d’œil, lui, si attendu depuis 14h, en vain.

Carlos OCHOA est séduisant, s'arrimant avec le sobrero, un tardo qu'il sut intéresser un minimum. Il tua convenablement, une oreille.

"Oleandro" se montre cabochard, il est piqué au petit-bonheur (malheur), obtenant une chute de la cavalerie. Le madrilène réussit habilement à le sortir des tablas et nous offrit une belle série de derechazos, très vite suivie de naturelles de belle facture.

Il ne fut pas récompensé après la mort longue du Pincha. Déçu, il fera la vuelta.

Mais celui qui brilla de tout son habit de lumières, ce fut Dorian CANTON ne manquant pas son rendez-vous lors de ce passage en classe supérieure. Après brindis à Baptiste CISSE, il entama son trasteo à genoux (!) ; il se montra volontaire, sérieux, sobre, dévoilant une pincée de derechazos.

"Forjador" s'avéra peu coopératif, lorgnant vers les planches. Salut au tiers après une demie et  une brochette de descabellos

Le Béarnais reçut fort bien de cape "Helado" aux armures brochas. El SANTO et M. de los REYES saluèrent aux palos. Dorian nous servira de bonnes séries des deux mains, le bicho se montrant noble mais sans véritablement de caste. Il réchauffa l'atmosphère avec "Helado" mi vanille, mi chocolat, un comble !

A gusto tout au long de sa faena, outre sa volonté, il se battit jusqu'aux tablas, ne cédant pas un pouce de terrain.

Une épée tombée d'effet rapide et les deux oreilles incontestables sont promenées.

 

C. OCHOA : un avis, silence et vuelta.

Y. El ADOUREÑO : deux avis, silence et un avis et silence.

D. CANTON : salut aux tiers et deux oreilles.

Cavalerie : Philippe HEYRAL.

Présidence : François CAPDEVILLE.

Trophée J. Lestage à D. CANTON;

Musique : Harmonie Mugronnaise.

 

Gilbert LAMARQUE

Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...
Mugron lundi 02 avril, L'après- midi des rendez-vous...

Voir les commentaires

Lundi 02 avril, matinée pascale à Mugron

Publié le par Cositas de toros

Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron

Il est de coutume que nos amis mugronnais ouvrent leur journée taurine de Pâques avec une novillada sans picador et, une nouvelle fois à Mugron : le matin c’est bien…

Très belle matinée grâce surtout aux pensionnaires du « Monge » à Cauna. Les frères BATS nous ont présenté un lot respectable pour un tel spectacle avec un excellent colorado sortie pour inaugurer cette NSP.

Yon LAMOTHE hérite de cet eral extraordinaire qui sort avec le gaz, la noblesse et le moteur  permettant au jeune novillero de servir une faena  artistique. Il lui manque un peu de ce dominio et de cette autorité qui auraient permis d’imposer plus de lenteur à son trasteo. Le jeune homme débute, il apprendra. La faena se termine par un épée entière trasera et contraire et, l’eral va doucement mourir aux planches. 2 oreilles au torero et vuelta à l’eral.

Face au second mansote et querencioso, VILLITA, avec un gros effort a démontré toute sa technique, son autorité, son poder. Il parvient à sortir l’eral de sa querencia et, lui imposant sa muleta, il le garde au centre pour lui lier des séries méritoires des deux bords. Faena qu’il allongera un peu trop. Après une entière droite delantera et atravesada, il doit se contenter d’une vuelta.

Yon, déclaré vainqueur, se voit donc offrir le combat du troisième qui sort des chiqueros avec du gaz et du genio l’obligeant à rompre au capote. Malgré son début de faena avec des remates par le bas, il perdra peu à peu le fil faute de se croiser en face de ce novillo plus exigeant. Il en termine avec une entière tombée droite et delantera, 1 oreille tombe du palco.

Il y a, chez ce jeune novillero, du potentiel qui ne demande qu’à s’exprimer, quant à VILLITA, tout en maîtrise et technique, il n’est pas loin de l’échelon supérieur.

Merci à nos amis de la peña taurine de nous avoir  concocté cette agréable matinée.

 

Patrick SOUX

Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron
Lundi  02 avril, matinée pascale à Mugron

Voir les commentaires